«Festival du Chant de Marin» de Paimpol : rappel des sanctions européennes contre les navires russes, y compris la frégate «Shtandart»

L’Association du Festival du Chant de Marin de Paimpol a annoncé la prestation de la frégate Shtandart lors de son événement devant se tenir du 4 au 6 août 2023. Il est rappelé aux organisateurs que ce navire russe entrant dans le champ du cinquième volet des sanctions est interdit de présence dans les ports européens et, a fortiori, dans les ports français. Depuis le 28 novembre 2022, les contrevenants à ces dispositions s’exposent à des poursuites pénales.

L’ukrainophobie de Michel Balique, président de l’association « Les Amis des Grands Voiliers »

Destructions, manifestations qui dégénèrent, troubles à l’ordre public, actes de violence, anti-russes primaires, peur, théories de crimes de guerre, haine, hostilité, venin, anonymat, agressions, menaces de mort, sécurité des russes… sont des expressions clef que Michel Balique partage, depuis mars 2022, au nom de l’association des « Amis des Grands Voiliers  » qu’il préside. Cette « communication médiatique adaptée », une campagne de calomnies, vise à discréditer les lanceurs d’alerte ukrainiens ou pro-Ukraine qui s’opposent à la présence illégale du navire russe Shtandart dans les ports français et dont le même Michel Balique assure la promotion. Il s’agit d’un discours ukrainophobe dont les accusations n’ont aucun fondement à l’exception de leur filiation directe avec les éléments de langage russes popularisés par Moscou depuis 2014 et qui ont « justifié » l’invasion russe ainsi que ses crimes en Ukraine.

Catherine Léonidas: la réécriture confuse des sanctions européennes concernant les navires russes, par l’adjointe au maire de La Rochelle

La municipalité de La Rochelle a gardé le silence pendant six mois concernant les motifs qui l’ont conduite à contourner les sanctions européennes en faveur du navire russe Shtandart, avant de tenter, à trois reprises, de délivrer des explications à la presse. L’article de « Libération », paru le 14 janvier 2023, expose les arguments de Catherine Léonidas, première adjointe au maire de la cité. Dans la ligne de ses deux déclarations précédentes, le discours est confus et semble directement reprendre celui inexact, voire délibéremment trompeur, de la personne en charge des intérêt commerciaux du Shtandart en France.

Vladimir Martus, le capitaine de la frégate russe “Shtandart”, est-il opposant au régime poutinien ? Ses déclarations Facebook et les faits.

La revue par Victoria Nikolenko des publications Facebook, depuis le 24 février 2022, y compris en russe, de Vladimir Martus, le capitaine-propriétaire du navire Shtandart, ne montre aucune compassion pour le sort de l’Ukraine et des Ukrainiens. On a du mal à croire que cet individu puisse prétendre avoir de la famille dans les territoires occupés ou bombardés par la Russie. On a encore plus de mal à comprendre comment des médias, des organisations et des hommes politiques ont pu se laisser leurrer par son prétendu statut d’opposant anti-poutine, à moins qu’ils n’y aient eu intérêt.

Michel Balique & le navire russe « Shtandart » en eaux troubles sur le journal « Libération »

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, Michel Balique, utilise l’association qu’il préside, « Les amis des Grands voiliers », comme un outil de promotion commerciale du navire russe « Shtandart » . De plus, il l’exploite comme un organe de diffusion d’une réalité alternative destinée à faire écran au contournement du 5e volet des sanctions européennes, auprès des décideurs, des médias et de l’opinion. Le journal « Libération » en apporte, une nouvelle fois, la preuve tout en ajoutant sa pierre à l’édifice de Michel Balique.

« L’Armada Rouen 2023 », for the Ukrainian community, seeing its national flag on Russian ship « Shtandart » would be a casus belli.

Today, it is a maritime festival, « L’Armada Rouen 2023 », which wants to mop up the blood of Russian crimes with the Ukrainian flag, which it intends to make a marketing advantage for the Russian ship Shtandart.

« Лармада Руан 2023 », для української громади бачити свій національний прапор на російському судні « Штандарт » є нестерпною наругою.

10 грудня 2007 року Рама Яде заявила: « Полковник Каддафі має зрозуміти, що наша країна не є постілкою, об яку керівник іншої країни, терориста чи ні, може витирати кров своїх злочинів зі своїх ніг ». Сьогодні морський фестиваль « Лармада Руан 2023 » хоче витерти кров російських злочинів українським прапором, який вони розраховують зробити маркетинговим ходом для російського судна « Штандарт ».

Benoît Marin-Curtoud, le droit de réponse à ses calomnies, refusé par le tabloïd « Paris-Normandie »

Image de couverture, à partir de la photo de profil Facebook publique de Benoit Marin-Curtoud URL courte : https://bit.ly/shtandart-benoit-curtoud Benoît Marin-Curtoud, chroniqueur de faits divers sur « Paris Normandie », a réussi, en quelques lignes sur l’affaire du navire russe « Shtandart », à accumuler les preuves de sa méconnaissance du sujet, les erreurs flagrantes, les contresens, les mensonges délibérés, lesLire la suite « Benoît Marin-Curtoud, le droit de réponse à ses calomnies, refusé par le tabloïd « Paris-Normandie » »

À l’attention des organisateurs de “L’Armada Rouen 2023”

Victoria Nikolenko, mère de famille ukrainienne originaire de DNIPRO, écrit aux organisateurs du festival maritime « L’Armada Rouen 2023 – L’Armada de la Liberté » afin de leur faire part de ses sentiments quant à leur plan mortifère de dissimuler, à des fins commerciales, un navire russe sous les couleurs ukrainiennes.

« L’Armada Rouen 2023 », pour la communauté ukrainienne, voir son pavillon national sur le navire russe « Shtandart » est une profanation intolérable

Le 10 décembre 2007, Rama Yade déclarait. « Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits ». Aujourd’hui, c’est « L’Armada Rouen 2023 » qui veut éponger le sang des crimes russes avec le pavillon ukrainien. Voici un choquant reniement pour un événement qui ose encore s’intituler « L’Armada de la liberté ».