Signalement aux autorités maritimes: Shtandart, grand voilier russe, naviguant en eaux territoriales françaises sans AIS

Signalement: le trois-mâts russe Shtandart, MMSI: 273452840, navigue dans les eaux territoriales espagnoles et françaises, en ayant désactivé son AIS depuis le 6 juin 2022, soit depuis plus de trois semaines.

Affaire Shtandart: réponse à Michel Balique, Président de l’association « Les Amis des Grands Voiliers »

Monsieur Michel Balique, Président de l’association « Les Amis des Grands Voiliers », a joué un rôle déterminant dans le fait que la frégate russe Shtandart puisse être autorisée à entrer dans les ports français, alors que la guerre russe fait rage en Ukraine et que les navires du pays agresseur sont l’objet du cinquième volet desLire la suite « Affaire Shtandart: réponse à Michel Balique, Président de l’association « Les Amis des Grands Voiliers » »

Le Shtandart, un navire fantôme russe à La Rochelle ?

Sur le marché de La Rochelle, ce samedi 25 juin 2022, une ressortissante ukrainienne a aperçu Vladimir Martus, capitaine de la frégate russe, Shtandart. Pourtant, le navire, contrairement à son habitude, n’était pas visible dans un bassin du centre-ville. Un autre activiste s’est onc rendu au port de la Pallice, situé en dehors de l’agglomération. Le Shtandart, ne pouvant pas être aperçu de l’extérieur de l’enceinte portuaire était bien caché par la base sous-marine et par des bâtiments d’entrepôt. Seul le fait que notre observateur local dispose d’une accréditation professionnelle lui a permis d’accéder à ce périmètre interdit au public. La plus grande opacité règne donc maintenant sur le Shtandart.

Signalement de la frégate russe Shtandart à l’administration présidentielle ukrainienne et à la commission Yermak-McFaul pour potentielle infraction aux sanctions

Dans le cadre de l’affaire du navire russe « Shtandart » dans le port de La Rochelle, le Conseil municipal de Lviv demande à l’administration présidentielle ukrainienne, au groupe d’expert Yermak-MCFaul et à la Commission européenne de vérifier, dans tous les ports de l’Union européenne, qu’il n’existe pas d’infraction au cinquième volet des sanctions européennes frappant la Russie du fait de ses crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Ukraine. Ici, sera présentée la lettre adressée par Serhiy Kiral, maire adjoint, aux autorités concernées.

Tentative d’intimidation et potentielle usurpation de l’autorité publique dans le cadre de l’affaire du navire russe « Shtandart ».

En liaison avec l’affaire du navire russe, Shtandart, il se passe des choses bien étranges à La Rochelle. Un intriguant personnage se réclamant du renseignement français terrorise les membres d’un couple franco-ukrainien pour obtenir des informations au sujet d’une personne qu’ils ne connaissent pas. Il reste à savoir si cet individu est mandaté par ses supérieurs ou s’il agit de sa propre initiative. On peut même se demander si le barbouze est vraiment une personne du renseignement français. Ces questions sont posées au préfet de la Charente-Maritime.

Non, Commandant Martus, le « Shtandart » n’est pas un navire anti-Poutine.

Non content de jouir d’une couverture médiatique fort complaisante et peu regardante, Vladimir Martus, le capitaine du Shtandart aimerait donner quelque substance à la fable qu’il promeut. Il souhaite être coopté par le cercle des activistes anti-poutine engagés dans des actions concrètes depuis de nombreuses années. Cette tentative d’infiltration et de récupération, à l’image de ce qui a été réalisée avec l’association « Aidons l’Ukraine 17 », se heurte à une fin de non recevoir et à unevigoureuse mise au point.

Le scandale du navire russe « Shtandart » dans le port de La Rochelle

Le dimanche 12 juin 2022, un petit groupe d’Ukrainiens a réalisé une « flash-mob » dans le port de La rochelle, devant le Shtandart, pour demander son départ. Il s’agissait de la première vague d’une mobilisation grandissante, en raison de la détresse que ressent la communauté des réfugiés ukrainiens de Charente-Maritime à la vue d’un navire russe accueilli au cœur de la ville, alors que le drapeau qu’il arbore réveille de terribles traumatismes, résultant des violences et des deuils subis.

Comprendre le front culturel russo-ukrainien

Promouvoir la culture russe aujourd’hui revient à soutenir le « ruscisme », une archaïque idéologie expensionniste et colonialiste panrusse mise à jour de pratiques génocidaires ayant de nombreux points communs avec le nazisme. S’en faire l’avocat, consiste à, de facto, en approuver les modalités techniques que sont les destructions organisées de la culture et du patrimoine de l’Ukraine.

Revue de presse d’une маскировка (maskirovka) russo-cinématographique à Nantes

L’affaire du festival du cinéma intitulé « De Lviv à l’Oural » a montré qu’il est difficile de contrer le lobby pro-russe, si ce n’est pro-poutine, à Nantes. Elle n’a pourtant touché qu’un petit cercle local de cinéphile et d’agents d’influence. En revanche, elle a révélé une diaspora nantaise et une communauté réfugiée ukrainiennes unaniment choquées. Elle a soulevé une indignation générale en Ukraine, où la Russie pratique des crimes de guerre de façon systématique. La revue de presse montre que nos médias ont généralement fait preuve de naiveté et d’absence de sens critique en partageant une information incomplète, quand elle n’était pas mensongère.

Tout oppose la culture ukrainienne et la « culture russe »

Afin de sortir d’un schéma mortifère pluri-centenaire, porté à son paroxysme depuis le 24 février 2022, la culture ukrainienne ne peut pas et ne doit pas coexister avec la culture russe, dans un même espace et lors d’un même événement. C’est une prophylaxie élémentaire.