Les faux profils et la fausse domiciliation russe du troll Laurent Courtois – Analyse par Bernard Grua

Déconstruction méthodique et documentée, par Bernard Grua, de la fable russe élaborée par le troll Laurent Courtois. Analyse de sa chaîne de faux comptes et de la méthode employée pour semer le chaos et la discorde dans la communauté francophone ayant rejoint les russo-séparatistes du Donbass.

Publicités
laurent courtois faux comptes et fausse Russie
Afin de légitimer des prises de positions humiliantes à l’égard des personnes, de tous bords, qu’il entend contrer, le troll Laurent Courtois prétend résider en Russie. Un faisceau d’indices convergents met à mal cette assertion. L’examen de l’usage qu’il fait de ses faux comptes dévoile la supercherie de ce troll localisé dans la région Auvergne Rhône Alpes. La revue des faux comptes montre, aussi, que l’acharnement de Laurent Courtois cible majoritairement ceux qui appartiennent au camp dont il dit faire partie, à savoir les partisans d’une ligne pro-Kremlin. L’étude présentée ici n’a bénéficié d’aucune information autre que celle qui a été révélée par le troll Laurent Courtois, de façon délibérée ou par amateurisme.

Continuer à lire … « Les faux profils et la fausse domiciliation russe du troll Laurent Courtois – Analyse par Bernard Grua »

Réponse au pot-pourri Mistral publié par Laurent Courtois sur Agoravox

Comme cela est maintenant devenu rituel, à chaque mise en cause personnelle, voici un nouvel article concernant des écrits du troll Laurent Alexandre Roger Courtois. Après avoir déversé des commentaires déplacés sur ce blog, le troll instrumentalise maintenant, à des fins de litige privé, le média public Agoravox pour monter d’un niveau dans le harcèlement. Nouveauté, le troll est allé jusqu’à écrire un fake sur une affaire close depuis deux ans et demi. Il s’agit de l’affaire Mistral. Voici l’exposé de cette nouvelle turpide.
Pour mémoire, Courtois Laurent diffamait, précédemment, sur son blog, « Chronique de la (Ukr)haine ordinaire » centré principalement sur le Donbass occupé et l’Ukraine. Il a eu l’occasion d’adresser quelques papiers à « Novorossia Today », de Donetsk. Il a recyclé ses papiers de « Novorosia Today » sur Agoravox pour en devenir auteur et modérateur. Il s’y répand depuis lors.

Courtois-Laurent-Mistral-Fake-Agoravox
Je ne répondrai pas en commentaire Agoravox sur cette très sérieuse affaire Mistral, traitée par un polémiste amateur, dont on trouvera le texte en annexe. En voici les raisons: Continuer à lire … « Réponse au pot-pourri Mistral publié par Laurent Courtois sur Agoravox »

Comment un modérateur d’Agoravox peut-il être client d’Espenlaub, dont le coeur de métier est la vente d’authentiques articles nazis?

Laurent Courtois, un troll qui affronte des néonazis imaginaire, pour la fascination des benêts, et n’a aucune vergogne à commercer avec ceux qui vivent du nazisme authentique.
Courtois Laurent diffamait sur son blog, « Chronique de la (Ukr)haine ordinaire » centré principalement sur le Donbass occupé et l’Ukraine. Il a, à une certaine époque, adressé quelques papiers à Novorossia Today, de Donetsk. Il occupe, aujourd’hui, Agoravox média où ses calomnies jouissent d’une bonne tolérance.

Photo profil Laurent Courtois Agoravox, Novorossia, fasciste
(Vraie?) photo de profil de Laurent Courtois sur Agoravox

Continuer à lire … « Comment un modérateur d’Agoravox peut-il être client d’Espenlaub, dont le coeur de métier est la vente d’authentiques articles nazis? »

Qui est Taras Beniakh, l’Otaman de la tchaïka cosaque « Presviata Pokrova »? Interview par bernard Grua

Taras Beniakh s’intéresse aux autres. Quand il parle, il s’agit généralement de l’Ukraine, de création artistique, de la tchaïka (appelée la « galère ukrainienne, à Pont-Aven), de son équipe, re-devenue équipage, ou de nombreux lieux et connaissances, qui lui sont chers. Cet homme, grand par l’esprit et petit par la taille, court toujours et partout. Il ne prend pas le temps de donner de détails sur lui-même. Communiquant chaleureux et extraverti mais personnalité discrète, peut-être ne le juge-t-il pas nécessaire? Pourtant, aujourd’hui, cet « étonnant voyageur » a accepté de répondre aux questions que nous sommes nombreux à nous poser.

Taras halant sur l’étai pour le mâtage de la tchaïka, Pont-Aven 19/08/2017

Le Ruthène d’Europe centrale, familier des forêts et des montagnes, devenu loup de mer, constructeur naval reconnu par ses pairs ainsi que Breton de cœur, nous raconte sa genèse de citoyen du monde. Il nous décrit son intégration dans une grande communauté maritime, qui n’a pas de frontière. L’Otaman nous fait entrer dans l’intimité humaine d’un chantier mené à des milliers de kilomètres de son foyer, dans ce Finis Terrae pontavénien, où il retrouve une partie de ses racines. Il nous fait part des difficultés qu’il lui reste à surmonter avant de pouvoir accomplir la vision qu’il a pour « Presviata Pokrova », armée par une sotnia de Cosaques, ambassadrice marine du pays héritier de la noble et ancienne Rous’ Kiévienne, gardienne de la route des Varègues aux Grecs.

Continuer à lire … « Qui est Taras Beniakh, l’Otaman de la tchaïka cosaque « Presviata Pokrova »? Interview par bernard Grua »

Tchaïka, travaux nécessaires et contraintes rencontrées avant une remise en eau

English Summary  (Article en français, ci-dessous)
According to Taras Beniakh, 70% of the reconstruction work was carried out between the middle of June 2016 and the end of July 2016. The 30% last part should be performed on March 2017 if the team can obtain the mandatory visas from the French Embassy in Kyiv, which is hardly eager, even reluctant, to do so, despite the encouraging tweet posted on August, 4, 2016. It should be added that 60 000 Grivnas (or 2 100 Euros) are required to cover the last costs. The main part of theses expenditures concerns the cost of the crane to put back the chaïka on to the water. Gifts can be done, here (in Ukrainian): https://biggggidea.com/p…/kozatska-chajka-presvyata-pokrova/
If the last issues are lifted, then the Cossacks reconstruction work can be completed during the spring of 2017, so that the tchaika « Presviata Pokrova » will be able to sail off shore during next summer and to attend maritime festivals in Ireland, one of the only two countries (the other one being Estonia), which she did not already visit as of today. Ukraine friends from Ireland, can you please share this information to Irish sailors aware of the maritime festivals schedule in their country next summer? Any information is welcome. Continuer à lire … « Tchaïka, travaux nécessaires et contraintes rencontrées avant une remise en eau »

Quelques confidences de la tchaïka Presviata Pokrova

En cet été 2016, à Palette-Aven, l’Otaman, c’est Taras. Il est épaulé par le savoir-faire de Myron Humenetskyy et par une équipe de jeunes volontaires ukrainiens. Au cours d’un rare instant de repos qu’ils s’autorisent, en face d’une tasse de café, à tour de rôle, Myron et Taras racontent ce qu’ont été et ce que continuent à représenter, pour eux, les expéditions de Presviata Pokrova. Continuer à lire … « Quelques confidences de la tchaïka Presviata Pokrova »

Quand un Français du XVIIe siècle nous parle de la tchaïka cosaque

Description de la tchaïka cosaque (appelée parfois « galère ukrainienne ») par le cartographe français du XVIIe siècle, Levasseur de Beauplan

* Les astérisques renvoient au glossaire en fin d’article
Українською мовою

Description d'Ukraine
Титульний аркуш першого видання «Опису України» (Руан, 1651)

On dispose de peu d’éléments d’informations sur les tchaïkas, navires des Cosaques zaporogues du XVème au XVIIème siècle. Il est assez intéressant d’observer que nous devons ces renseignements à un ingénieur français,   Guillaume Le Vasseur de Beauplan, qui fut au service du roi de Pologne entre 1630 et 1647. Dans sa  » Description d’Ukranie, qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne« .Contenues depuis les confins de la Moscovie, jusques aux limites de la Transilvanie. » Il en fait une présentation fort précieuse.

« Quand ils (les Cosaques) ont dessein d’aller en mer… ils s’acheminent à leur Sczabenisza Worskowa (quartier général dans la Sitch, leur forteresse située sur une île en aval des chutes du Dnipro) qui est leur rendez-vous. Continuer à lire … « Quand un Français du XVIIe siècle nous parle de la tchaïka cosaque »