Bernard Grua portraitiste: portfolio du bout du monde

Bernard Grua photographie: portraits du bout du monde: Iakouts de Sibérie, Tsiganes et Aksakals d’Ouzbekistan, Pamiris et Kirghizes du Tadjikistan, Wahis d’Afghanistan et du Pakistan.

Pamir Serai guest houses new website.

Pamir Serai guest house new website was recently designed for this Wakhi family homestay located in Chapursan Valley: Zood Khun and Baba Ghundi Ziarat. The first reason for this article is to make the new media public and to provide a powerful back link to it, so that it will be visible on Google search results. Here below are presented the different sections of the website.

Formulaire de signalement du compte @barefoot_Rmala à l’agence gouvernementale contre le cyberharcèlement

Signalement concernant les actes de la cyber-crimminelle Ramla Akhtar adressé à l’agence gouvernementale en charge du harcèlement sur Internet.

Pakistan: l’extrémisme comme conséquence de l’arriération ou comme crise de la modernité ?

Il y a vingt ans, l’attaque meurtrière du World Trade Center a mis en évidence le recours à un haut niveau de technologie. Cet avertissement a été largement sous-estimé. Le fanatisme et le terrorisme islamistes sont généralement associés au sous-développement, à l’ignorance et à la domination masculine. Cependant, il existe des indices comme quoi l’éducation et le progrès social ne seraient pas suffisants pour nous protéger de cette menace. Voici un exemple de parcours original qui met en évidence un autre aspect de cette guerre hybride.

Le Grand Jeu : rencontre anglo-russe aux confins du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram

Le dernier acte du Great Game ou Bolshaya Igra (Grand Jeu), s’est joué au point où se sont rejoints l’empire tsariste, l’empire britannique et l’empire chinois dans un des endroits les élevés et, à cette époque, les plus inaccessibles de la planète. Là, convergent les massifs du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram, hérissés de montagnes géantes. A la fin du dix-neuvième siècle, des explorateurs passionnés y ont, au péril de leur vie, affronté des altitudes extrêmes, des vents et des froids mortels, des cols enneigés balayés par les avalanches, des défilés menacés par des crues soudaines ou par de dévastateurs glissements de terrain. Militaires officiellement en disponibilité ou en permission de chasse mais, en réalité, cartographes, espions, voire diplomates, ils ont, en leur temps, fait partie d’une petite élite célébrée par les très honorables Sociétés de Géographie de Londres ou de Saint-Pétersbourg.

La Karakoram Highway, prototype des nouvelles Routes de la Soie?

La «Belt and Road Initiative» (BRI) chinoise, appelée aussi la Nouvelle Route de la Soie, est une réalisation en devenir suscitant de nombreuses interrogations. Pourtant, au Pakistan, la Karakoram Highway mise en service en 1979 pourrait fournir quelques éléments de réponse. Dans ce pays, parallèlement à une souveraineté vulnérabilisée, on y observait, jusqu’à ces derniers mois, un discours religio-nationaliste à géométrie variable et un coûteux état de guerre ouverte ou larvée semblant assurer, à ce jour, une forme de cohésion nationale. Ce discours et cet état de guerre ont, néanmoins, accru l’isolement international du Pakistan et renforcé sa dépendance vis a vis du parrain chinois ainsi qu’indirectement posé les racines de potentielles fractures entre le Nord et le Sud du territoire.