Tout oppose la culture ukrainienne et la « culture russe »

Couverture, « Russia go home », Ukrainienne devant le théatre Graslin, Nantes, 27/03/2022 – Photo: Bernard Grua

Tribune

Il y a vraisemblablement beaucoup de personnes dans le style du mari de la provocatrice agresseuse ayant sévi lors de la manifestation franco-ukrainienne devant le cinéma Katorza, le 27 mars 2022. Il m’a écrit ce matin pour me demander de retirer les photos de sa femme, de l’album de la manifestation. Sur sa page Facebook, cet homme reprend les éléments de langage du Kremlin tout en affichant un bandeau aux couleurs de l’Ukraine affirmant : « I stand with Ukraine ».
Manifestation du 27/03/2022: "Soutien à la résistance ukrainienne", "Non à la propagande russe", Rue Crébillon, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022: « Soutien à la résistance ukrainienne », « Non à la propagande russe », Rue Crébillon, Nantes – Photo: Bernard Grua

Comme si, nous n’avions pas eu huit ans pour connaître ce style de chantage et de manipulation


Il doit s’en trouver un certain nombre dans la « Coordination pour la paix » – conglomérat hétéroclite d’associations, de partis politiques et de syndicats – qui manifeste, samedi prochain, là aussi au nom de l’Ukraine. Pourtant aucun des partis ou des associations qui y sont représentés ne s’est opposé, en 2014-2015, à la livraison des Mistral, à la notable exception de Yannick Jadot d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), dont les membres du Conseil municipal de St Nazaire ont été les seuls à avoir pris position contre ces monstres d’invasion. Rappelons que, au mieux, les autres ne se sont pas prononcés, quand ils ne soutenaient pas explicitement Poutine jusqu’en février 2022. Est-ce un vrai revirement ? Permettez-moi d’en douter. Est-ce seulement de l’opportunisme ? Je n’en suis pas certain. La réalité pourrait être pire que cela.

« Derrière un geste qui se veut solidaire se cache le vieil impérialisme russe»

ANNA KORIAGINA, TRADUCTRICE ET PROGRAMMATRICE, LE MONDE, 31/02/2022

Ainsi le chef d’orchestre de « La coordination pour la paix », François Preneau, ex dirigeant syndical CGT, m’a demandé à deux reprises de ne pas publier notre pétition. Il s’est, de plus, rendu chez l’Association Franco-Ukrainienne Tryzub pour leur demander, aussi, de ne pas manifester devant le cinéma Katorza. À ces trois occasions, il a explicitement menacé de faire passer notre comité, pour l’annulation du Festival Russe « De Lviv à l’Oural », et l’association Tryzub pour des extrémistes si nous n’obtempérions pas. La formule est maintenant largement reprise. Comme si, nous n’avions pas eu huit ans pour connaître ce style de chantages et de manipulations. Comme si nous n’avions pas appris à résister et à contrer la propagande du Kremlin sous ses diverses formes, qu’elle soit directe, le fait de supplétifs ou d‘un « bruit de fond » et rumeurs construits de toute pièce et repris naïvement.

Manifestation du 27/03/2022: "Soutien à la résistance ukrainienne", "Non à la propagande russe", théatre Graslin, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022: « Soutien à la résistance ukrainienne », « Non à la propagande russe », théatre Graslin, Nantes – Photo: Bernard Grua

Soutenons sans réserve les artistes ukrainiens, qui revendiquent le droit à l’existence de leur culture, en rupture complète avec ce qu’il est convenu d’appeler la « culture russe ».


On se ressemble tellement

Dans cette guerre, il est pourtant simple, pour une fois, d’identifier qui est l’agresseur et qui est l’agressé. Il est un peu plus compliqué, mais cela reste possible, pour qui veut s’en donner le mal, de vérifier que le substrat à cette invasion est l’affirmation comme quoi l’Ukraine et la Russie ne feraient qu’un. Dès lors, on comprend que les représentants de la culture ukrainienne veulent mettre fin à cette doxa impérialiste et colonialiste justifiant l’agression, y compris de la part de ceux qui disent s’y opposer. Donnons-nous le mal d’écouter le peuple ukrainien qui souffre dans sa chair. Ne nous livrons pas à une inversion victimaire. Soutenons sans réserve les artistes ukrainiens, qui revendiquent le droit à l’existence de leur culture, en rupture complète avec ce qu’il est convenu d’appeler la « culture russe » et hors de la poigne de ses agents d’influence, quelles que puissent être leurs intentions.

Plus tard, ce sera leur honte et celle de ceux qui les ont soutenus. Mais ce ne sera pas la nôtre.

Afin de sortir d’un schéma mortifère pluri-centenaire, porté à son paroxysme depuis le 24 février 2022, la culture ukrainienne ne peut pas et ne doit pas coexister avec la culture russe, dans un même espace et lors d’un même événement. C’est une prophylaxie élémentaire. Notre comité n’appelait qu’à cela. Regardez bien notre pétition. A aucun moment, nous n’avons parlé de boycott des films russes comme le présentent faussement Macha Milliard, Univerciné, le cinéma Kartoza et leurs amis du « soft-power » russe. S’ils veulent continuer à collaborer et à diffuser les films d’un pays qui commet les pires violences jamais perpétrées en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, cela reste leur choix. Plus tard, ce sera leur honte et celle de ceux qui les ont soutenus. Mais ce ne sera pas la nôtre.

Manifestation du 27/03/2022 contre le Festival du cinéma Russe "De Lviv à l'Oural" , devant le cinéma Katorza, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022 contre le Festival du cinéma Russe « De Lviv à l’Oural » , devant le cinéma Katorza, Nantes – Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022 contre le Festival du cinéma Russe "De Lviv à l'Oural" , devant le cinéma Katorza, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022 contre le Festival du cinéma Russe « De Lviv à l’Oural » , devant le cinéma Katorza, Nantes – Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022: "Soutien à la résistance ukrainienne", "Non à la propagande russe", Place Royale, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022: « Soutien à la résistance ukrainienne », « Non à la propagande russe », Place Royale, Nantes – Photo: Bernard Grua

La culture ukrainienne est une culture de paix, de résistance et de dignité, imprégnée des valeurs civilisées et européennes à laquelle nous gagnerions, nous Français, à nous ressourcer.
La culture russe, même chez les plus « modérés » (encore faudrait-il que ceux qui en parlent connaissent ce pays), est une culture impérialiste, colonialiste et guerrière ayant une écriture révisionniste de l’histoire tout en pratiquant la négation de l’existence même de l’Ukraine.

À nous de ne pas confondre ou assimiler ces deux cultures que tout oppose.

Manifestation du 27/03/2022: "Soutien à la résistance ukrainienne", "Non à la propagande russe", rue Crébillon, Nantes  - Photo: Bernard Grua
Manifestation du 27/03/2022: « Soutien à la résistance ukrainienne », « Non à la propagande russe », rue Crébillon, Nantes – Photo: Bernard Grua

Soutien à la résistance ukrainienne !
Non à la propagande russe !
Slava Ukraini !
StandWithUkraine

Bernard Grua, Collectif pour l’annulation du festival du cinéma russe « De Lviv à l’Oural »
Nantes, Bretagne – 31 mars 2022


Annexes


Denis Ivanov à la maire de Nantes au sujet de la « liberté de circulation des œuvres et des idées » dans sa ville

Kyiv, 31st of March 2021
Open Letter

To: Joanna Rolland, Mayor of Nantes

From: Denis Ivanov,  Ukrainian film producer of the films “The Tribe” by Myroslav Slaboshpytskyi, “Donbas” by Sergey Loznitsa,“Rhino” by Oleg Sentsov, co-founder of Odesa International Film Festival

Dear Ms. Rolland,

I would like to agree with the words of Mr. Aymeric Seassau, Nantes deputy mayor in charge of Culture, who, as reported by Ouest France newspaper (228/03/2022 at 20:43) says: “In Nantes, there can be no question of banning or boycotting any culture whatsoever!… The freedom of circulation of works and ideas is not negotiable.»

Multiple initiatives – from the Ukrainian State Film Agency to Ukrainian NGO’s proposed to the Mayor and to the Katorza film theatre to hold the festival of recent Ukrainian Films. There was no answer to these proposals. The boycott.

I, the Ukrainian producer of DONBAS, on behalf of the Ukrainian team of the movie was demanding the organizers of the Russian festival « Univercine: from Lviv to Ourals » exclude our Ukrainian film from the program. However, the organizers tried to boycott our request and program the film at the festival until it was canceled.

Current Nantes local leader of the « Coordination for peace » François Preneau twice demanded the writers of the petition against the « Lviv to Urals » festival not to publish it. He also visited the Franco-Ukrainian Association Tryzub demanding that it will not perform manifestation in front of the Katorza movie theater.

I would not describe our Nantes experience as “freedom of circulation of works and ideas”.

My country now is going through a war with Russia. I’m writing these words and hearing the bombs’ explosions in Kyiv. For Ukrainians, there is no space for compromise between “exist” and “not “exist”. Pause in promotion of Russian culture (until Russian troops are in Ukrainian land) was supported by the European Film Academy, a number of festivals, and filmmakers from all over the world. If all kinds of sanctions together (including cultural ones) would be implemented 8 years ago, Ukraine would not face horrible war now.

I’m attaching the picture of the billboard with the advertisement for the great Ukrainian film STOP-ZEMLIA by Kateryna Gornostai (Crystal Bears in Berlinale’s Generation), taken in Kyiv street two weeks ago, after the missile attack of the Russian army.

“Because we trust the intelligence of spectators and because we need cinema, films, and theaters to understand the world” I hope Nantes authorities and cultural workers would hear Ukrainian voices and stop boycotting Ukrainian initiatives and Ukrainian culture.

Best regards, Denis Ivanov


Lettre de l’Agence d’État du cinéma ukrainien à Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, ainsi qu’aux organisateurs, interdisant la projection de films ukrainiens dans les mêmes manifestations que les films russes.

Lettre de l’agence d’Etat du cinméa ukrainien

Lettre au cinéma Katorza de Denis Ivanov, producteur du film « Donbass », refusant que son film soit projeté lors du Festival du film russe.

Lettre de Denis Ivanov

Lettre du maire de Lviv aux organisateurs, refusant que le nom de sa ville soit instrumenté par le Festival du film russe.

Lettre du maire de Lviv en français
Lettre du maire de Lviv en français
Lettre du maire de Lviv en ukrainien
Lettre du maire de Lviv en ukrainien

Pétition du collectif contre le Festival du film russe « De Lviv à l’Oural. » (FR/UA/EN)


Lettre de l’association franco ukrainienne Tryzub aux organisateurs du festival du cinéma russe, 17 mars 2022.

Lettre de Tryzub aux organisateurs du festival

Publié par Bernard Grua

Graduated from Paris "Institut d'Etudes Politiques", financial auditor, photographer, founder and spokesperson of the worldwide movement which opposed to the delivery of Mitral invasion vessels to Putin's Russia, contributor to French and foreign media for culture, heritage and geopolitics.

4 commentaires sur « Tout oppose la culture ukrainienne et la « culture russe » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :