Press review of a Russian-cinematographic маскировка (maskirovka) in Nantes

Short Url: https://bit.ly/cancel-univercine

The case of the film festival named « From Lviv to the Urals » evidenced how difficult it is to counter the pro-Russian lobby, if not a pro-Putin one, in Nantes, France. However, for our nationals, it only impacted a small local circle of cinephiles and agents of influence. On the other side, it revealed a Nantes diaspora and a refugee community, both from Ukraine, unanimously shocked. It aroused general outrage in Ukraine, where Russia systematically commits war crimes.
The press review reveals that our media generally reacted naively and with a lack of healthy scepticism. They shared an incomplete information, when it was not a misleading one. However, we will keep, as a useful material for the future, the remarkable expert work from Le Monde newspaper. And we will remember from this affair, that it is indeed Ouest-France newspaper which provoked a salutary wake up call by the publication of Lviv mayor’s letter.

A major question will nevertheless persist. It concerns the reason why the two letters from producer Denis Ivanov and the letter from the Ukrainian State Film Agency addressed to the Katorza movie theater, to Univerciné and to Nantes mayor were not presented by media, whereas the Univerciné‘s barely credible « justifications » have been repeated over and over. While the quasi-conspiratorial allegations of Aymeric Seassau, Nantes Deputy Mayor in charge of culture, as well as those of the Observatory of freedom and creation were relayed without questioning. Is it because these three Ukrainian letters were formulated in English? Is it because, concerning Ukraine, we prefer to rely on Russian or pro-Russian words? Could it be linked to an atavism, a form of intellectual laziness, even incompetence, or to informal links that have been in place for a long time and are resilient to the obvious human catastrophe in progress, due to the monstrously criminal behavior of Moscow?

Sommaire / table of content

  1. Chronological synthesis attempt
  2. Letters from the Tryzub Association, the Mayor of Lviv, the Ukrainian State Film Agency and Denis Ivanov
  3. Tweets from Serhiv Kiral, Lviv Deputy Mayor, and from Andriy Sadovyi, Lviv Mayor
  4. Petition from the cancellation committee
  5. Texts from press articles
  6. Images from March 27, 2022, demonstration, Nantes

1. Chronological synthesis attempt

1.1. From indifference to contempt

On March 17, 2022, the Franco-Ukrainian association Tryzub writes to the organizers of the Univerciné Russian film festival in Nantes to inform them about the unfair nature of the planned programming and about its opposition to the chosen title: « From Lviv to the Urals » . This memorandum is ignored.

From Kyiv under bombing, Denis Ivanov writes to the organizers. He refuses that the film « Donbass », of which he is a producer, is screened. He is told, by Univerciné, that this will not happen. However, Donbass will actually be part of the program which will be published on March 23. Except Le Monde newspaper on March 31, 2022, media will never mention Denis Ivanov’s opposition. This is, indeed, surprising since a photograph of his film, Donbass, is on the cover of three of the articles published by Presse-Ocean/Ouest-France and since the two Denis Ivanov’s letters were sent to the aforementioned newspapers.

On March 23, 2022, the UniverCiné Festival announces its program. This date is important because one month, minus one day, separates the program release from the first bombings and from the start of the Russian invasion of Ukraine, for which we very quickly became aware of war crimes. Sanctions relating to export and travel bans on Russia and Russians have already been in effect for more than three weeks. There will be hardly any significant changes until March 28, the date of the estival cancellation. As for the male members of the Ukrainian cinematographic sphere, they are consigned to their country, because of the mobilization affecting all men from 18 to 60 years old. Their attendance cannot be expected.

1.2. Indignation in Nantes and in Ukraine

In Nantes, a committee is built up of five people (Olena Kyrychenko, Olena Lypkan, Viktoriya Nikolenko, Iryna Piontkovska and Bernard Grua) to prepare a petition against the title and against the content of the Russian film festival. Its member are external to the Tryzub Association, but four Ukrainian ladies are part of the committee. On March 24, as soon as the petition is published, Angèle Postolle makes sure that it ends up on the desk of Andriy Sadovyi, Lviv mayor. In the same half-day, after consultation with its Municipal Council, the latter writes to the organizers of the festival from « Lviv to the Urals ». Macha Milliard from Univerciné and the Katorza movie theater ignore this new letter, as they ignore the petition, as they ignored Tryzub’s letter.

Everything changes when Ouest-France finds, on social media, the Tryzub Association‘s letter, the committee’s petition and the Lviv Mayor‘s Letter. The newspaper reports on March 25, 2022. The same day, Télénantes interviews the Tryzub Association, which is not, however, the author of the petition, nor of course the one of the letter from Lviv Mayor. The fact remains that the problem is clearly exposed by Valentin Gauffre from Tryzub Association, whose president was the first to sign the petition. Neither Macha Maillard nor the Katorza movie theater reacts publicly. They persist in their project.

Neither geographically nor culturally, Lviv has never been and will never be linked to what is meant by Urals in this context.

The decision to organize such an event at the time of an unprecedented violation of international law by the Russian aggressor seems, to say the least, illogical, biased and inhumane.

АНДРІЙ САДОВИЙ (ANDRIY SADOVYI) LVIV MAYOR, LETTER TO UNIVERCINE, MARCH 23, 2O22

1.3. The Ball of the « Useful Idiots »

François Preneau, former CGT (communist) union official, Nantes head of the Coordination for Peace, having already carried out two demonstrations for Ukraine, refuses to sign the petition, which he describes as an “sectarian” reaction. This element of language will later have a certain success. It is, moreover, immediately included in a comment to the petition, with other expressions by this same author. The representative of the France Russia CEI Association in Nantes, who spoke out against the war on March 12, also refuses to sign the petition, “I’m going to the Russian cinema. Art is higher than politics”. As for the association Russia étonNantes, it president spoke out on March 5 at the first demonstration of the Coordination for Peace. However, she does not express any opinion on the petition. But she has, unlike previous years, withdrawn from taking part to the organisation of the festival.

According to our information, François Preneau, from the Coordination for Peace, went twice to Tryzub. The first time, he would have asked the association to change the route of its demonstration of March 27, avoiding the street of Katorza movie theater, while the route was agreed by the Prefecture (county authority). The second time, François Preneau, accompanied by another person, would have been sent to Tryzub by Macha Milliard. On her behalf, he asked Tryzub to reconsider his position. None of these various pressures and attempts to limit freedom of expression appear in media.

Ouest-France newspaper accurately reports the Tryzub Association’s demonstration held on March 27 « for peace in Ukraine, against the war decided by Putin, for the withdrawal of Russian troops from Ukraine and against the propaganda of the Russian aggressor ». This same newspaper reports two attacks committed by Russians or pro-Russians against Ukrainian women. According to our information, two complaints have been filed: one for physical assault and another one for verbal threat: « I’m going to hit your head against a wall ». Ouest-France indicates that the Coordination for Peace does not support the Tryzub demonstration.

Katorza movie theater and Univerciné still do not take into account the objections expressed regarding the program and the title of their Russian film festival. Nor do they take into account the letter addressed to them, on Sunday March 27, 2022, by Denis Ivanov. The latter expresses, once again, his opposition to the screening of his movie, Donbass, during the event.

1.4. Promotion and cancellation of the festival

On Monday March 28, 2022, France 3 TV, publishes on line an interview with Macha Milliard. She presents her festival and indicates that it is maintained. At 1 p.m. that same day, a press release announcing the cancellation of the festival is shared on Univerciné‘s Facebook page. Ouest-France takes up without question the technical reasons invoked. « Unable to screen some of the films scheduled and to welcome all the prospective guests, the Univerciné association announces the cancellation of the Univerciné festival (from Lviv to the Urals) on the scheduled dates, and its postponement to a later date, unknown to date ».

Ouest-France newspaper does not question the fact that the technical constraints have been unchanged since March 23, the date of the publication of the program. France-Info and 20 minutes give a more relevant and more complete presentation of the reasons which led to this decision. Neither Ouest-France nor Presse Océan report on the letter from Denis Ivanov, addressed to the Katorza movie theater, opposing the screening of the film Donbass. They neither report on the letter from the Ukrainian Sate Film Agency prohibiting, for the duration of the war, that Ukrainian films be screened during the same events as those where Russian films are presented. These correspondences were however addressed to the two newspapers

Still on March 28, 2022, Macha Milliard interviews Joël Chapron on Euradio Nantes. He states that “the (Russian) Ministry of Culture decided to finance 100% of all first films… all young filmmakers who want to make a first film, except if they have enough money, will have to go to the Ministry of Culture to be financed”. So much for those who urge not to confuse Russian art, politics, culture and power, whether they are, in Nantes, members of Univerciné or member of the Coordination for Peace speaking on behalf of Ukraine. For its part, Presse-Océan takes up, on March 29, the words of Caroline Grimault, director of Katorza movie theater: “Russian film industry is not Russian power”. The newspaper makes it a subtitle.

1.5. Revisionism and victim inversion

Another score is being written. Aymeric Seassau, departmental secretary of the French Communist Party and deputy mayor of the city of Nantes in charge of culture, says on March 28, 2022: « In Nantes, there can be no question of banning or boycotting any culture whatsoever. that is ! With the prerequisite of not welcoming any artist who serves as a support for Putin’s criminal regime… The freedom of circulation of works and ideas is not negotiable.“ Despite a statement that is intended to be thunderous, the politician takes no risk. While Russians share, on Tiktok, their advices to hide their Russian nationality vis-à-vis foreign people, we are entitled to wonder which artist, with international pretensions, would be stupid enough to appear as a pro-Putin one.

Clearly, Aymeric Seassau is therefore not opposed to any Russian filmmaker, but he is opposed to the cancellation of the Russian film festival and affirms that this would be due to a « boycott », a word which has never been pronounced by the collective for the cancellation, nor by Tryzub Association. Ouest-France reports these statements without seeing a contradiction with the technical reasons invoked by UniverCiné.

However, at these words, Denis Ivanov rebels. “I would not describe our Nantes experience as “freedom of circulation of works and ideas”. In this same second letter, he reacts to the words of Caroline Grimeau, quoted by Ouest-France, « Because we trust the intelligence of the spectators and because we need cinema, films and theaters to understand the world « . Denis Ivanov replies “I hope that the Nantes authorities and cultural actors will hear Ukrainian voices and stop boycotting Ukrainian initiatives and Ukrainian culture« . The open letter addressed to Johanna Rolland, Nantes Mayor, and copied to media, is not published by the latterq. The proposal of an internationally recognized and award-winning Ukrainian film professional regarding the organization of a real Ukrainian film festival in Nantes is ignored. As had been ignored the same proposal emitted by the mayor of Lviv and by the Ukrainian State Film agency. “Multiple initiatives – from the Ukrainian State Film Agency to Ukrainian NGOs have been proposed to the mayor (of Nantes) and to the Katorza cinema to organize a festival of recent Ukrainian films. There was no response to these proposals. (It is) the boycott (of Ukrainian cinema)« . Perhaps it would be appropriate to question the personality, ideology and ties of the deputy mayor of Nantes in charge of culture?

The little Nantes revisionist music is launched. On March 31, Presse Océan writes: “In a letter addressed to the director of Nantes movie theater, Katorza, the Freedom and Creation Observatory regrets the pressures [and intimidation] for the cancellation of the film festival organized by Univerciné … and the Katorza movie theater in Nantes ». Here again, Presse Océan does not see the contradiction with the sole technical reasons announced by Macha Milliard and Univerciné with regard to the cancellation of the festival. The Freedom and Creation Observatory has among its members the Human Rights League, a stakeholder in the Coordination for Peace. Since, ultimately, it is no longer technical reasons that would have forced the cancellation of the festival, but “PRESSURES”, it would have been necessary to explain them. Similarly, it would have been particularly judicious to specify what is meant by « INTIMIDATION », the use of which is, here, defamatory and is, openly, challenging the right to demonstrate.

The committee at the origin of the petition, the Tryzub Association and the senders of the Ukrainian letters have no material, financial or political means to exert pressure. Unlike the Russian networks, they cannot offer any rewards, gratuities or promotions to those who obey them. They could only try to use their right of expression and information, by making the stakeholders and partners of the event face up to their responsibilities, while appealing to their moral values. They did it peacefully and constitutionally. They are blamed for it. Here again, the « freedom of circulation of works and ideas », deended by Aymeric Seassau, seems to be variable in geometry and does not apply to those who are victims of the worst aggression committed in Europe since the Second World War.

1.6. Le Monde newspaper makes no compromises

Eventually, it is Le Monde newspaper, dated March 31, 2022, which shows rigor, while trying to describe the French actors of this shadow theater and while clarifying their connections with Russian power. Le Monde does not just copy the contradictory explanations of the pro-Russian camp regarding the cancellation of the festival. It ignores them and limits itself to exposing the sequence of facts, which speak by themselves. In addition, the evening newspaper explains the inextricable mix between politics and Russian culture, even that which presents itself as dissident. Better still, Le Monde was able to continue its survey of Ukrainian cinema professionals, who talk about Ukraine. He did not just hand its microphone to a nebulous Nantes coordination, with indiscernible motivations, ignorant of Ukrainian history, and of which some members were officially pro-Putin, until the fourth week of March 2022.

  • Anna Koriagina: « Behind a gesture that wants to show solidarity, hides the old Russian imperialism ».
  • Denis Ivanov: “How would you react if the only filmmaker from your country to whom the media gave a voice had been living abroad for twenty-one years, had been born in Belarus, had studied in Moscow and did not speak your language? »
  • Anna Koriagina: « The propaganda of the television news and the auteur films prized by foreigners are the two faces of the same Russian hegemony ».
  • Valentyn Vasyanovych: “It is necessary to lower the cultural iron curtain around Russia”.
  • Oleksandr Mykhed, 34-year-old art critic, who saw his house destroyed in Hostomel, referring to a Russian intellectual lady: “What are her posts about since the start of the war? Books that allow you to escape reality. Russians and Russian artists must understand: this war is also theirs. As long as it lasts, none of their films must be presented at a festival, none of their books may be translated, no retrospectives in museums, no reissues of Dostoyevsky.« 
  • Denis Ivanov: « Let’s stop with what I call the Tolstoyevsky syndrome. Great Russian literature is always brought out, to better conceal cultural colonialism. Our film industry began to develop ten years ago, that’s what we should talk about, when the war is over. When we will have won it”.

1.7. When the masks are falling

Univerciné eventually answers Denis Ivanov that the festival is canceled and that the case is closed. Actually, as Putin renamed his full invasion war into a « special operation », the Russian Film Festival becomes « 3 evening debates around the system of Russian power » after being called « From Lviv to Donbass ».

The Katorza movie theater creates a specific event. Katorza presents two Russian movies as well as Donbass movie, despite the refusal of its producer and despite the instructions of the Ukrainian State Film Agency applicable during the war. In Nantes, the Russian and/or pro-Russian camp continues to decide what is « good » for Ukraine, throwing to trash the national choices of this country. Ouest-France and Presse Océan announce the new Katorza Russian event, respectively on March 28 and March 29.

At least, Macha Milliard and Caroline Grimault, director of Katorza, find themselves isolated, their partners having withdrawn. They can only count on Parisian agents of influence, exposed by Le Monde newspaper, and on local compromises that Nantes activists will continue to bring to light.

We have an important win today on the diplomatic and cultural front. In a French city Nant the film festival “From Lviv to Ural” was cancelled. The Ukrainian culture can’t have anything in common with russian propagandistic matrioshkas.

АНДРІЙ САДОВИЙ (ANDRIY SADOVYI) LVIV MAYOR, TWEET, APRIL 8, 2O22

1.8. In Nantes, is there, still, anything to hope?

As a conclusion, we can only note the mediocrity of the various players of this Little Game, staged in Nantes. They gave a very despicable image of the palinodies, which are prevealing in our city, in this presidential election period. At the same time, the demonstrations in Nantes, in support of Ukraine, hardly bring together more people than those in the city of Lorient, ten times smaller, while the attitude of the Nantes elected officials is poor compared to that of the Parisian elected officials. We are aware, however, that voices were raised, more than one month ago, in the municipality and in the university to call for reason concerning the Russian film festival. Following who knows what reasons, pressure or intimidation, they were ignored.

Nevertheless, we still dare to believe that a little more humanism and less opportunism will prevail among us. Hopefully we will hear the calls for a Ukrainian film festival. This cultural event will do honor to our city and will earn it the gratitude of a people in great suffering. Ukrainians will value the fact we will be more open to knowing them, apart from what a colonizing and destructive power has said about them for several centuries, a colonizer which turned into a slaughterer as of February 24th.

Note on the author of these lines: Bernard Grua was a student of Hélène Carrère d’Encausse (a pro-russia if not pro-Putin historian), at Sciences Po Paris. He traveled extensively accroos Russia, from St Petersburg to Vladivostok via the Saian Mountains, Lake Baikal, Amur River and Yakutia. Rearding this last vast and northern region of Siberia, the Nantes Russophile association, « Russie étonNantes », asked him to present his winter photos for a festival that had been canceled due to COVID. Some of his articles were published by Russian state media, Russia Beyond.
The fact remains, however, that he stands with Ukraine for nine years regarding this country’s quest for freedom, its fight against corruption and its aspirations to put an end to Russian colonialism. Bernard Grua attended the Maidan revolution, whose ideals he shares. He launched the international movement No Mistrals for Putin against the delivery of the Mistral invasion vessels and served as its spokesperson. In 2015, he was one of the first to evidence, in the magazine, L’Express, the disinformation mechanisms used by Kremlin and its local relays to manipulate French opinion, on a concrete case that occurred in Nantes County. He contributed to Laurent Chamontin’s book published by the Diploweb, « Ukraine and Russia: to understand – Return from Mariupol ». He is neither a member nor a volunteer of the Tryzub Association. The text presented above cannot engage the latter. Bernard Grua is solely responsible for it.

Retour sommaire de l’article / back to table of content


2. Letters from the Tryzub Association, the Mayor of Lviv, the Ukrainian National Film Agency, Denis Ivanov and Nantes Committee.

Retour sommaire de l’article / back to table of content


3. Tweets from Serhiv Kiral, Lviv Deputy Mayor, and from Andriy Sadovyi, Lviv Mayor

Retour sommaire de l’article / back to table of content


4. Petition from the cancellation committee

Non au festival du cinéma russe à Nantes ! – Ні фестивалю російського кіно в Нанті !

FR:Texte détaillé de la pétition en français
UA: Повний текст петиції українською
EN: Petition in English
——-
Nous exigeons l’annulation du festival de cinéma russe ou son remplacement par un festival de cinéma ukrainien.
——-
Ми вимагаємо скасування фестиваля російського кіно та його заміну на фестиваль українського кіно.

Retour sommaire de l’article / back to table of content


5. Texts from press articles

Retour sommaire de l’article / back to table of content


Une scène du film Donbass, multiprimé depuis sa sortie en 2018. | IMAGE DONBASS
Presse Océan: Russian Film Festival cancelled: the Freedom and Creation Observatory supports Katorza – 03/31/2022

Presse Océan Publié le 31/03/2022 à 19h33

Après l’annulation du festival de cinéma « Entre Lviv et l’Oural », l’Observatoire de la liberté et de la création artistique tient à apporter son soutien au cinéma Le Katorza qui organise trois soirées débats avec projections de films ce jeudi 31 mars.

Dans une lettre adressée à la directrice du cinéma nantais Le Katorza, l’Observatoire de la liberté de création déplore les pressions pour l’annulation du festival de cinéma organisé par Univerciné (association universitaire des festivals de cinéma étranger) et le cinéma Katorza de Nantes.

« Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, l’Observatoire de la liberté de création a affirmé son soutien aux artistes ukrainiens et son opposition au boycott des artistes russes. Nous rappelons que les pressions et intimidations contre des manifestations culturelles sont inadmissibles et qu’un lieu de diffusion culturel est – et doit demeurer – un espace de dialogue et de rencontre possibles. Nous soutenons l’initiative du cinéma Katorza qui propose, entre le jeudi 31 mars et le samedi 2 avril, trois films russes et ukrainiens, trois regards de cinéastes sur le système du pouvoir russe (ndlr : Maman, je suis à la maison à 20 h jeudi 31 mars, À résidence vendredi 1er avril, et Donbass samedi 2 avril ; billetterie à partir du 30 mars sur internet).« 

Liste des membres de l’Observatoire de la liberté de création

Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (Acid) ; Association des cinéastes documentaristes (Addoc) ; Section française de l’Association internationale des critiques d’art (Aica France) ; Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) ; Fédération nationale des syndicats du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel et de l’action culturelle (FNSAC-CGT) ; Fédération nationale des arts de la rue ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Ligue de l’enseignement ; Les Forces musicales ; Scénaristes de Cinéma Associés (SCA) ; Syndicat français des artistes interprètes (SFA-CGT) ; Syndicat national des artistes plasticiens (SnapCGT) ; Syndicat national des scènes publiques (SNSP) ; Société des réalisateurs de films (SRF) Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac).

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


OLIVIER BONHOMME
Le Monde: Ukraine-Russia: film industry on the front line – 03/31/2022

Le Monde: Laurent Carpentier et Aureliano Tonet – Publié le 31 mars 2022 à 03h13, mis à jour à 05h57

Appel au boycott des films russes, guérilla sur les réseaux sociaux contre les « collabos »… Les réalisateurs ukrainiens mènent la guerre sur les écrans.

Sur le front ukrainien, on reconnaît les Russes à leur fameux «Z». Et à une autre lettre, «V», également inscrite sur des blindés. Certains y voient une référence au Frère 2, un film d’action signé Alekseï Balabanov. Réalisé en 2000, ressorti dans les salles russes depuis le début de l’invasion, il met en scène un vétéran de la Tchétchénie, opposé à la mafia ukrainienne. « Où réside le pouvoir ? Le pouvoir est dans la vérité», y entend-on. Une réplique que s’est appropriée Vladimir Poutine, le 24 février, lors de sa déclaration de guerre : «Où résident la justice et la vérité ?»

Le cinéma est une arme et le combat actuel se livre, aussi, par écrans interposés. Les réalisateurs ukrainiens en ont bien conscience qui, depuis le début de l’invasion, ferraillent sur les réseaux sociaux pour réclamer le boycott des films russes. « La révolution de Maïdan a commencé sur Facebook, en 2013 », rappelle Anna Koriagina, 31 ans, traductrice et programmatrice.

De Kiev, d’Odessa ou de Lviv, où cette Ukrainienne travaillant en France est retournée «mettre ses parents à l’abri», on surveille ce qui se passe à l’Ouest. L’organisation à Nantes d’un festival de cinéma russe, programmé du 31 mars au 3 avril, a ainsi heurté. Pourquoi avoir rebaptisé l’événement «Entre Lviv et l’Oural»? « Derrière un geste qui se veut solidaire se cache le vieil impérialisme russe», s’élève Anna Koriagina. Encouragés par le maire de Lviv, qui a dénoncé une formulation «inhumaine», près de 150 militants ont manifesté devant le Katorza, un cinéma d’art et d’essai de Nantes, le 27 mars. Jusqu’à obtenir, le lendemain, l’annulation de ce festival universitaire.

« Les derniers à avoir défilé contre une projection au Katorza, c’étaient des catholiques intégristes, pour « Je vous salue, Marie » [1985], s’émeut Macha Milliard, professeure de russe à la fac de Nantes. Avec la guerre, on avait bousculé notre programmation: un quart de films ukrainiens et, pour le reste, des œuvres très critiques envers la Russie de Poutine… Je regrette que notre message ait été détourné pour attiser les tensions. »

Flambée patriote

Sur les réseaux sociaux, Macha Milliard a été traitée de « nazie ». Spécialiste des cinémas d’Europe de l’Est et collaborateur ponctuel du Monde, Joël Chapron y a été quafilié, lui, de «collabo». Le 20 mars, au festival Reflets du cinéma de la mer Noire, en Mayenne, il avait présenté « Chers camarades ! », d’Andreï Kontchalovski. Le film a beau avoir été primé à Venise, en 2020, Kontchalovski et son frère, Nikita Mikhalkov, restent proches du Kremlin: en 2014, ils avaient approuvé l’annexion de la Crimée. « Je suis anti-Poutine et pro voix discordantes, se défend Joël Chapron, mais les Ukrainiens qui appellent à un boycott total se tirent une balle dans le pied. »

Dieu vomit les tièdes ? L’Ukrainien Sergei Loznitsa, 57 ans, expatrié à Berlin depuis 2001, s’emportait, le 27 février, contre la timidité du soutien de la European Film Academy. Quinze jours plus tard, l’auteur de Donbass (2018) était lui-même exclu de l’Union des réalisateurs ukrainiens pour s’être positionné contre le « boycott de [ses]collègues russes qui s’opposent aux crimes du régime de Poutine ». En pleine flambée patriote, son cosmopolitisme, nourri de distanciation brechtienne, passe mal.

Denis Ivanov a coproduit Donbass – la région dont il est originaire. Depuis brouillé avec Loznitsa, il s’agace : « Comment réagiriez-vous si le seul cinéaste de votre pays à qui les médias donnaient la parole vivait à l’étranger depuis vingt et un ans, était né en Biélorussie, avait étudié à Moscou et ne parlait pas votre langue ? » Lui aussi russophone, Denis Ivanov a appris l’ukrainien. Le producteur de 43 ans nous parle depuis Kiev, où, engagé dans la réserve nationale, il transporte nourriture et munitions jusqu’au front. Parmi ses projets figure le prochain film d’Oleg Sentsov, opposant notoire du Kremlin, qui a rejoint une milice dès le début de l’invasion.

Courts-métrages anonymes

«Cinéastes ukrainiens au front». Avec ses accents martiaux, le titre de la soirée organisée le 26 mars au Grand Action, à Paris, donne le «la». A son initiative, plusieurs couples franco-ukrainiens travaillant dans l’audiovisuel. Venus en droite ligne d’Ukraine et montés à la hâte, des courtsmétrages anonymes sont projetés. Ils documentent l’exode, l’entraide, la résistance. Dans la salle ou sur l’écran, des personnalités disent leur soutien: Agnès Jaoui, Cédric Villani, Juliette Binoche, Emmanuelle Béart ou le rockeur Pete Doherty, lançant un vibrant « Fuck Poutine ! ».

Certains, comme Denis Lavant ou Caroline Fourest, étaient déjà, trois jours plus tôt, au Max Linder, sur les Grands Boulevards. Le Festival du film russe de Paris s’était transformé en une soirée en solidarité « avec l’Ukraine». Exit les financements par Gazprom et Rosatom, le conglomérat du nucléaire civil russe, désormais indésirables. Sur l’écran, témoignant depuis la Russie, des artistes peu suspects de collusion avec le Kremlin, comme Alexandre Sokourov, qui confie d’une voix d’outretombe : « Je n’avais jamais imaginé en Russie une telle méchanceté. »

Joël Chapron,spécialiste des cinémas d’Europe de l’Est: « Les Ukrainiens qui appellent à un boycotttotal se tirent une balle dans le pied»

Vladimir Bitokov, un de ses élèves, est venu présenter son deuxième long-métrage, « Maman, je suis à la maison ». L’histoire d’une mère dont le fils serait mort à la guerre, en Syrie. Dès les premières images,deux apparatchiks se regardent en découvrant un portrait de Staline sur les murs d’une villa décrépite. Le jeune est inquiet. Le vieux hausse les épaules : « C’est quoi, notre ligne politique actuellement ? » Sorti en Russie juste avant l’invasion, le film n’a eu aucun souci avec la censure.

Comme dans d’autres régimes autoritaires, les cinéastes indépendants disposent d’une marge de liberté, relative mais réelle. Le pouvoir les tolère d’autant plus volontiers que leur audience est marginale et que leur existence même ôte un argument à ceux qui fustigent les carences démocratiques. C’est pour en finir avec ce simulacre, assurent-ils, que les Ukrainiens appellent à tout bloquer : «La propagande des journaux télévisés et les films d’auteur prisés par l’étranger sont les deux visages du même hégémonisme russe», résume Anna Koriagina.

Le combat avant l’art

Pourtant, Vladimir Bitokov a failli ne pas pouvoir venir à Paris. Deux jours avant son départ, des policiers sont passés chez son père pour des posts un peu louches à leurs yeux. « Ça s’est tassé, dit-il avec prudence. Ici, dans cette ville de liberté qu’est Paris, j’ai bien conscience d’être l’homme le moins libre qui soit.» A 37 ans, il repart le lendemain rejoindre ses filles de 7 ans et 5 ans à Moscou, en passant par Helsinki. La suite ? Il hausse les épaules. Il est comme son acteur, Yuriy Borisov, qui déclare en se filmant dans les alentours de Moscou: « Je ne sais plus où est ma place… » Et la comédienne Macha Méril, la marraine du festival, de glisser : «Leur avenir est tellement compliqué. Ils ne savent pas sur quel pied danser.»

On ne pense pas de la même manière selon que l’on est sous la mitraille ou dans un pays en paix. «Il est nécessaire de baisser le rideau de fer culturel autour de la Russie», déclare, le 7 mars dans Variety, l’Ukrainien Valentyn Vasyanovych, 50 ans, qui a, lui aussi, troqué sa caméra pour une kalachnikov. Trois jours plus tôt, dans le Financial Times, son compatriote Oleksandr Mykhed s’en prenait à une intellectuelle russe. « De quoi parlent ses posts depuis le début de la guerre ?, s’interroge ce critique d’art de 34 ans qui a vu sa maison détruite à Hostomel. De livres qui permettent d’échapper à la réalité. Les Russes et les artistes russes doivent comprendre : cette guerre est aussi la leur. Tant qu’elle durera, aucun de leurs films ne doit être présenté dans un festival, aucun de leurs livres ne peut être traduit, aucune rétrospective dans les musées, aucune réédition de Dostoïevski.»

Appelons cela le principe de Vladimir Jankélévitch (1903-1985). Fils d’immigrés russes ayant fui les pogroms, le philosophe et musicologue français s’engage dans la résistance dès 1940. Marqué par la précarité de l’existence, il fait passer le combat avant l’art. Après la guerre, il expliquera ne plus pouvoir écouter de musique allemande, marquée au fer rouge du nazisme. Un de ses articles, paru en 1965, contribuera à l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité.

Arrivée surprise

De l’autre côté, il y a les partisans de la dialectique, à laquelle le sexagénaire Marc Ruscart, écrivain, producteur et organisateur du Festival du film russe de Paris, rappelait son attachement en préambule au Dialogue de Trianon. Il figurait derrière Vladimir Poutine et Emmanuel Macron le 29 mai 2017, à Versailles, lors de la création de ce forum censé rapprocher la culture, les sciences ou l’éducation des deux pays. Une banale opération de «soft power» avec, côté français, l’espoir de conquérir de nouveaux marchés tout en exportant la démocratie. Péché d’orgueil.

« Vive la culture russe ! Non au boycott des artistes !», peut-on lire, le 14 mars, sur la page Facebook du conservatoire Rachmaninoff de Paris. Expression d’une communauté qui se sent assiégée ? Le directeur, Arnaud Frilley, 49 ans, reçoit dans son grand bureau qui fait face à la Seine. «Le chef d’orchestre qui a démissionné à Toulouse alors qu’on lui disait “choisis ton camp”, je trouve ça dérangeant. S’attaquer aux artistes russes, c’est de la bêtise, qui est dangereuse. Il faut plutôt se demander ce qui s’est passé en Ukraine depuis vingt ans, et qui est à l’origine de cette guerre fratricide. Je suis convaincu que les Russes de la génération de Poutine sont tout sauf des va-t-en-guerre.»

Arnaud Frilley a pris les rênes du conservatoire il y a deux ans. «Vous auriez vu dans quel état c’était… Il n’y avait plus d’élèves», dit-il en faisant visiter l’hôtel cossu. Manière de répondre indirectement à ceux qui, au sein du conseil d’administration, ont vu en son arrivée surprise une pure OPA. «Aucun investissement russe ici, assure-t-il. Juste quelques amis.» Arnaud Frilley est l’un des héritiers de Titra Film, la société qui, au début des années 1930, à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), a inventé le soustitrage. Ses fondateurs ? Les frères Kaganski, deux émigrés juifs russes ayant développé un système d’impression sur pellicule.

Valentyn Vasyanovych, cinéaste ukrainien, dans « Variety », le 7mars: « Il est nécessaire de baisser le rideau de fer culturel autour de la Russie »

Lui a hérité de CTM, la société familiale de matériel de cinéma, et monté sa propre société de production, au nom éloquent: B-Tween. Arnaud Frilley parle russe, sa femme est russe, il passe beaucoup de temps à Moscou, comme dans les républiques ex-soviétiques. C’est à lui qu’en 2012 Gérard Depardieu demande de faire l’intermédiaire pour obtenir un passeport russe. Amis et collaborateurs de longue date, les deux hommes s’affichent autant avec le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, qu’avec Vladimir Poutine.

« Je n’aime pas trop parler de Poutine, je préfère parler de la société russe, soutient Arnaud Frilley de sa voix onctueuse. Depuis trois siècles, l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie, c’est un même peuple. Les Ukrainiens sont des Slaves orthodoxes russophones. Or, depuis vingt ans, la russophobie se développe en Ukraine, dans une société très pauvre, corrompue et tenue par des oligarques. Pourquoi interdire la langue russe ? L’influence polonaise s’accroît dans l’ouest de l’Ukraine. Il n’est pas étonnant que les déclarations les plus violentes viennent de Pologne. » Poutine aurait-il dit mieux?

Face au Kremlin, qui ne cesse de comparer la cancel culture de l’Occident aux autodafés du IIIe Reich, les cinéastes ukrainiens assument leur radicalité. S’ils ne parlent plus de boycott mais de «retrait temporaire» ou de «mise en pause» des films russes, ils refusent de faire le tri entre pro et anti-Poutine : Nikita Mikhalkov ou Kirill Serebrennikov, même fin de non-voir et de non-recevoir.

« Arrêtons avec ce que j’appelle le “syndrome de Tolstoïevski”, grince le producteur Denis Ivanov, riant de son néologisme. Il faut toujours qu’on nous ressorte la grande littérature russe, pour mieux occulter le colonialisme culturel.» Pour cette génération émergente, la guerre est l’occasion d’armer une culture longtemps oblitérée. «Notre industrie cinématographique a commencé à se développer il y a dix ans, c’est de ça qu’il faudrait parler, quand la guerre sera finie», poursuit le bouillant producteur. Il se reprend: « Quand nous l’aurons gagnée. »

Laurent Carpentier et Aureliano Tonet


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Une scène du film Donbass multiprimé depuis sa sortie 2018
Presse Océan: Russian festival cancelled, three evening debates – March 29, 2022

Presse Océan: S.P. and J.C-J, 29 mars 2022

FESTIVAL RUSSE ANNULE, TROIS SOIREES-DEBATS

CINÉMA. Les organisateurs ont décidé d’annuler l’événement prévu du 31 mars au 4 avril.La directrice du Katorza propose trois films avec débats pour mieux comprendre le monde.
Le festival Univerciné Russe de Nantes,qui avait été rebaptisé « Entre Lviv et l’Oural » et suscité une condamnation ferme du maire de Lviv et une manifestation appelanta au boycott ce weekend, a finalement été annulé. Il devait se tenir du 31 mars au 3avril.

Caroline Grimault: «Le cinéma russe n’est pas le pouvoir russe»

Douze films étaient programmés et quatre réalisateurs invités. «Ce n’était plus possible matériellement, explique Macha Milliard, présidente de ce festival fondé en 1997. Nous n’avions plus que quatre films de disponibles et seulement un seul invité.» La guerre en Ukraine a indirectement tout chamboulé. «Nous regrettons aussi que notre festival ait été mal compris et mal interprété. Nous sommes tous opposés à la guerre de Poutine en Ukraine. On peut comprendre qu’en temps de guerre les gens soient à fleur de peau.»
Suite à cette annulation, la directrice du Katorza, Caroline Grimault, organise des soirées débats autour de trois films dont Donbass du réalisateur ukrainien Sergueï Loznita, long-métrage ultra-primé sur la guerre, Maman, je suis à la maison de Vladimir Bitokov (qui évoque le combat d’une mère dont le fils est tué en Syrie) et « A Résidence » d’Aleksei Guerman.
«Chacun de ces films présente le regard d’un cinéaste sur le système du pouvoir russe, en Russie comme en Ukraine. Mon travail vise à ce que les Nantais aient les clés et les outils pour comprendre. Les films contribuent à un éclairage sur la société russe. Le cinéma russe n’est pas le pouvoir russe. Nous choisissons le fond et la forme. Je suis contre le boycott des artistes, hormis ceux qui sont pro Poutine. Je suis de tout coeur avec les Ukrainiens.»

Un précédent… en 1985

Les trois séances (*) seront suivies d’un débat avec Jean Radvanyi, professeur émérite (Langues et civilisations orientales), et Marc Ruscart, délégué général du film russe de Paris. Visiblement touchée par les diverses pressions, à l’image de la directrice du festival, Caroline Grimault indique qu’elle « ne mesurait pas à quel point » elle était « attachée à la liberté de création artistique et de diffusion. On a des salles de cinéma dans lesquelles on peut montrer des films librement. Nous sommes dans une démocratie».

Et de rappeler l’histoire du Katorza, un cinéma centenaire, dont la dernière manifestation contre un film remonte à 1985. Réalisé par Godard, il avait pour nom Je vous salue Marie. Une autre histoire.

S.P. et J.C-J

(*)A20h, jeudi31mars («Maman,je suisàlamaison»), vendredi 1er avril («A Résidence») et le samedi 2 avril («Donbass»). Billetterie à partir du 30mars sur internet.

CANCELED RUSSIAN FESTIVAL, THREE EVENING-DEBATES

CINEMA. The organizers have decided to cancel the event scheduled for March 31 to April 4. The director of Katorza offers three films with debates to better understand the world.

The Nantes Russian Univerciné festival, which was renamed « Between Lviv and the Urals » and provoked a firm condemnation from the mayor of Lviv and a demonstration calling for a boycott this weekend, was finally canceled. It was to be held from March 31 to April 3.

Caroline Grimault: “Russian cinema is not Russian power”

Twelve films were scheduled and four film directors were invited. “It was no longer physically possible, explains Macha Milliard, president of this festival founded in 1997. We only had four films available and only one guest.” The war in Ukraine has indirectly turned everything upside down. “We also regret that our festival has been misunderstood and misinterpreted. We are all opposed to Putin’s war in Ukraine. It is understandable that in times of war people are on edge ».
Following this cancellation, the director of the Katorza, Caroline Grimault, is organizing debate evenings around three films, including « Donbass by Ukrainian director Sergei Loznita, an ultra-award-winning feature film on the war, Maman, « Mama I’am at home » by Vladimir Bitokov (which evokes the fight of a mother whose son is killed in Syria) and « A Résidence » by Aleksei Guerman.
“Each of these films presents a filmmaker’s view of the Russian power system, in Russia as in Ukraine. My work aims to provide Nantes residents with the keys and tools to understand. Films help to shed light on Russian society. Russian cinema is not Russian power. We choose the content and the form. I am against the boycott of artists, except those who are pro Putin. I have all my heart with the Ukrainians.”

A precedent… in 1985

The three sessions (*) will be followed by a debate with Jean Radvanyi, Emeritus Professor (Oriental Languages ​​and Civilizations), and Marc Ruscart, General Delegate of Russian Film in Paris. Visibly affected by the various pressures, like the director of the festival, Caroline Grimault indicates that she “did not measure how much” she was “attached to the freedom of artistic creation and film distribution. We have movie theaters in which we can show films freely. We are in a democracy”.
And to recall the history of Katorza, a century-old movie theater, whose last demonstration against a film dates back to 1985. Directed by Godard, it was called « Hail Mary ». Another story.

S.P. and J.C-J

(*) At 8 p.m., Thursday March 31 (“Mom, I am at home”), Friday April 1 (“A Residence”) and Saturday April 2 (“Donbass”). Ticket office from March 30 on the internet.


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Le film « Donbass », de Sergueï Loznitsa, Prix de la mise en scène à Un certain Regard, au festival de Cannes 2018, à voir cette semaine au Katorza.
Ouest-France: Nantes. The Russian festival canceled, but three films maintained – 03/28/2022

Ouest-France Anne AUGIÉ. Publié le 28/03/2022 à 20h43

Nantes. Le festival russe annulé, mais trois films maintenus

Prévu du 31 mars au 3 avril, le festival Univerciné russe est finalement annulé. Mais le cinéma Katorza choisit de maintenir des projections de films russes et ukrainiens. « Parce que nous faisons confiance à l’intelligence des spectateurs. » 

Explications.

« Certains des douze films programmés restent bloqués en Russie. Et la plupart des invités n’étaient plus en capacité de venir à Nantes. C’est pour ces raisons que nous avons décidé d’annuler le festival Univerciné russe, prévu du 31 mars au 3 avril.» Une décision prise dans le contexte sous tension lié à la guerre en Ukraine. Macha Milliard, présidente du festival, regrette « que la création cinématographique qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l’époque douloureuse que nous traversons ».

Comme elle se désole que certains messages portés par le festival aient pu être « mal interprétés », notamment le nouveau nom du festival, rebaptisé Entre Lviv et l’Oural . Une dénomination qui ne passe pas, notamment au sein d’une partie de la communauté ukrainienne de Nantes et au-delà, jusqu’au maire de Lviv : dimanche soir, 150 personnes se sont opposées à la tenue du festival lors d’une manifestation. Devant le Katorza, certains sont allés jusqu’à scander : « Univerciné collabo ! »

Des films pour éclairer les spectateurs

Mais on verra malgré tout des films russes et ukrainiens, cette semaine, à Nantes. En effet, la directrice du Katorza, Caroline Grimault, a décidé de maintenir trois soirées-débat, jeudi, vendredi et samedi soir. « Je suis de tout cœur avec les Ukrainiens et, bien sûr, très mal placée pour imaginer ce que l’on peut penser ou faire quand nos proches sont sous les bombes, précise-t-elle en préambule. Mais mon travail est de proposer aux Nantais des films qui constituent un éclairage sur la société russe d’aujourd’hui et peuvent les aider, comme ils m’ont aidée, à mieux comprendre la situation. En ce sens, je suis profondément contre le boycott des artistes russes. »

Caroline Grimault a retenu Maman, je suis à la maison, À résidence et Donbass, deux films russes et un ukrainien, sélectionnés ou primés dans des festivals internationaux comme Cannes et la Mostra de Venise : « Dans une démocratie comme la nôtre, l’écran de cinéma est un merveilleux outil pour découvrir des films et accompagner la réflexion. L’émotion est souvent le moteur d’une prise de conscience. Mais sans la réflexion, elle peut aussi conduire à la radicalisation. Nous faisons confiance à l’intelligence des spectateurs. »

« Ne boycotter aucune culture à Nantes »

Pour aller plus loin, chaque séance au Katorza sera suivie d’un débat. Ce jeudi 31 mars, Marc Ruscart, délégué général du Festival du film russe de Paris, qui soutient l’initiative nantaise, sera présent pour parler du film « Maman, je suis à la maison » de Vladimir Bitokov« Plus que jamais, il faut voir des films russes, des films qui condamnent avec courage Poutine et son système, affirme celui qui est aussi producteur au cinéma. Le cinéaste Volker Schlöndorff ou l’écrivain Emmanuel Carrère soutiennent ces projections. Au cinéma Max-Linder, à Paris, la semaine dernière, nous avons pu montrer des films de notre festival sans aucun souci… »

Aymeric Seassau, élu en charge de la Culture à Nantes, le rappelle avec fermeté : « À Nantes, il ne saurait être question d’interdire ou de boycotter quelque culture que ce soit ! Avec le prérequis de n’accueillir aucun artiste qui serve de soutien au régime criminel de Poutine… La liberté de circulation des œuvres et des idées n’est pas négociable. »

Jeudi 31 mars, vendredi 1er avril et samedi 2 avril, à 20 h au cinéma Katorza, 3, rue Corneille, à Nantes. Plein tarif : 9,10

Nantes, the Russian estival canceled but three movies hold

Scheduled from March 31 to April 3, the Russian Univerciné Nantes festival is finally canceled. But the Katorza – Nantes movie theater chooses to maintain screenings of Russian and Ukrainian films. “Because we trust the intelligence of the spectators. »

Explanations.

“Some of the twelve films scheduled remain blocked in Russia. And most of the guests were no longer able to come to Nantes. It is for these reasons that we have decided to cancel the Russian Univerciné festival, scheduled from March 31 to April 3. » A decision taken in the tense context linked to the war in Ukraine. Macha Milliard, president of the festival, regrets « that the cinematographic creation which had been selected remains inaccessible at the very moment when it could have contributed to an intellectually fine and sharpened apprehension of the painful time that we are going through ».

How sorry she is that certain messages conveyed by the festival could have been « misinterpreted », in particular the new name of the festival, renamed « Between Lviv and the Urals ». A denomination which does not pass, in particular within part of the Ukrainian community of Nantes and beyond, to the mayor of Lviv: Sunday evening, 150 people opposed the holding of the festival during a demonstration . In front of the Katorza movie theater, some went so far as to chant: “Univerciné collabo! » (« collabo » means collaborators of Nazi occupation during WW2 in France)

Films to enlighten viewers

But we will still see Russian and Ukrainian films this week in Nantes. Indeed, the director of Katorza movie theater, Caroline Grimault, has decided to maintain three evening DEBATES, Thursday, Friday and Saturday evening. “I am wholeheartedly with the Ukrainians and, of course, very badly placed to imagine what we can think or do when our loved ones are under the bombs, she specifies in the preamble. But my job is to offer Nantes residents films that shed light on Russian society today and can help them, as they have helped me, to better understand the situation. In this sense, I am deeply against the boycott of Russian artists. »


Caroline Grimault selected « Maman, je suis à la maison » (Mama I’m at home), « A residence » and « Donbass », two Russian films and one Ukrainian, selected or awarded at international festivals such as Cannes and the Venice Film Festival: « In a democracy like ours, the screen cinema is a wonderful tool for discovering films and supporting reflection. Emotion is often the driving force behind awareness. But without reflection, it can also lead to radicalization. We trust the intelligence of the spectators. »

« Do not boycott any culture in Nantes »

To go further, each session at the Katorza will be followed by a debate. This Thursday, March 31, Marc Ruscart, general delegate of the Paris Russian Film Festival, which supports the Nantes initiative, will be present to talk about the film « Maman, je suis à la maison » (Mama, I’m at home) by Vladimir Bitokov : « More than ever, you have to see Russian films, films that bravely condemn Putin and his system, says the man who is also a film producer. The filmmaker Volker Schlöndorff or the writer Emmanuel Carrère support these screenings. At the Max-Linder cinema in Paris last week, we were able to show films from our festival without any worries…”
Aymeric Seassau, municipality member in charge of Culture in Nantes, reminds us firmly: “In Nantes, there can be no question of banning or boycotting any culture whatsoever! With the prerequisite of not welcoming any artist who serves as a support for Putin’s criminal regime… The freedom of circulation of works and ideas is not negotiable. »

Thursday March 31, Friday April 1 and Saturday April 2, at 8 p.m. at the Katorza cinema, 3, rue Corneille, in Nantes. Full price: 9.10

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Euradio: Russian filmmakers facing a complex scenario – Europe on screen – 03/28/2022

Euradio – Nantes – 28/03/2022



Le festival Univerciné consacré aux cinéastes “entre Lviv et l’Oural” qui devait se dérouler en fin de semaine à Nantes est annulé.

Dans l’impossibilité de projeter une partie des films programmés et d’accueillir tous les invités pressentis, l’association Univerciné a annoncé dans un communiqué l’annulation de son volet russe qui devait se tenir du 31 mars au 3 avril.

Un festival que les organisateurs espèrent pouvoir reprogrammer à une autre date : “L’association Univerciné regrette que la création cinématographique ambitieuse et engagée, qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l’époque douloureuse que nous traversons”

En préparation au festival, les organisateurs Albin Luciani et Macha Milliard ont pu s’entretenir avec Joël Chapron, spécialiste du cinéma d’Europe centrale, orientale et de l’espace post-soviétique. Joël Chapron est aussi traducteur et responsable de cette zone au sein d’Uni France films pour la promotion du cinéma français. Il est aussi correspondant du festival de Cannes pour cette zone.

Joël Chapron répond aux questions de Macha Milliard, sur le financement du cinéma russe et la situation compliquée des cinéastes, qu’ils aient quitté la Russie où qu’ils y soient restés.

Compte tenu de ce qui se passe au sein du pays, le Ministère de la culture (russe) a décidé de financer à 100% tous les premiers films. Cela sous-entend que tous les jeunes cinéastes qui veulent faire un premier film, hormis s’ils possèdent assez d’argent, vont devoir s’adresser au Ministère de la culture pour être financé. Et on va leur reprocher rapidement d’être des suppôts de l’Etat, même s’ils font des films qui sont à l’inverse de ce que souhaite l’Etat.

Joël Chapron

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Le cinéma Katorza est installé rue Corneille à Nantes depuis 100 ans. — F.Brenon/20Minutes
20 Minutes: War in Ukraine: In Nantes, the Russian Univerciné festival throws in the towel after criticism – 03/28/2022

20 Minutes:Frédéric Brenon Publié le 28/03/22 à 18h25 — Mis à jour le 29/03/22 à 08h25

  • Le festival consacré au cinéma russe devait se tenir du 31 mars au 3 avril.
  • Son format et son contenu avaient été modifiés pour s’adapter au contexte international.
  • Une association franco-ukrainienne et le maire de la ville de Lviv avaient critiqué la tenue de l’événement.

Il n’aura finalement pas lieu. Prévu pour se tenir à partir de jeudi au Katorza à Nantes, le festival  Univerciné russe, qui devait présenter des films russes ou traitant de la Russie, est finalement reporté, annoncent les organisateurs ce lundi. Les contraintes d’organisation et les critiques suscitées par l’événement dans le contexte de  guerre en Ukraine ont poussé à cette décision.

«Dans l’impossibilité de projeter une partie des films programmés et d’accueillir tous les invités pressentis, l’association Univerciné annonce l’annulation du festival Univerciné aux dates prévues, soit du 31 mars au 3 avril, et son report à une date ultérieure, non connue à ce jour»
, expliquent-ils dans un communiqué.

« Une grande indignation des citoyens d’Ukraine »

Rendez-vous annuel, le festival avait été profondément modifié en raison du contexte international. L’événement avait été rebaptisé « Entre Lviv et l’Oural », la durée avait été raccourcie, les moments festifs avaient été supprimés, un logo « non à la guerre » avait été ajouté sur l’affiche et la programmation avait été revue pour ne retenir que des films de réalisateurs « qui dans leurs œuvres ou par leurs prises de position s’opposent à la guerre et interrogent le contexte ».

Mais cela n’avait pas empêché l’événement de s’attirer des critiques. Notamment celle de l’association franco-ukrainienne Tryzub. « Le format de ce festival et plus encore son nom (« Entre Lviv et l’Oural ») provoque une grande indignation des citoyens ordinaires d’Ukraine. Cela est considéré comme propageant l’idée que Poutine a déjà annexé l’Ukraine, ce que diffuse également la propagande du gouvernement russe », déplore Tryzub sur son site Internet, laquelle réfute faire preuve de «radicalisme».

Les regrets des organisateurs

Le maire de Lviv (Ukraine) avait, lui-même, réagi négativement la semaine passée, dénonçant, via les réseaux sociaux, une manifestation « illogique, biaisée et inhumaine » compte tenu de la guerre se jouant dans sa ville. Il demandait son remplacement par un festival consacré uniquement au cinéma ukrainien. En parallèle, une pétition réclamait l’annulation du festival.

Les organisateurs, qui proposent aussi un cycle annuel consacré aux films allemands, britanniques et italiens, regrettent que « la création cinématographique ambitieuse et engagée, qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l’époque douloureuse que nous traversons ».

Il y aura tout de même des films russes à l’affiche du Katorza en fin de semaine. Le cinéma d’art et essai nantais a en effet de programmer deux longs-métrages russes et un ukrainien de jeudi à samedi. Chaque projection sera accompagnée d’un débat


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


France Info: The Univerciné Festival presenting Russian films canceled in Nantes – 03/28/2022

FranceInfo – France Télévisions  Publié le 28/03/2022 17:28 Mis à jour le 28/03/2022 17:33

Un festival de cinéma qui devait présenter des films russes à Nantes du 31 mars au 3 avril et qui faisait l’objet de critiques d’une association franco-ukrainienne, a été annulé, ont annoncé lundi 28 mars les organisateurs.

« Dans l’impossibilité de projeter une partie des films programmés et d’accueillir tous les invités pressentis, l’association Univerciné annonce l’annulation du festival Univerciné Entre Lviv et l’Oural aux dates prévues (…) et son report à une date ultérieure, non connue à ce jour », ont-ils expliqué dans un communiqué.

« Propager l’idée que Poutine a déjà annexé l’Ukraine » 

L’association Univerciné dit regretter « que la création cinématographique ambitieuse et engagée, qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l’époque douloureuse que nous traversons ».

Sur Facebook, l’association franco-ukrainienne Tryzub avait dénoncé l’organisation de l’événement au cinéma Katorza« Le format de ce festival, proposé par les organisateurs, et plus encore son nom – Entre Lviv et l’Oural – provoque une grande indignation des citoyens ordinaires d’Ukraine. Cela est considéré comme propageant l’idée que Poutine a déjà annexé l’Ukraine – ce que diffuse également la propagande du gouvernement russe », estime l’association sur son site où figure une pétition réclamant l’annulation.

Sur son site, l’association relaie également un texte du maire de Lviv Andrii Sadovyi demandant aussi l’annulation du festival. « La décision d’organiser une telle manifestation au moment d’une violation sans précédent de toutes les normes du droit international par l’agresseur russe est au moins illogique, biaisée et inhumaine ». « Si par ces temps difficiles vous voulez vraiment soutenir la paix et dire non à la guerre, nous vous proposons de manifester votre solidarité et votre soutien à travers l’organisation d’un festival du cinéma ukrainien à Nantes ».


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Dans un premier temps, l’association avait ajouté un bandeau « Non à la guerre », en français, en russe, en ukrainien et en anglais sur l’affiche du festival.
Ouest-France: War in Ukraine. The Russian Univerciné festival in Nantes is canceled – 03/28/2022

Ouest-France Publié le 28/03/2022 à 14h50


Le festival Univerciné « Entre Lviv et l’Oural » est finalement annulé. Dans un communiqué, l’association annonce, ce lundi 28 mars, un report à une date ultérieure, non connue à ce jour.

Hier, dimanche 28 mars, alors que 150 personnes manifestaient contre la guerre en Ukraine, s’arrêtant devant le cinéma Katorza, à Nantes, se posait la question suivante: Univerciné « Entre Lviv et l’Oural » sera-t-il maintenu dans sa version allégée ? La réponse est tombée ce lundi 28 mars : le festival Univerciné russe, annoncé du 31 mars au 3 avril, est finalement annulé. « Dans l’impossibilité de projeter une partie des films programmés et d’accueillir tous les invités pressentis, l’association Univerciné annonce l’annulation du festival Univerciné Entre Lviv et l’Oural aux dates prévues, et son report à une date ultérieure, non connue à ce jour », annonce l’association dans un communiqué.

Lire aussi : Nantes. Le maire de Lviv condamne le festival Univerciné

Elle « regrette que la création cinématographique ambitieuse et engagée, qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l’époque douloureuse que nous traversons. »

Lire aussi : Nantes. Le maire de Lviv condamne le festival Univerciné

Dans un premier temps, l’association avait ajouté un bandeau « Non à la guerre » sur l’affiche du festival. Hier, dimanche 27 mars, des personnes ont manifesté contre la guerre décidée par Poutine, pour l’arrêt de l’invasion russe et contre le festival Univerciné.

Communiqué d’annulation d’Univerciné, page Facebok

.

Dans son communiqué, Univerciné précise étudier « les moyens de poursuivre dans sa vocation de diffusion de la jeune création allemande, britannique, italienne et aussi russe dans les meilleures conditions ».


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


France 3 TV: Russian and Ukrainian film festival in Nantes – 03/28/2002

France 3 (TV) : Festival de cinéma russe et ukrainien à Nantes – 28 mars 2022


France 3 (TV) : Festival de cinéma russe et ukrainien à Nantes – 28 mars 2022

Rencontre avec la directrice du festival Univerciné Russe rebaptisé Univerciné « Entre Lviv et l’Oural », une sélection de 12 films russes et ukrainiens. Un festival maintenu au nom de la culture dans un contexte nantais compliqué en raison d’interrogations et d’oppositions liées à la situation en Ukraine. Un festival organisé au cinéma Katorza de Nantes du 31 mars au 3 avril.
Intervenante : Macha Milliard, directrice du festival Reportage : D. Leroy, L. Couvrand, R. Fischer, N. Saliou Tendron

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Ouest-France: Nantes. They marched against the war in Ukraine and against the Univerciné festival – 03/27/2022

Ouest-France Philippe GAMBERT. Publié le 27/03/2022 à 21h58

A l’appel principalement de l’Association Tryzub, 150 Personnes – des Ukrainiens en grande majorité – ont manifesté « pour la paix en Ukraine, contre la guerre décidée par Poutine, pour le retrait des troupes russes d’Ukraine et contre la propagande de l’agresseur russe », hier après-midi, à Nantes.
Ils sont partis de la place Royale et ont terminé devant le cinéma Katorza, afin de réclamer l’annulation du festival Univerciné russe, renommé « Entre Lviv et l’Oural », prévu au Katorza du 31 mars au 3 avril. En scandant « Honte à Univerciné; Univerciné collabo! »
Alors que les armées russes ont envahi leur pays, que des enfants tombent sous les bombes russes, l’idée même d’un festival montrant des films russes, quels qu’ils soient leur est insoutenable. Les Russes, en envahissant l’Ukraine, argumentent-ils, « nient toute l’identité ukrainienne, sa culture et son existence même ». Dans ces conditions, un festival connoté russe est vécu comme une agression, même si ses organisateurs dénoncent clairement « la guerre menée par le Kremlin et les crimes contre l’humanité commis par la Russie ».

Débat impossible

Une femme ukrainienne, dont le compagnon portait une pancarte titrée « boycottons Auchan, mais pas Univerciné » a tenté d’apporter un autre point de vue et de défendre le festival. En vain. Une échaffourée a suivi. Une manifestante ukrainienne a été molestée et menacée par une femme surgie d’on ne sait où.
Dans la guerre sur le sol ukrainien, « l’agresseur est russe et les victimes ukrainiennes », a clos un manifestant. La guerre écrase tout. Sans nuance. Les bombes rasent et tuent impitoyablement. Les êtres humains, les idées, la réflexion.
Auparavant, place Graslin, Anna Generaliuk, la présidente de Tryzub, avait brandi des images des villes détruites et des morts ukrainiens.
Place Royale, des femmes portant des poupées baigneurs dans leurs bras, les ont posés au sol pour dessiner leurs contours, avec des ailes d’anges. Dans les rangs derrière eux, « de nombreuses femmes et des enfants arrivant d’Ukraine, traumatisés », a souligné une manifestante. La même personne souhaitait « un rassemblement digne et calme dans le respect de leur désarroi ».
Interrogée sur la manifestation à la porte de son cinéma, la directrice du Katorza dit son incompréhension totale: « Nous n’avons connu qu’une seule manifestation devant le cinéma. C’était en 1985. Des intégristes catholiques avaient empêché la projection du film de Jean-Luc Godard, Je vous salue Marie. Le cinéma doit nous amener à réfléchir pour dépasser l’émotion ».
Univerciné « Entre Lviv et l’Oural » sera-t-il maintenu dans sa version raccourcie? On le saura ce lundi. Vendredi, dans un mail, le maire de Lviv a condamné le festival.
Samedi prochain, une autre manifestation « contre la guerre en Ukraine » aura lieu à l’appel du collectif nantais regroupant plusieurs mouvements et syndicats qui ne soutenaient pas, ce dimanche, le rassemblement ukrainien devant le cinéma Katorza.

Philippe GAMBERT.


Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Ouest-France: Nantes. Le maire de Lviv condamne le festival Univerciné – 25/03/2022

Ouest-France Véronique ESCOLANO. Publié le 25/03/2022 à 22h00

Rebaptisé « Entre Lviv et l’Oural », le festival de cinéma russe de Nantes est violemment contesté. Il reste pour l’instant toujours maintenu.

« Entre Lviv et l’Oural ». C’est rebaptisé sous ce nom, que le festival Univerciné consacré à la Russie a choisi de se maintenir au Katorza, à Nantes, du 31 mars au 3 avril. Il propose une programmation réduite, non festive et revue, intégrant des films ukrainiens et veillant surtout à ne donner la parole qu’à …

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Télénantes: The Russian film festival creates controversy – 03/25/2022

Télénantes Publié le 25/03/2022 à 17h44

Le festival du cinéma russe aura-t-il lieu ? Prévu à Nantes à partir de jeudi prochain, l’évènement suscite la polémique dans le contexte de guerre en Ukraine. L’association franco-ukrainienne Tryzub réclame son report et le maire de Lviv, en Ukraine, s’en mêle. Dans un courrier aux organisateurs du festival, il dénonce une décision inhumaine.

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Ouest-France: The mayor of Lviv calls for the cancellation of Univercinés in Nantes – 03/25/2022

Ouest-France – Télénantes Publié le 25/03/2022 à 13h29

Sommaire / Table of content

Le festival de cinéma nantais Univercinés fait polémique jusqu’en Ukraine. Organisé par la faculté de langues et de culture étrangère de l’université de Nantes et par le Katorza, le festival Univercinés devait avoir pour thème le cinéma russe. Après le déclenchement de la guerre en Ukraine, l’évènement avait été renommé « de Lviv à l’Oural » avec une programmation garnie de films ukrainiens. Un choix de titre dénoncé en Ukraine et en Russie qui y voit une adhésion au discours officiel russe qui assimile les deux pays.

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Univerciné, program of the Russian film festival – 03/23/2022

Facebook – 23 mars 2022 à 11:46

Communication du programme d’Univerciné, page Facebok

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire de l’article / back to table of content


Image tirée d’un film en compétition, « L’homme de Podolsk ». 
Ouest-France: Nantes. Russian film festival says no to war – 03/05/2022

Ouest-France: Véronique ESCOLANO.Publié le 05/03/2022 à 08h59

« Non à la guerre ». Écrit en français, en russe, en ukrainien et en anglais, le bandeau a été ajouté à l’affiche du festival Univerciné russe, maintenu du 29 mars au 3 avril, quand bien même, l’association Russies étonNantes se retire de l’organisation cette année.

« Le festival est maintenu qui, avec beaucoup de noblesse, veut faire entendre les voix russes s’élevant contre la guerre en Ukraine. Mais nous nous préférons nous retirer de son organisation cette année. C’est plus souhaitable. » Ainsi va, rapportée par Julie Tébenkova-Féougier, la décision …

Liste des articles de presse / List of press articles
Retour sommaire


6. Images from March 27, 2022, demonstration, Nantes

6.1. Place Royale

Liste des albums photos / List of photo albums
Retour sommaire de l’article / back to table of content

6.2. Rue Crébillon

Liste des albums photos / List of photo albums
Retour sommaire de l’article / back to table of content

6.3. Place Graslin

Liste des albums photos / List of photo albums
Retour sommaire de l’article / back to table of content

6.4. Cinéma Katorza

Liste des albums photos / List of photo albums
Retour sommaire de l’article / back to table of content

Publié par Bernard Grua

Graduated from Paris "Institut d'Etudes Politiques", financial auditor, photographer, founder and spokesperson of the worldwide movement which opposed to the delivery of Mitral invasion vessels to Putin's Russia, contributor to French and foreign media for culture, heritage and geopolitics.

6 commentaires sur « Press review of a Russian-cinematographic маскировка (maskirovka) in Nantes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :