Pakistan: leproblème du panislamisme

Imran Khan, élu Premier ministre du Pakistan en juillet 2018, a fait de la lutte contre l’islamophobie et du respect du prophète de l’islam l’une des principales, sinon la principale priorité nationale et internationale. En conséquence, depuis septembre 2020, il existe une affaire Pakistan/France sur ces questions religieuses. Elle est largement ignorée dans notre pays alors que les tensions sont très fortes au Pakistan. La plupart des analystes politiques français ne s’y penchent guère. Ils ne disposent ni d’informations précises ni de la compréhension culturelle nécessaire leur permettant d’y travailler.

Pakistan: how to deliver a final blow to Imran Khan, the godfather of terrorism in France?

Imran Khan, Prime Minister of Pakistan, in his speech on Monday, April 19, 2020, confirms that he wants to persist in his rhetoric promoting violence and terrorism, in the name of his crusade against Islamophobia. He thus tries to calm the riots which shake his large metropolises by using, again, the same propaganda as the one which inflamed the population. In doing so, he shows us how cornered he is. Above all, he gives us one of the keys that would allow us to hasten his fall and put an end to its nuisance, deadly for our country.

Pakistan: comment porter le coup de grâce à Imran Khan, parrain du terrorisme en France?

Imran Khan, Premier ministre du Pakistan, dans son discours du lundi 19 avril 2020, confirme vouloir persister dans une rhétorique promouvant la violence et le terrorisme, au nom de sa croisade contre l’islamophobie. Il tente ainsi de calmer les émeutes qui secouent ses grandes métropoles en usant, à nouveau, de la même propagande que celle qui en a enflammé la population. Ce faisant, il nous montre à quel point il est acculé. Il nous livre surtout une des clefs qui nous permettraient de hâter sa chute et de mettre fin à sa nuisance, mortifère pour notre pays.

Pakistan : que penser des nouvelles manifestations anti-Français embrasant Lahore ?

Les affrontements anti-français de Lahore étaient annoncés depuis novembre 2020. Ils sont partie intégrante d’une stratégie faisant appel aux réseaux sociaux comme instrument de légitimation d’un Etat inapte à assumer les défis auxquels il est confronté. Pour l’instant, la France fait face de façon pertinente à cette menace islamo-nationaliste, qui la vise directement. Mais il est nécessaire de comprendre que l’effort doit se poursuivre dans le temps, car cette guerre pakistanaise de 5e génération est appelée à durer tant elle est indispensable à la survie du pouvoir d’Islamabad.