Frégate russe Shtandart: une fable ou une tragédie?

Au cours de ces derniers mois, une légende s'est construite autour de la frégate Shtandart. Comme dans toute histoire relative au pays de Vladimir Poutine, l'affaire est complexe, d'autant que les sources les plus importantes sont en langue russe.

Photo de couverture par Jean-Claude Orgeval : le Shtandart à Douarnenez, Bretagne, 16 juin 2022

Au cours de ces derniers mois, une légende s’est construite autour de la frégate Shtandart. Comme dans toute histoire relative au pays de Vladimir Poutine, l’affaire est complexe, d’autant que les sources les plus importantes sont en langue russe. En conséquence, les médias occidentaux ont docilement tendu leurs micros et leurs caméras, sans procéder aux vérifications nécessaires. De plus, s’inspirant les uns des autres, ils ont parfois ajouté leurs propres sur-interprétations et créations. Une réalité parallèle s’est aujourd’hui imposée, alors qu’il serait possible d’apporter un peu de raison, si l’on veut bien s’en donner la peine.

Bonjour. Ce voilier a déjà accosté à Baiona en mai. Pas de problème ni de refus. Principalement parce que la Russie lui a interdit d’entrer dans son propre pays, puisque la majeure partie de l’équipage est ukrainienne. C’est l’information que nous avons eue
https://bit.ly/lavosdegalizia-shtandart-baiona

Média de Vigo 17/07/2022

La solidarité des gens de mer et la tragédie du navire russe Shtandart, navire « apatride« , avec un équipage ukrainien.

Média de Galice 18/07/2022

Le Shtandart n’est pas un navire sans pays. Il est russe.

Rappelons que le Shtandart est immatriculé à Saint-Pétersbourg, Russie. Il navigue sous pavillon russe. Il est la propriété de la fondation « Shtandart Project » , domiciliée à Saint-Pétersbourg, dont plus de 60 % des parts sont détenues par Vladimir Martus, le capitaine . Vladimir Martus est né (1966), a grandi, et a fait ses études à Leningrad, redevenue Saint-Pétersbourg. Il est de nationalité et de citoyenneté russe. Son domicile est à Saint-Pétersbourg. C’est là que vivent sa femme et ses deux enfants. Voir: « Le capitaine Vladimir Martus et son rêve devenu réalité – la frégate Shtandart » (Ru)

À partir de 2009, il y a eu un litige administratif, typiquement russe, concernant l’immatriculation du Shtandart. https://www.spb.kp.ru/daily/24389.4/567498/.  Le capitaine Martus appelait cela une « tourmente bureaucratique ». Le litige est réglé depuis 2020. La résolution du conflit est confirmée dans l’article de Komsolmoskaya Pravda du 20 juillet 2020: « La légendaire frégate Shtandart peut retourner à Saint-Pétersbourg après son exil Le navire a reçu des permis de navigation en Russie »(Ru) . Le même jour, le site web du Shtandart a partagé cette information qui est toujours en ligne « Nous attendons le «Standart à Saint-Pétersbourg ! » (Ru).  Il prévoyait d’être à Saint Pétersbourg au cours de l’été 2021. L’épidémie du COVID et les opportunités commerciales du Shtandart en ont décidé autrement.

En 2014, des journalistes de RT (média d’Etat russe, sous contrôle du Kremlin) ont réalisé un film à bord du Shtandart comme le rappelle Irina Koloskova, le 11 juillet 2022 sur VK (le Facebook russe) https://vk.com/wall29761828_69. Il s’agissait d’une navigation entre les Canaries et Cherbourg. Voir Ouest-France (09/04/2014) .

En octobre 2021, le Shtandart a été mandaté par le gouvernement russe pour participer à une mission en mer Egée sous le haut patronnage du Président russe. Lire : https://bit.ly/shtandart-greece-putin-mission.

Entre le début janvier 2022 et la mi-février 2022, le capitaine du Shtandart, Vladimir Martus, est rentré chez lui à Saint-Pétersbourg. Il l’a annoncé sur son compte VK le 17 janvier 2022 https://vk.com/wall354135_3640. Pendant cette période, le Shtandart, qui était en Grèce, était sous le commandent de Dmitry Ryabchikov https://vk.com/wall104860_2118.

Comme l’indique le site web du Shtandart, les paiements et les donations, faits au Shtandart, créditent son compte dans l’établissement financier Alfa Bank, domicilié à Moscou. Il existerait pourtant une société « Shtandart TV » domiciliée en Allemagne. 

L’équipage du Shtandart n’est pas un équipage ukrainien.

Pour ce qui est de l’Ukraine, aujourd’hui, le 18 juillet 2022, sur le bateau, il y a seulement Ulyana, une jeune femme de 30 ans, amie du capitaine, rencontrée sur une plage de Nice. Et il y a aussi la chanteuse, de langue russe, Ekaterina Gopenko, qui fait des passages à bord, depuis janvier 2022 comme on peut le lire sur VK https://vk.com/wall-3533341_58589. Les hommes ukrainiens qui étaient à bord ont été mobilisés. Ils défendent, aujourd’hui, leur pays contre l’invasion russe.

La tragédie n’est pas à bord du Shtandart. Elle est en Ukraine.

Il ne faudrait pas, au nom de la « solidarité des gens de mer », pratiquer l’inversion victimaire. La tragédie se déroule en Ukraine, pas à bord du Shtandart. Le Shtandart peut naviguer en paix et en sécurité. Il peut, aussi, comme on l’a vu, retourner en Russie. Il peut, de plus, entrer dans les très nombreux ports des pays qui se sont abstenus de condamner la Russie lors de l’assemblée générale de l’ONU, le 2 mars 2022. Il peut, enfin, aller dans les ports des pays, encore plus nombreux, qui n’ont pas émis de sanctions contre la Russie. 

Vladimir Martus le 24 février 2022 a écrit sur Facebook: « Je ne laisserai pas la guerre entrer dans mon univers » . On peut ignorer la guerre et les crimes abominables perpétrés par l’armée russe en Ukraine, cela relève de la conscience de chacun. Toutefois, si l’on invoque la « solidarité des gens de mer » alors il faut prendre en compte la chaloupe « Anna Yaroslavna » d’Odessa et la tchaïka cosaque « Presvyata Pokrova » de l’association Kish de Lviv. Ces deux bateaux, à la différence du Shtandart, n’ont pas pu participer aux événements nautiques de l’été 2022. Il n’ont donc pas bénéficié de l’attention des médias. Un des bateaux est au sec à Brest (Bretagne). L’autre est sur un terre-plein de Chateaulin (Bretagne). Leurs équipages risquent héroïquement leur vie, tous les jours, pour protéger l’Ukraine et leurs compatriotes des crimes de guerre et de l’invasion russes.

La vraie question à se poser est celle de savoir pourquoi et comment le capitaine Martus et son navire, le Shtandart, tiennent absolument à s’imposer dans les ports de l’Europe occidentale, en allant contre les sanctions européennes. Il y aurait probablement matière à un véritable d’enquête journalistique.

Le Shtandart comme tout sujet journalistique doit être abordé professionnellement

Il y a des lectures que l’on ne doit pas écarter si on veut faire un réel travail d’information.

Oleh Sentsov et Roman Sushchenko, anciens prisonniers politiques du Kremlin, ont écrit, le 8 juillet 2022, à la Première ministre de la France. Ils demandent qu’il soit mis fin à la dérogation dont bénéficie le Shtandart concernant le 5e paquet des sanctions. Ces sanctions interdisent l’entrée des navires russes dans les ports européens. Une trentaine d’organisations, représentatives de la communauté ukrainienne en France ont co-signé cette lettre. Voir https://bit.ly/Shtandart-lettre-sentsov-sushchenko.

A notre connaissance, le 10 juillet 2022, seul Javier H. Rodriguez du « Faro de Vigo » a effectué un véritable travail de journaliste concernant le Shtandart. Il ne s’est pas contenté d’écrire ce que lui dictait le capitaine du Shtandart ou ses agents. Il en a vérifié les sources. Lire « Une frégate russe contourne les sanctions et se dirige vers Vigo » .

Le 13 juillet 2022, Marta Skyba, la présidente de l’ « Asociación cultural, de desarollo e integración social de Ucranianos en Galicia-Girasol », a remis une lettre à sept autorités de Vigo et de Galice. Cette lettre circonstanciée demande que la Galice respecte les sanctions européennes et ferme ses ports au Shtandart. Il est important d’examiner les raisons invoquées. Le document est signé par des personnalités et des organisations d’Espagne, d’Ukraine, de France et de Belgique. Lire : https://bit.ly/shtandart-petition-vigo-fr

Pour tenter de démêler le faux du vrai, on peut aussi se reporter à ce texte du 6 juillet 2022: « Vigo, ce que vous devez savoir sur le navire russe Shtandart » (En) https://bit.ly/vigo-information-shtandart-en

Dans l’affaire du Shtandart, il est quasiment impossible de déterminer si le narratif a été entièrement écrit par le Shtandart ou par ses agents. Il est probable que quelques organisateurs d’événements maritimes, en France et en Espagne, y ont contribué afin de justifier l’achat d’une prestation commerciale de représentation auprès de ce navire russe, que le réglement ait été fait par paiement ou par troc, comme à Douarnenez. De même, on peut penser, que certains journalistes se sont montré créatifs pour rendre plus attractive la fable qu’ils publiaient. Maintenant que des vérifications ont été documentées et que des positions claires se sont exprimées, il parait nécessaire d’en tenir compte. Il en va du respect dû aux lecteurs.

Autres articles en français sur le Shtandart

Publicité

Publié par Bernard Grua

Graduated from Paris "Institut d'Etudes Politiques", financial auditor, photographer, founder and spokesperson of the worldwide movement which opposed to the delivery of Mitral invasion vessels to Putin's Russia, contributor to French and foreign media for culture, heritage and geopolitics.

Un avis sur « Frégate russe Shtandart: une fable ou une tragédie? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :