Ramla Akhtar: cas emblématique du discours pakistanais de haine raciale et religieuse contre une minorité et contre les Occidentaux

Ramla Akhtar, alias Rmala Aalam, est une femme instruite et radicalisée du sud Pakistan. Son discours de haine, étranger à la rationalité occidentale, laisserait penser par son argumentaire délirant, à un cas isolé. Pourtant, lorsque la France connaissait, à l’automne 2020, une série d’attentats terroristes meurtriers, il a été possible de prendre connaissance de messages effarants sur Twitter. Ils provenaient de nombreux citoyens pakistanais, mais aussi de leur gouvernement. Force est donc de reconnaître qu’Akhtar, la cyber-délinquante, représente un segment réel de la population à laquelle elle appartient. Il a semblé utile d’examiner les artifices auxquels elle a recours ainsi que les pulsions et les ressentiments qu’elle exploite afin de mieux comprendre les mécanismes en œuvre dans cette explosive partie du monde.

Harcèlement pakistanais islamiste à Nantes, nouvelle demande d’aide et de protection à la municipalité

Monsieur Bassem Asseh, premier adjoint au maire de Nantes, et Madame Aicha Bassal, adjointe personnel et relation sociale ont été destinataires, ces derniers jours, de tweets de dénonciation calomnieuse envoyés par la radicalisée pakistanaise, Ramla Akhtar. Cet article reprend le fil twitter des publications qui ont été adressées à ces deux adjoints par Bernard Grua afin de demander, une nouvelle fois, assistance et protection aux autorités nantaises, singulièrement indifférentes à une haineuse campagne de harcèlement, dont elles ont pourtant été témoins à de très nombreuses reprises depuis près d’un an.

Quelques réflexions sur le rassemblement nantais contre l’antisémitisme

Le mardi 19 février 2019 s’est tenu, à Nantes, au monument des 50 otages, un rassemblement calme et apolitique contre l’antisémitisme. Très peu de jeunes étaient présents. La très large majorité des participants avait plus de 50 ans.