Articles de Bernard Grua

à la Une

Formulaire de signalement du compte @barefoot_Rmala à l'agence gouvernementale contre le cyberharcèlement

Signalement concernant les actes de la cyber-crimminelle Ramla Akhtar adressé à l’agence gouvernementale en charge du harcèlement sur Internet.

Ce document est la re-transcription des éléments ayant renseigné le formulaire de signalement adressé à l’agence gouvernmentale « Net Ecoute » contre le cyber-harcèlement. Il concerne la dénonciation du flot de Tweets haineux et calomnieux propagé par la pakistanaise Ramla Akhtar, alias Rmala Aalam, depuis son compte @barefoot_rmala en vue d’obtenir la suppression des ses écrits criminels déjà publiés, d’en empêcher la continuation et d’obtenir le bannissement, sous Twitter, de leur auteure.

Votre âge

57 ans

Votre email

bernardgrua@******.fr

Quel est l’âge de la personne concernée par le problème ?

57 ans

Quel est votre lien avec cette personne (Père, cousin, amie…) ?

C’est moi-même.

Quel est le problème rencontré ?

Moi-même, Bernard Grua, résidant à Nantes (44), @bernardgrua, suis victime, sous Twitter, de la cyberdélinquante pakistanaise, @barefoot_rmala. Il s’agit de harcèlement public, de diffamation et de dénonciation calomnieuse auprès d’ONG, de personnes influentes, d’autorités pakistanaises et françaises, de la ville de Nantes, de la police et d’Interpol. Au 3 décembre 2019, cela représente plus de 350 tweets sur moins de deux mois et demi.

Les principaux comptes destinataires des dénonciations calomnieuses sont : @NantesMetropole, @Johanna_Rolland (maire de Nantes), @PoliceNationale, @Interpol, @FranceInPak (ambassade France au Pakistan), @PoliceNat44 etc.

La cyberdélinquante @barefoot_rmala a, de plus, inclus @bernardGrua dans son « nom » multipliant la diffamation par chacun des 3 200 tweets qu’elle a envoyé à ce jour (1re pièce jointe #1). Cela aussi pour effet de conduire à sa diffamation, toute personne lançant une recherche sous @bernardgrua dans Twitter.

Elle a, enfin, lancé le harcèlement en meute en demandant des retweets de ses lecteurs (1re pièce jointe #2).

L’argument est que je soutiendrais un réseau de pédophiles et de violeurs au Pakistan. Que je harcèlerais @barefootRamla, que je la terroriserais, que je la menacerais de mort, elle et sa petite fille, que j’exercerais des violences à son égard. Je serais un terroriste, un fasciste colonialiste, un misogyne, un suprémaciste blanc. Je m’en prendrais à elle (que je n’ai jamais rencontrée) car elle a la peau sombre et est une musulmane sunnite. @barefoot_rmala exploite #metoo, l’importante cause actuelle de la violence faite aux femmes, sa situation de mère célibataire, les pulsions xénophobes et le fondamentalisme religieux de son auditoire. Elle se place en victime. J’ai le tort d’être la cible idéale pour cette personne en mal de reconnaissance. Voir en exemple les 16 tweets reçus le 3 décembre (2e pièce jointe) et l’explication de pourquoi elle s’en prend à ma personne : « a privileged White European male » (1re pièce jointe#3).

L’ensemble des tweets de @barefoot_rmala en date du 2 décembre 2019, mentionnant @bernardgrua est téléchargeable ici.

Depuis quand existe ce problème ?

Ce problème de harcèlement et de diffamation existe depuis fin mai 2019 par messagerie Facebook ou par posts Facebook publics suite a des articles que j’ai publiés parlant positivement d’une minorité ethnique (wakhie) et religieuse (ismaélienne), du Nord pakistan, à laquelle @barefoot_rmala voue une haine féroce. Mais le problème a pris un tour beaucoup plus intense et beaucoup plus diffamatoire avec son passage sur Twitter le 18 septembre 2019.

Entre le 18 septembre 2019 et le 2 décembre 2019, ce sont plus de 341 tweets de harcèlement qui ont été reçus. Une analyse de l’ensemble des tweets de la harceleuse @barefoot_rmala entre le 22 juillet 2015 et le 2 décembre 2019 montre que moi-même, @bernardgrua, suit devenu la cible principale de cette cybercriminelle. Mon compte est, de très loin, celui le plus mentionné par cette personne sur l’ensemble de sa période d’utilisation de Twitter (3e pièce jointe).

Le rythme se poursuit avec 16 tweets reçus le 3 décembre (2e pièce jointe).

Quelles démarches ont déjà été effectuées pour résoudre le problème ?

J’ai signalé les 90 premiers tweets à Twitter le 26 septembre. Ensuite, j’ai signalé très régulièrement à Twitter les nouvelles publications. J’ai toujours expliqué que le problème ne venait pas seulement des Tweets isolés, mais de leur volume et de la répétition envahissante du mensonge. À chaque signalement Twitter, on ne peut joindre que 5 tweets. Pour les plus de 350 tweets, il existe donc un nombre important de signalements. Entre la confirmation des signalements et le « résultat de leur analyse », en y ajoutant, parfois, des demandes de précisions, ce sont plus de 268 e-mails reçu de Twitter.

J’ai envoyé des tweets proposant des explications et demandant de l’aide aux destinataires des dénonciations calomnieuses dont la ville de Nantes ainsi que la Police Nationale et Nantaise. Je n’ai pas eu de réponse.

Le 8 novembre, j’ai téléphoné au Commissariat Central de Nantes et à la ville de Nantes pour leur demander de l’aide. Je n’ai eu aucune recommandation concrète ou proposition d’action.

Le 20 novembre, je suis allé au Commissariat Central de Nantes pour porter plainte et obtenir de l’aide, leur demandant de signaler le compte à Twitter comme cela est prévu. On a refusé de m’aider, et même, à quatre reprises, de prendre ma plainte. J’ai été empoigné et expulsé physiquement du commissariat. Ce même jour, je suis allé demander de l’aide à la ville de Nantes. Des personnes du service de communication ont échangé avec moi, à l’extérieur du bâtiment, sans me faire entrer. Elles ne m’ont proposé aucune aide réelle.

Le 21 novembre, j’ai déposé une plainte à l’attention du Procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Nantes. En pièce jointe, j’ai ajouté un exemplaire papier des 296 tweets reçus à cette date. Ce même jour, je suis allé à la Maison de l’Avocat à Nantes. Ils m’ont proposé un RDV avec une avocate pénaliste que j’ai rencontré le 3 décembre. L’avocate ne connaît pas Twitter. Elle m’a juste confirmé que j’avais eu raison de porter plainte.

Le 22 novembre j’ai envoyé courrier électronique détaillé à contact@mairie-nantes.fr, comme cela m’avait été indiqué par téléphone, pour ré-expliquer et redemander de l’aide. Je n’ai pas reçu de réponse.

Le 2 décembre, j’ai téléphoné à Net Ecoute qui m’a suggéré de remplir ce formulaire. Ce même jour, j’ai téléphoné à « Nantes Victimes 44 », qui comprenait à peine de quoi je parlais. On m’a proposé un entretien téléphonique avec un avocat pour le 6 décembre.

Quel a été le résultat de ces démarches ?

Pour l’instant, à part Net Ecoute, je n’ai rencontré aucun service public ou aucune personne qui se sente concerné.

Le 26 septembre, Twitter m’a bloqué, pendant plusieurs jours, se considérant spammés par le nombre (90…) de mes signalements !

Le 11 novembre, Twitter m’a envoyé une notification indiquant que @barefootRamster (ancien nom de @barefoot_rmala) violait ses règles. (4e pièce jointe)

Le 13 novembre Twitter m’a envoyé un email pour me dire qu’ils avaient bloqué @barefootRamster (4e pièce jointe). Ce blocage n’a duré qu’une demi-journée.

Le 14 novembre Twitter m’a envoyé une notification disant que @barefootRamster violait leur règle par une conduite haineuse. (4e pièce jointe)

Depuis lors, Twitter répond invariablement que les Tweets de @barefootRamster (puis @barefoot_rmala) ne violent pas leurs règles. Cette correspondance avec Twitter est dévoratrice de temps, usante et profondément déprimante par son absence de résultat.

Comme je l’expliquais, je me suis fait littéralement jeté, le 20 novembre, du Commissariat principal de Nantes. La ville de Nantes à qui j’ai téléphoné, rendu visite et écrit le 22 novembre ne fait rien et ne me réponds pas.

Sans soutien, sans conseil, je ne sais pas comment contrer une telle malveillance. J’ai pu être conduit à mener des actions qui peuvent s’avérer préjudiciable à ma cause tant j’ai été excédé par les insultes et les provocations reçues. Pourtant, puis-je voir ma réputation détruite et mon honneur jeté dans la fange sans tenter de présenter un discours plus éclairé? .

Combien de signalement avez-vous déjà effectués ?

J’ai effectué des dizaines de signalements à Twitter, reprenant, généralement 5 tweets (maximum possible). Je leur ai envoyé des dizaines de mails détaillés ainsi que copie du dépôt de plainte. Comme indiqué ci-dessus, j’ai reçu 268 mails de Twitter.

La Police Nationale a refusé mon signalement pourtant préconisé dans tous les textes relatifs au harcèlement et pourtant encouragé par le module Twitter réservé aux requêtes des forces de l’ordre ou du gouvernement : https://help.twitter.com/forms/lawenforcement

La Ville de Nantes n’a pas pris de signalement bien qu’elle soit destinataire des Tweets de dénonciation calomnieuse.

Quand avez-vous fait ces signalements ?

Outre mon dépôt de plainte (21 novembre) et mes échanges de mails avec Twitter, mes signalements, plusieurs par semaine, s’étendent du 24 septembre au 4 décembre, 2019.

Je ne sais pas si je dois poursuivre les signalements auprès de Twitter. Ceux-ci sont sans résultat et me prenne énormément de temps. J’aurais besoin de vos conseils à ce sujet.

Quelles sont le ou les les URL des comptes/sites des auteurs concernés ?

L’auteure de ce harcèlement est Mme Ramla Akhtar, alias Rmala Aalam, « shop manager » de « BetterBonds » à Hussaini (Gulmit), Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan.

Son compte Twitter est, aujourd’hui, @barefoot_rmala. Il a connu d’autres identités telles que @barefootRamster et est susceptible de varier à nouveau.
Cette personne dispose d’un autre compte Twitter identifié : @barefootRara.

La principale page Facebook de son activité professionnelle est : https://www.facebook.com/betterbonds.shop/
Sa principale blog-page sur Facebook est : https://www.facebook.com/KarakoraMommy/
Sa principale page Facebook personnelle est : https://www.facebook.com/BarefootRaRa

Quel est votre URL ?

Mon compte Twitter est @bernardgrua.

J’ai aussi, pour votre information, ouvert, le 01/11/2019, un autre compte afin de pouvoir apporter quelques réponses aux allégations les plus graves de @barefoot_rmala (préalablement @barefootRamster) et ne pas décourager mes « followers » réguliers par cette affaire. Il s’agit de @StopWebStalkers qui, à ses débuts, s’est appelé @StopTrolls3.

Qu’attendez-vous de Net Ecoute ?

Je ne crois plus aux mesures cosmétiques de Twitter consistant à supprimer un ou deux Tweets ou à suspendre temporairement ce compte. Elles ne sont d’aucune utilité.

J’attends de Net Ecoute que vous m’aidiez à faire disparaître les tweets diffamatoires qui sont une atteinte difficilement supportable à ma réputation.

J’attends aussi que cette nuisance ne se reproduise plus. L’erreur de Twitter est de s’en tenir au texte (pourtant déjà très violent) des tweets sans considérer le volume de la diffamation, le panel des accusations portées et la permanence du harcèlement. En clair, pour Twitter, tétanisé par #metoo, dont joue habilement @barefoot_rmala, je ne suis pas une victime.

Je souhaite que vous obteniez, de Twitter, l’effacement définitif de tous les Tweets de @barefoot_rmala (et/ou @barefootRamster) mentionnant le compte @bernardgrua afin de faire disparaître les plus de 350 tweets diffamatoires me concernant.

Je souhaite la suppression irrévocable du compte @barefoot_rmala (ou son nouvel avatar) de Ramla Akhtar, alias Rmala Aalam.

Je souhaite la suppression du deuxième compte connu de cette personne, à savoir @BarefootRaRa.

J’espère que vous m’aiderez lorsque cette personne ouvrira un nouveau compte pour poursuivre son harcèlement.

J’aimerais que Net Ecoute obtienne de la Police Nationale qu’elle fasse son travail en signalant @barefoot_rmala par le module Twitter prévu pour les forces de l’ordre https://help.twitter.com/forms/lawenforcement.

J’aimerais que Net Ecoute obtienne de la communauté urbaine de Nantes qu’elle signale depuis ses différents comptes être spammée par @barefoot_rmala.

Si vous en avez, merci de nous transmettre des captures d’écran:

Voir en annexe

Avez des informations complémentaires?

Je souhaite insister sur le fait que quatre ou cinq Tweets, même infâmes, provenant d’une personne radicalisée du Pakistan ne sont pas un problème. Ici, le point qui est crucial, c’est le volume. Comme le dit cette citation attribuée à Goebbels : « Un mensonge répété mille fois se transforme en vérité ».
Mille fois? On va y arriver. Je ne peux, bien sûr, pas répondre à chaque assertion je ne ferais que nourrir le harcèlement et céder à la provocation. Pourtant, je ne peux pas laisser dire de telles choses. Je souhaite insister aussi sur le fait que cette personne se nourrit de sa propre haine et de ses propres élucubrations. Elle recycle en permanence certaines calomnies auxquelles il a déjà été répondu. De mon côté, soit en m’exprimant soit en me taisant, soit en supprimant mon compte Twitter, je ne ferai pas disparaître ce qui est écrit. Je ne mettrai pas fin à la malfaisance. L’adage mainte fois entendu : « Ne pas nourrir le troll » ne fonctionne pas. Comme l’écrit @barefoot_rmala dès le 13 novembre (1re pièce jointe #3) :

« I’ll tell you why I cant easily let go the cruel madman @bernardgrua. This : He is a priviliged White European male with possibly no life issues. Strong passport, money in bank, ease of travel. Life can’t be better. » .

Il a été difficile de faire un choix parmi tous les éléments dont je dispose. De même, je n’ai pas pu, par manque de place, objecter aux fausses accusations qui sont portées contre moi. Je me tiens donc à votre entière disposition pour répondre à vos questions ou pour vous communiquer des éléments complémentaires. Mon mail:bernardgrua@****.fr. Mon téléphone : 06**** 60.
Dans la pièce jointe qui me reste, j’ajoute une des notifications de Twitter pour information.

Dans quel département habitez-vous ?

Loire Atlantique (44)

Quel est votre sexe?

M

Comment avez-vous connu Net Ecoute ?

J’ai connu Net Ecoute en faisant des recherches sur Internet. Aucun des contacts rencontrés, Nantes Métropole, Police nationale, Tribunal de Grande Instance, «Association Nantes Victimes » ou « Association d’avocats du barreau » ne m’a signalé votre existence. Et pourtant, vous êtes les seuls, à, semble-t-il, vouloir aider les victimes de cyber-harcèlement.

J’ai besoin de votre aide.

Merci.

Addendum

Bien que cela ne fusse pas mentionné dans le formulaire envoyé à Net Ecoute un tweet a aussi été adressé, le 2 décembre 2019, à @PoliceNat44 en leur demandant de faire enfin leurs diligences quant à l’envoi d’une requête à Twitter.

Annexes

1ère pièce jointe: détournement et harcèlement en meute

1 Détournement du nom

2. Harcelement en meute

3. Ce harcelement sera sans fin

2e pièce jointe: tweets @barefoot_rmala du 03/11/2019

3e pièce jointe: analyse du compte @barefoot_rmala

4e pièce jointe: rapports de Twitter comportement haineux de @barefoot_rmala

5e pièce jointe: réception par Twitter des publications @barefoot_rmala du 13/11/2019

à la Une

Le loud « El Feliho » à Kerkennah en 2002

Ces images prises en 2002 à Chergui, Kerkennah, proviennent de médiocres photos papier qui ont été scannées afin de pouvoir être partagées. Sans grand intérêt artistique, elles ont peut-être une valeur en terme de documentation pour ceux que l’histoire des louds, navires emblématiques du Golfe de Gabès, intéresse ou qui se sentent concernés par la préservation et la restauration des très rares exemplaires restant.

Cliquez sur les images pour les agrandir. Il est possible de les télécharger librement pour les insérer dans un article sur un média de votre choix. Merci, en ce cas, de mettre un lien vers cette rapide présentation.

Continuer à lire … « Le loud « El Feliho » à Kerkennah en 2002″
à la Une

Le Parlement suspendu, une leçon de démocratie britannique ?

En France, les commentaires ne manquent pas pour blâmer la suspension du parlement britannique prévue par Boris Johnson entre le 9 septembre et le 14 octobre 2019. La reine Elisabeth II y a donné son accord le 28 août 2019. Cette dernière est, elle-même, parfois mise en cause dans ce qui est considéré comme une dérive autoritaire. Et pourtant, c’est aller un peu vite en besogne en ignorant le fait que la démocratie, au pays de sa gracieuse majesté, dispose d’une ancienneté et d’une résilience bien plus importante que la nôtre.

Des institutions incapables, depuis trois ans, d’appliquer un mandat populaire

«La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple» disait Abraham Lincoln, cité par le Général de Gaulle. Le 23 juin 2016, il y a plus de trois ans, un référendum, concernant l’ensemble de la population britannique, en âge de voter, s’est prononcé. Avec 52 % des voix, et une participation massive de 72 % du corps électoral, le peuple souverain a demandé à sortir de l’Union européenne.

À Londres, le gouvernement précédant celui de Johnson, ainsi que le Parlement, avaient pour mission de mettre en œuvre ce Brexit. Ils ont échoué. Après des mois, des années, de louvoiements, la Grande-Bretagne en est toujours au point de départ. Tout ce qui devait être dit a été dit. Tout ce qui pouvait être envisagé ne l’a pas été. Quelques semaines de plus ne changeront rien à l’affaire.

Continuer à lire … « Le Parlement suspendu, une leçon de démocratie britannique ? »
à la Une

Réseaux sociaux de Bernard Grua

Suivre les articles et les photographies de Bernard Grua sur les réseaux sociaux: Youtube, Pinterest, Instagram, Facebook, Flickr et Twitter.

Sommaire

Continuer à lire … « Réseaux sociaux de Bernard Grua »
à la Une

Le Grand Jeu : rencontre anglo-russe aux confins du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram

Le dernier acte du Great Game ou Bolshaya Igra (Grand Jeu), s’est joué au point où se sont rejoints l’empire tsariste, l’empire britannique et l’empire chinois dans un des endroits les élevés et, à cette époque, les plus inaccessibles de la planète. Là, convergent les massifs du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram, hérissés de montagnes géantes. A la fin du dix-neuvième siècle, des explorateurs passionnés y ont, au péril de leur vie, affronté des altitudes extrêmes, des vents et des froids mortels, des cols enneigés balayés par les avalanches, des défilés menacés par des crues soudaines ou par de dévastateurs glissements de terrain. Militaires officiellement en disponibilité ou en permission de chasse mais, en réalité, cartographes, espions, voire diplomates, ils ont, en leur temps, fait partie d’une petite élite célébrée par les très honorables Sociétés de Géographie de Londres ou de Saint-Pétersbourg.

Aujourd’hui, la Grande-Bretagne s’en est allé. La Russie y est progressivement effacée par un dragon chinois renaissant et sortant de ses frontières. Le Grand Jeu, une étonnante page d’histoire, est oublié. Il en est de même pour les hommes l’ayant écrite. Leurs exploits n’entrent dans la construction d’aucun discours national que ce soit dans leurs pays d’origine ou dans ceux de leurs si particulières pérégrinations. De nos jours, les visiteurs étrangers sont conduits à y sacrifier aux mythes sans réel contenu d’une route de la soie, à l’appellation flatteuse, plutôt qu’à une époustouflante épopée, pourtant pas si lointaine, et qui resterait documentable localement. Le cadre de ces aventures inconcevables est bien sûr toujours là avec ses itinéraires, ses abîmes vertigineux, ses rochers noirs (karakoram), ses cimes étincelantes, ses puissants glaciers, ses rivières tumultueuses, ses villages isolés et ses pâturages d’altitude. 

De récentes photographies en noir et blanc prises le long de la Karakoram Highway tenteront d’en évoquer, très partiellement, la grandeur. Elles essayeront, de plus, de rappeler la détermination de ceux qui ont consacré leurs meilleures années, voire leur dernier souffle, à arpenter ces lieux inhospitaliers. Lesquels ne cessaient, malgré tout, de les envoûter. 

Continuer à lire … « Le Grand Jeu : rencontre anglo-russe aux confins du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram »
à la Une

Chapursan, quand la nuit de Zoodkhun dévoile l’univers

Eloigné de toute source de pollution, y compris lumineuse, Zoodkhun, village de haute montagne situé au bout de la vallée de Chapursan, est un lieu exceptionnel pour observer le ciel nocturne.

Zoodkhun, les rayons du soleil descende dans la vallée de Chapursan
Zood Khun, crêtes occidentales, la lumière descend dans la vallée 05:45, début Août

La porte vers un autre monde sans limites

Aux confins de l’Asie Centrale et au bout de l’étroite vallée de Chapursan, Zoodkhun est entouré sur trois côtés par les hautes montagnes du Karakoram, de l‘Hindou Kusch et du Pamir. Dès la fin du crépuscule, s’impose le sentiment d’être dans un milieu quasiment clos plutôt que dans un large espace encerclé par les bords inférieurs d’une voûte céleste dont l’observateur se trouverait au centre. En levant les yeux, il lui semble que le vrai monde ne se trouve pas sur la planète où il se tient. Celle-ci n’en serait qu’une infime cellule. Car la nuit n’est ni noire, ni bleue. Elle n’est pas «une». Elle n’est pas un couvercle. Elle n’existe pas. C’est un jour différent. Le jour d’un univers gigantesque et brillant.

Zoodkhun, à lheure ou les étoiles s'allument
Les dernières lueurs du soleil n’ont pas encore disparu. Mais l’air est tellement pur qu’ une multitude d’étoiles est déjà visible .
Continuer à lire … « Chapursan, quand la nuit de Zoodkhun dévoile l’univers »
à la Une

La Karakoram Highway, prototype des nouvelles Routes de la Soie?

La «Belt and Road Initiative» (BRI) chinoise, appelée aussi la Nouvelle Route de la Soie, est une réalisation en devenir suscitant de nombreuses interrogations. Pourtant, au Pakistan, la Karakoram Highway mise en service en 1979 pourrait fournir quelques éléments de réponse. Dans ce pays, parallèlement à une souveraineté vulnérabilisée, on y observait, jusqu’à ces derniers mois, un discours religio-nationaliste à géométrie variable et un coûteux état de guerre ouverte ou larvée semblant assurer, à ce jour, une forme de cohésion nationale. Ce discours et cet état de guerre ont, néanmoins, accru l’isolement international du Pakistan et renforcé sa dépendance vis a vis du parrain chinois ainsi qu’indirectement posé les racines de potentielles fractures entre le Nord et le Sud du territoire.

Cartes du Pakistan (source: MAE France) et de la Karakoram Highway (source: Wikipedia)
Cartes du Pakistan (source: MAE France) et de la Karakoram Highway (source: Wikipedia)

Sommaire

1. La Karakoram Highway est un lien indispensable pour les établissements pakistanais de haute altitude mais aussi une importante et prometteuse artère économique pour l’économie chinoise.
2. Le support attentif et «amical» de la Chine assure le bon fonctionnement de la KKH en l’absence d’un Etat Pakistanais défaillant.
3. Dans le Nord, sur le tracé de la KHH, Islamabad abandonne nombre d’autres de tâches de service public normalement à la charge d’un Etat. Sa légitimité s’en trouve fragilisée.
4. Islamabad conserve une certaine unité nationale grâce à un discours islamique et tourné contre Israël ainsi que grâce à un état de guerre justifié par l’entretien du conflit cachemiri.
5. Les outils, spécifiques et limités, de la cohésion nationale pakistanaise peuvent, à terme, avoir des conséquences contraires au but poursuivi.
6. Conclusion : le Pakistan et le nouvel ordre centre-asiatique ?
7. Remerciements.

Continuer à lire … « La Karakoram Highway, prototype des nouvelles Routes de la Soie? »
à la Une

Quelques réflexions sur le rassemblement nantais contre l’antisémitisme

Le mardi 19 février 2019 s’est tenu, à Nantes, au monument des 50 otages, un rassemblement calme et apolitique contre l’antisémitisme. Très peu de jeunes étaient présents. La très large majorité des participants avait plus de 50 ans.

Certains disaient que plus d’un millier de participants se sont rassemblées. Ce n’est pas impossible. Mais l’événement semblait largement improvisé. Il n’avait rien d’une manifestation. Il n’y avait pas de mégaphone. Il n’y avait aucun visuel. Aucune force policière, aucun service d’ordre n’était perceptible. Quelques très rares personnes portaient de petites pancartes. Elles étaient invisibles. De toute façon, l’endroit était fort mal éclairé. La chaîne de télévision France 3 était présente, mais avec un matériel très léger. Peut-être y a-t-il eu quelques discours de personnes montées sur le sous bassement du monument? Toutefois, elles n’étaient pas audibles. A deux reprises, le premier couplet de la Marseillaise a été entonné avec timidité.

Continuer à lire … « Quelques réflexions sur le rassemblement nantais contre l’antisémitisme »
à la Une

Sibérie: les radiotélescopes de Badary dans la vallée rurale, thermale et bouddhique de la Tounka

A l’Ouest du Baikal, s’étend un couloir sibérien qui fut, autrefois, un lieu de passage entre l’Asie du sud et l’Asie du nord. Aujourd’hui, cette enclave est un petit monde rural, traditionnel et bouddhiste. Si la vallée de la Tounka est célèbre pour ses montagnes, sa beauté et ses sources bienfaisantes, elle est aussi en relation avec les astres grâce aux moins connus radiotélescopes de Badary dont la remarquable technologie se marrie heureusement avec cet environnement préservé si particulier.

La Tounka, vallée rurale et asiatique

Une dépression large d’une trentaine de kilomètres et longue de 200 kilomètres relie la rive méridionale du Baïkal [1] à la Mongolie.

Vallée de la Tounka entre le lac Baikal (est) et le lac lac Khövsgöll (ouest) bordée par les massifs des Saïans orientaux et du Khamar Daban

En partant de Koultouk, situé sur le bord de la « perle de Sibérie», on arrive, 34 km plus loin, dans le village de Tibel’ti, où se dresse un large et haut tertre tellement régulier qu’il semble être dû à la main de l’homme. Peut-être s’agit-il d’un kourgane [2]? Il se dit qu’il pourrait correspondre à la sépulture d’un chef de l’armée de Gengis Khan [3]. Guère éloigné, le stūpa « Dachi Gama » [4] marque l’entrée du parc national de la Tounka. C’est ainsi que débute cette superbe vallée rurale (Tunkinskaia Dolina), selon une orientation Est-Ouest.

Continuer à lire … « Sibérie: les radiotélescopes de Badary dans la vallée rurale, thermale et bouddhique de la Tounka »
à la Une

Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaire de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 4/4: construire son itinéraire et choisir le meilleur billet

Compagnies ferroviaires, horaires détaillés et formules tarifaires pour construire un périple sur le parcours du Bernina Express et du Glacier Express par les Chemins de fer rhétiques et par le Matterhorn Gotthard Bahn

Paysages sur l'itinéraire du Bernina Express et du Glacier Express en hiver Bernard Grua

Recherche des horaires des trains parcourant l’itinéraire des Bernina et Glacier Express

On peut parfaitement trouver des horaires pour un voyage de Zurich à Tirano et de Tirano à Visp sur les CFF, la compagnie nationale. Attention, toutefois, à bien passer par THUSIS en changeant à Chur plutôt qu’à Lanquart afin de choisir le trajet le plus spectaculaire. On fera donc une requête Zurich-Chur, puis une autre Chur-Tirano. On prendra la même précaution pour un itinéraire St Moritz ou Pontresina vers Zermatt.

En cas d’arrêts souhaités pendant le trajet, l’usage préalable de ce type de requête devient fastidieux. De plus, les résultats sont trop succincts pour donner une bonne visibilité sur les régions traversées en cours de voyage. On préférera donc le téléchargement de fiches détaillées.

Continuer à lire … « Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaire de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 4/4: construire son itinéraire et choisir le meilleur billet »
à la Une

Croisière blanche sur les réseaux ferroviaire de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 3/4: comment réussir son voyage?

Recommandations pratiques pour ceux qui envisagent de réaliser un itinéraire photographique, en hiver, sur le parcours du Bernina Express et du Glacier Express de Tirano à Zermatt via St Moritz et les cols de la Bernina ainsi que de l’Oberalp

Trains sur l'itinéraire du Bernina Express et du Glacier Express en hiver Bernard Grua

Privilégier le Bernina Express ou le Glacier Express?

Itinéraires du Bernina Express et du Glacier Express sur la voie de la Rhätische Bahn (RhB) puis sur celle de la Matterhorn Gotthard Bahn (MGB)
Itinéraires du Bernina Express (de Tirano à Chur) et du Glacier Express (de St Moritz-Pontresina à Zermatt) sur la voie de la Rhätische Bahn (RhB), puis sur celle de la Matterhorn Gotthard Bahn (MGB)

Faut-il choisir entre le Bernina Express ou le Glacier Express? La réponse est évidemment en faveur du Bernina Express ou, tout au moins, en faveur de son parcours.
Si l’on souhaite contempler particulièrement le Matterhorn (Cervin) il ne faut probablement pas s’imposer tout le trajet par le Glacier Express au risque d’y arriver par temps bouché. Le mieux est de se rendre directement, par un autre moyen, à Zermatt, après avoir validé les conditions météorologiques garantissant un ciel parfaitement dégagé. On peut planifier de passer une nuit sur place, voire choisir un hébergement plus abordable dans un village sur la voie Visp -Täsch, pour en maximiser les chances. En hiver, il existe suffisamment de trains avant le lever de soleil ou après son coucher pour en avoir l’opportunité.

Continuer à lire … « Croisière blanche sur les réseaux ferroviaire de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 3/4: comment réussir son voyage? »
à la Une

Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaires de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 2/4 de Tirano à Visp

Construisez votre propre itinéraire photographique sur le parcours du Bernina Express et du Glacier Express avec ce journal présentant les points d’intérêt, les horaires, les cartes, des photographies ainsi que de nombreuses informations concrètes.

Paysages sur l'itinéraire du Bernina Express et du Glacier Express en hiver Bernard Grua

Ce texte est le deuxième volet d’une promenade ferroviaire de repérage entreprise au cours d’un week-end, début janvier 2019, sur le parcours du Bernina Express, de Chur (Coire), Suisse, à Tirano, Italie, et sur celui du Glacier Express de Pontresina à Visp.
La première partie détaillait le trajet effectué la veille dans le sens Zurich-Tirano particulièrement en ce qui concerne la haute vallée de l’Albula et son tracé étonnant ainsi que les intempéries au col de la Bernina. Ici on s’intéressera plus précisément à la remontée diurne du Valposchiavo ainsi qu’à celle de la vallée du Rhin antérieur avant le col de l’Oberalp et l’arrivée à Visp. Enfin, des informations seront données sur l’accès à Zermatt ainsi qu’à ses différents points de vue.

Itinéraires du Bernina Express et du Glacier Express sur la voie de la Rhätische Bahn (RhB) puis sur celle de la Matterhorn Gotthard Bahn (MGB)
Itinéraires du Bernina Express et du Glacier Express sur la voie de la Rhätische Bahn (RhB) puis sur celle de la Matterhorn Gotthard Bahn (MGB) – La même carte en plus grand format est visible en annexe
Continuer à lire … « Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaires de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 2/4 de Tirano à Visp »
à la Une

Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaires de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 1/4 de Chur à Tirano

Journal d’un itinéraire de repérage sur les parcours du Bernina Express et du Glacier Express. Présentation détaillée des points d’intérêt, des horaires, des cartes, exemples de prises de vue et nombreuses informations utiles pour votre propre voyage photographique.

Trains sur l'itinéraire du Bernina Express et du Glacier Express en hiver Bernard Grua

Promenade ferroviaire de repérage le temps d’un week-end, début janvier 2019, sur le parcours du Bernina Express, de Chur (Coire), Suisse, à Tirano, Italie, via Pontresina et sur le parcours du Glacier Express de Pontresina à Visp.

Continuer à lire … « Croisière Blanche sur les réseaux ferroviaires de l’Albula, de la Bernina, du Gotthard et du Matterhorn – Partie 1/4 de Chur à Tirano »
à la Une

Photographies et clips du film « Cold War » de Pawel Pawlikowski

Sélection de photographies du film noir et blanc, Cold War, réalisé par Paweł Pawlikowski, prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2018.

Cold War (Zimna wojna), est un film dramatique polonais tourné en noir et blanc, écrit et réalisé par Pawel Pawlikowski en 2018. Il a remporté le prix de la mise en scène au festival de Cannes. Les deux acteurs principaux sont Joanna Kulig (Zuzanna Michon dite Zula) et Tomasz Kot (Wiktor Warski). Chaque image est, en elle même, une photographie non seulement belle mais aussi magnifiquement composée et somptueusement éclairée.

Cette galerie a pour objet de faciliter l’analyse de ces différentes images du point de vue de la technique photographique. Les photos sont issues des trois publications suivantes: « Zimna Wojna » (2018) sur Poral EU ,  « Холодная война » (2018) sur KinoFilms.UA et de « Zimna Wojna » na Festiwalu w Cannes de la ŁÓDŹ FILM COMMISSION. Une collection plus complète des photos du film est visible sur Pinterest: « Photographies du film « Cold War », 2018, par Paweł Pawlikowski »

Continuer à lire … « Photographies et clips du film « Cold War » de Pawel Pawlikowski »
à la Une

La cathédrale de la Dormition à Iaroslavl, Russie d’Europe

Pourquoi une photo de la cathédrale de la Dormition à Iarosolavl est-elle si populaire?

De façon relativement inexplicable,  une photo de la cathédrale de la Dormition prise en été, à Iaroslavl, est la troisième prise de vue en terme de popularité de ma galerie comptant plus de deux milles clichés. Continuer à lire … « La cathédrale de la Dormition à Iaroslavl, Russie d’Europe »

à la Une

Sibérie: la mine perdue de Batagol et le pays secret des Soyots

A la différence de leurs confrères étrangers, les découvreurs français ont peu participé à l’exploration de la Sibérie. Pourtant, il en existe un, aujourd’hui méconnu, qui mériterait, tant en France qu’en Russie, d’être étudié. Au milieu du dix-neuvième siècle, l’aventure romanesque mais bien réelle, de Jean-Pierre Alibert a laissé, localement, d’importants souvenirs qui ne demandent qu’à être partagés.

Caravane de traineaux transportant les provisions, près du poste Kanginsky, aux frontières de la Chine, 18 mars 1849. Album : Souvenirs de Sibérie, 1840-1862 Jean-Pierre Alibert, 1820-1905 Géologue, découvreur et exploitant de mines de graphite en Sibérie. Gouache signée Carl. Wolff Expédition scientifique / Paysage
Caravane de traîneaux transportant les provisions, près du poste Khanginsky, aux frontières de la Chine, 18 mars 1849. – Album : Souvenirs de Sibérie, 1840-1862 Jean-Pierre Alibert – Gouache signée Carl. Wolff  © Musée des arts et métiers-Cnam, Paris / photo M. Favareille  (Note: à cette époque, la Mongolie faisait partie de l’empire chinois)

Batagol, une mine perdue au fond des monts Saïan orientaux

Intérieur de la mine de graphite de Batougol (monts Saïan, Sibérie), découverte en 1847 et exploitée par Jean-Pierre Alibert. Planche tirée de La mine de graphite de Sibérie découverte en 1847 par M. J.-P. Alibert, Paris, Poitevin, 1865.
Intérieur de la mine de graphite de Batagol (monts Saïan, Sibérie), découverte en 1847 et exploitée par Jean-Pierre Alibert. Planche tirée de La mine de graphite de Sibérie découverte en 1847 par M. J.-P. Alibert, Paris, Poitevin, 1865. CC Hadrianus13

En Sibérie, près de la frontière mongole, sur le plateau de l’Oka (Okinksy Rayon), au cœur de la solitude des monts Saïans orientaux, le temps ne s’est pas arrêté. Mais, au cours de nos pérégrinations, dans le pays secret des Soyots je n’ai pas croisé un seul habitant, connaissant ma nationalité, sans qu’il ne mentionne la mine de Batagol fondée par le Français, Jean-Pierre Alibert, en 1847. On n’oubliait pas non plus de me rappeler qu’un des descendants de ce découvreur a cherché la mine, sans succès.

Sans même connaitre cet épisode historique, voilà plus de deux ans que je souhaitais aller dans l’Okinsky Rayon, le « petit Tibet russe ». On le disait ignoré des touristes et des Occidentaux. Aucun de mes amis et contacts russes, y compris ceux d’Irkoutsk, n’y avait jamais posé les pieds. Sans réseau, en Russie, le voyageur étranger n’est rien. A l’inverse, un bon tissu relationnel y ouvre des horizons insoupçonnés.  A force d’écrire et d’en parler, j’ai été recommandé à Andreiy Bezlepkin, un photographe de Tver, qui, en juillet 2008, pour la deuxième fois consécutive, retournait dans ce lieu étonnant. J’ai donc eu la chance de rejoindre son équipe russe mais j’étais loin d’imaginer ce que j’allais y apprendre. Continuer à lire … « Sibérie: la mine perdue de Batagol et le pays secret des Soyots »

à la Une

Repost: Reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne : ils veulent faire les médiateurs avec le voleur

Initialement publié sur Comité Anne de Bretagne :
© Frédéric Girou / Ouest-France Note du Comité Anne de Bretagne. Vous trouverez ci-dessous les articles parus sur les sites de France 3 Bretagne et France 3 Pays de Loire. La comparaison est assez sidérante sur le ton et le contenu ….. Encore un effet de la partition…

On se dit que la comparaison réalisée par le « Comité Anne de Bretagne » est simplement outrageuse. On ne peut qu’imaginer que le texte de « France 3 Pays de la Loire » est un fake. On est prêt à lire et à entendre beaucoup de choses de la part d’une fausse région, qui nous a habitués au factice. Mais là c’est trop. C’est impossible.
Par acquis de conscience, on va voir les communiqués respectifs. Et là, on se dit qu’il est urgent que ce cirque arrête. Il est plus que temps que la Bretagne retrouve la maîtrise de son unité millénaire, de son histoire, de ses racines et de sa culture.

Comité Anne de Bretagne

© Frédéric Girou / Ouest-France © Frédéric Girou / Ouest-France

Note du Comité Anne de Bretagne. Vous trouverez ci-dessous les articles parus sur les sites de France 3 Bretagne et France 3 Pays de Loire. La comparaison est assez sidérante sur le ton et le contenu ….. Encore un effet de la partition du territoire breton.

France 3 Bretagne, 15 avril 2018

Le collectif « Anne de Bretagne 2014 » lance un appel aux voleurs du reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne. Il se propose de jouer l’intermédiaire avec le voleur.

« Il y a une chance sur 100 pour que ça aboutisse, mais il faut la tenter. » Jacques-Yves Le Touze, coordonnateur du collectif « Anne de Bretagne 2014 » est déterminé et ne souhaite rien lâcher. Après le vol de ce « symbole exceptionnel du patrimoine breton et français« , dans la nuit de vendredi à samedi, il souhaite passer à l’action.

Pour cela, il propose de…

Voir l’article original 342 mots de plus

à la Une

Qui est Taras Beniakh, l’Otaman de la tchaïka cosaque « Presviata Pokrova »? Interview par bernard Grua

Taras Beniakh s’intéresse aux autres. Quand il parle, il s’agit généralement de l’Ukraine, de création artistique, de la tchaïka (appelée la « galère ukrainienne, à Pont-Aven), de son équipe, re-devenue équipage, ou de nombreux lieux et connaissances, qui lui sont chers. Cet homme, grand par l’esprit et petit par la taille, court toujours et partout. Il ne prend pas le temps de donner de détails sur lui-même. Communiquant chaleureux et extraverti mais personnalité discrète, peut-être ne le juge-t-il pas nécessaire? Pourtant, aujourd’hui, cet « étonnant voyageur » a accepté de répondre aux questions que nous sommes nombreux à nous poser.

Taras halant sur l’étai pour le mâtage de la tchaïka, Pont-Aven 19/08/2017

Le Ruthène d’Europe centrale, familier des forêts et des montagnes, devenu loup de mer, constructeur naval reconnu par ses pairs ainsi que Breton de cœur, nous raconte sa genèse de citoyen du monde. Il nous décrit son intégration dans une grande communauté maritime, qui n’a pas de frontière. L’Otaman nous fait entrer dans l’intimité humaine d’un chantier mené à des milliers de kilomètres de son foyer, dans ce Finis Terrae pontavénien, où il retrouve une partie de ses racines. Il nous fait part des difficultés qu’il lui reste à surmonter avant de pouvoir accomplir la vision qu’il a pour « Presviata Pokrova », armée par une sotnia de Cosaques, ambassadrice marine du pays héritier de la noble et ancienne Rous’ Kiévienne, gardienne de la route des Varègues aux Grecs.

Continuer à lire … « Qui est Taras Beniakh, l’Otaman de la tchaïka cosaque « Presviata Pokrova »? Interview par bernard Grua »

à la Une

Comment Bernard Grua, prit fait et cause pour l’Ukraine ?

Le troll n’est pas, comme on a trop souvent tendance à le penser, un individu qui se contente de poster, sur les réseaux sociaux, des commentaires injurieux, insultants, pervers et/ou diffamatoires. Il en existe une catégorie de déviants, qui cultivent le trollisme sur leurs blogs. Voici l’exemple concret de construction, par un troll, d’un profil virtuel diffamatoire, d’autant plus intéressant, qu’il repose sur quelques éléments très simples mais qui savent parfaitement toucher le lectorat auquel ils s’adressent. Il s’agit d’un « papier » produit par le troll Laurent Courtois dont le titre est : « Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l’Ukraine ? ».
Courtois Laurent tient un blog diffamatoire, « Chronique de la (Ukr)haine ordinaire ». Il a brièvement envoyé quelques papiers à Novorossia Today, de Donetsk dans le Donbass occupé. Il sévit, aujourd’hui, sur Agoravox, site web hébergeant principalement de la « ré-information ».

Le troll n'est pas, comme on a trop souvent tendance à le penser, un individu qui se contente de poster, sur les réseaux sociaux, des commentaires injurieux, insultants, pervers et/ou diffamatoires. Il en existe une catégorie de  déviants, qui cultivent le trollisme sur leurs blogs. Voici l'exemple concret de construction, par un troll, d'un profil virtuel diffamatoire, d'autant plus intéressant, qu'il repose sur quelques éléments très simples mais qui savent parfaitement toucher le lectorat auquel ils s'adressent. Il s'agit d'un « papier » produit par le troll Laurent Courtois dont le titre est : « Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l'Ukraine ? ».  Courtois Laurent tient un blog diffamatoire, "Chronique de la (Ukr)haine ordinaire". Il a brièvement envoyé quelques papiers à Novorossia Today, de Donetsk dans le Donbass occupé. Il sévit, aujourd'hui,  sur Agoravox, site web hébergeant principalement de la "ré-information".
Rue de l’Institut Kiev 18 février 2014 – Photo Bernard Grua

1. Le monde vit une phase de transition caractérisée par une absence d’ Etat de droit dans la sphère numérique…

Continuer à lire … « Comment Bernard Grua, prit fait et cause pour l’Ukraine ? »

à la Une

Réunification bretonne, l’otage des droites et des gauches extrêmes

La manifestation nantaise pour la réunification de la Bretagne a été annulée ce jour. Les dirigeants du mouvement « Bretagne Réunie » l’ont tué pour avoir flirté avec les extrêmes et expulsé les bonnes volontés.

Bernard Grua Manifestation nantaise réunification 19 avril 2014

« Bretagne Réunie » était devenue un brouet peu recommandable comme je l’ai écrit, il y a déjà longtemps, à Herri Colliot. Le mouvement a toléré, en son sein, des individus particulièrement ignobles. Ce que l’on pouvait lire dans les groupes FB de « Bretagne Réunie » battait des records d’analphabétisme, d’insultes, de haine et de menaces. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu les modérateurs et cadres du mouvement. Mais ces derniers ont laissé la gangrène mettre dehors ceux qui voulaient construire et non pas seulement invectiver.

Sans surprise, la manifestation nantaise, pour la réunification, de ce jour, le 30 septembre 2017, a été annulée en raison de la crainte d’y voir la droite extrême la plus infréquentable régner en maîtresse des lieux avec, en miroir, une extrême gauche à la recherche de l’affrontement, auto-proclamée « antifa », familière de ravages destructeurs, dans le centre de Nantes.

Le résultat en est que la droite française nationaliste extrémiste, dans le fond anti-régionaliste, a tenté de récupérer le mouvement breton pour s’en prendre « au système ». Elle a quasiment réussi mais elle hérite d’un cadavre. « Bretagne Réunie » est morte pour avoir flirté avec l’innommable. Elle s’est sabordée aujourd’hui.

La cause de la ré-unification sera portée par d’autres. C’est eux qu’il faudra trouver et soutenir. Le temps presse. La déculturation de la Loire Atlantique et la jacobinisation des nouveaux arrivants progressent à grands pas.

Bernard Grua, Nantes, 30/09/2017

 

à la Une

Anne de Bretagne et François II, embrasent le coeur de Nantes, 14 juillet 2017

Quelques réflexions bretonnes sur une Fête Nationale, célébrant la Révolution dans le château des derniers souverains de la Bretagne indépendante. Quand un feu d’artifice, du 14 juillet, est inconsciemment détourné par ses auteurs pour rendre hommage à Anne de Bretagne et à son père François II.

Feu d'artifice, Nantes, Bernard Grua
Feu d’artifice du 14 juillet au châteaux des ducs de Bretagne Nantes, Bretagne, 14/07/2017

Un spectacle magnifique; un cadre historique et emblématique

Nantes, le 14 juillet 2017, à la tombée de la nuit, sous un ciel superbe, dans un cadre majeur, historique et emblématique de la Bretagne, le spectacle fut magnifique. Voilà qui changeait du lieu habituel face aux éléphantesques hangars, abris de coûteuses et éphémères machines. Selon la majorité des spectateurs, ce fut le plus beau feu d’artifice jamais vu à Nantes. Les motifs de sécurité, imposant cette re-localisation, ont conduit à un heureux choix. Mais est-ce tout? Au delà de sa dimension esthétique, cette fête ne pouvait pas laisser indifférent et ne pas conduire à d’autres visions, enracinées dans la substance même d’un pays qui, aujourd’hui, est amputé et orphelin de son propre Etat.

Fin de l'heure bleue et début du feu d'artifice du 14 juillet, Nantes © Bernard Grua

Continuer à lire … « Anne de Bretagne et François II, embrasent le coeur de Nantes, 14 juillet 2017 »

à la Une

Open letter to DSNEWS.UA

This is a pro-Ukraine French activist’s reaction about the misleading and unfair interview, regarding France, given by Anna Jaillard-Chesanovska to M. Aleksei Kaftan on DSNEWS about the condamnation for defamation against Paul Moreira.

Request for clarifications about: « У ФРАНЦІЇ РЕТРАНСЛЮЮТЬ ПУТІНСЬКУ ПРОПАГАНДУ,БО ДОСІ НЕ ЗМИРИЛИСЯ ЗІ СВОЇМ МИНУЛИМ »

Dear Madam, dear Sir,

I have read the interview of Ms Jaillard-Chesanovska by M. Aleksei Kaftan. I would like to express, here, the way I understand it.

Like Moreira’s movie, this interview gives just one partial aspect of the issue and leads to confusing generalisations. First of all, we have to remember that it was not the trial of Moreira’s movie. It was a personal case between M. Moreira and Ms. Jaillard-Chesanovska. The court did not pronounce itself about Moreira’s movie. It was not the question. It was not the goal. It is not a question of freedom of speech. It is a question of defamation from Ms. Jaillard-Chesanovska. It is the reason why Moreira sued Ms Jaillard-Chesanovska. The court decision is only about this defamation..

Readers of this article have to know that a very large number of respected actual journalists and researchers from France took documented positions against M. Moreira’s movie. They made it on a professional way and not only emotional positions. They relied on facts and not personal animosity, frustrations and assumptions. These professional journalists and researchers have been heard. They sunk Moreira’s credibility. They have not been sued.
Continuer à lire … « Open letter to DSNEWS.UA »

à la Une

Notre Dame de la belle verrière un merveilleux ensemble du XIIe qui participe à la renommée internationale de la cathédrale de Chartres

Notre Dame de la Belle Verrière est un exceptionnel vitrail roman, pièce majeure, des merveilles de la cathédrale de Chartres.

Chartres, Notre Dame de la belle verrière © Bernard Grua 2010

Un vitrail admiré depuis des siècles

Depuis l’origine, cette représentation de Marie fut l’objet d’une grande vénération, mais ce n’est qu’à partir du XVe siècle que ce vitrail fut appelé « Belle Verrière ». Cette appellation reflète l’admiration qu’on a toujours eue pour ce merveilleux ensemble qui participe à la renommée internationale de la cathédrale de Chartres.

Le bleu de Chartres

Continuer à lire … « Notre Dame de la belle verrière un merveilleux ensemble du XIIe qui participe à la renommée internationale de la cathédrale de Chartres »

à la Une

Pêche aux poulpes à Kerkennah

Tunisie, petite pêche côtière, à la drina, sur le plateau sous-marin des Kerkennah. Un métier en évolution d’où disparaissent les outils traditionnels dans un environnement fragilisé.

Une voûte bleue, des étoiles filantes plongeant dans la brume

Il est cinq heures et demi du matin ce vendredi 30 septembre 2016. Le Raïs kerkennien Fathi Djebel, d’El Attaya, est en route depuis plus d’une heure sur sa felouque motorisée.Dès le départ, son premier geste a été d’allumer son canoun, avec du charbon de bois, sur lequel il préparera en permanence un thé très sucré. Outre son charbon, il a l’essentiel a porté de main: eau, biscuits, cigarettes. Son téléphone portable lui sert de lampe de poche. Dans une heure et demi, il sera sur les lieux où il a placé ses centaines de « drinas » (nasses) en plastique qui ont remplacé les gargoulettes en terre cuite de Djerba pour piéger le poulpe. Des étoiles filantes chutent du ciel constellé mais une brume basse mouille le bateau. Fathi n’a pas de carte, pas de compas de route. Pour l’instant il fait cap plein Est. Il retrouvera ses pièges grâce à un petit GPS de voiture indiquant que son diesel le propulse à une vitesse de 8 km/h. Continuer à lire … « Pêche aux poulpes à Kerkennah »

à la Une

Tchaïka, travaux nécessaires et contraintes rencontrées avant une remise en eau

English Summary  (Article en français, ci-dessous)
According to Taras Beniakh, 70% of the reconstruction work was carried out between the middle of June 2016 and the end of July 2016. The 30% last part should be performed on March 2017 if the team can obtain the mandatory visas from the French Embassy in Kyiv, which is hardly eager, even reluctant, to do so, despite the encouraging tweet posted on August, 4, 2016. It should be added that 60 000 Grivnas (or 2 100 Euros) are required to cover the last costs. The main part of theses expenditures concerns the cost of the crane to put back the chaïka on to the water. Gifts can be done, here (in Ukrainian): https://biggggidea.com/p…/kozatska-chajka-presvyata-pokrova/
If the last issues are lifted, then the Cossacks reconstruction work can be completed during the spring of 2017, so that the tchaika « Presviata Pokrova » will be able to sail off shore during next summer and to attend maritime festivals in Ireland, one of the only two countries (the other one being Estonia), which she did not already visit as of today. Ukraine friends from Ireland, can you please share this information to Irish sailors aware of the maritime festivals schedule in their country next summer? Any information is welcome. Continuer à lire … « Tchaïka, travaux nécessaires et contraintes rencontrées avant une remise en eau »

à la Une

Quelques confidences de la tchaïka Presviata Pokrova

En cet été 2016, à Palette-Aven, l’Otaman, c’est Taras. Il est épaulé par le savoir-faire de Myron Humenetskyy et par une équipe de jeunes volontaires ukrainiens. Au cours d’un rare instant de repos qu’ils s’autorisent, en face d’une tasse de café, à tour de rôle, Myron et Taras racontent ce qu’ont été et ce que continuent à représenter, pour eux, les expéditions de Presviata Pokrova. Continuer à lire … « Quelques confidences de la tchaïka Presviata Pokrova »

à la Une

Quand un Français du XVIIe siècle nous parle de la tchaïka cosaque

Description de la tchaïka cosaque (appelée parfois « galère ukrainienne ») par le cartographe français du XVIIe siècle, Levasseur de Beauplan

* Les astérisques renvoient au glossaire en fin d’article
Українською мовою

Description d'Ukraine
Титульний аркуш першого видання «Опису України» (Руан, 1651)

On dispose de peu d’éléments d’informations sur les tchaïkas, navires des Cosaques zaporogues du XVème au XVIIème siècle. Il est assez intéressant d’observer que nous devons ces renseignements à un ingénieur français,   Guillaume Le Vasseur de Beauplan, qui fut au service du roi de Pologne entre 1630 et 1647. Dans sa  » Description d’Ukranie, qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne« .Contenues depuis les confins de la Moscovie, jusques aux limites de la Transilvanie. » Il en fait une présentation fort précieuse.

« Quand ils (les Cosaques) ont dessein d’aller en mer… ils s’acheminent à leur Sczabenisza Worskowa (quartier général dans la Sitch, leur forteresse située sur une île en aval des chutes du Dnipro) qui est leur rendez-vous. Continuer à lire … « Quand un Français du XVIIe siècle nous parle de la tchaïka cosaque »

à la Une

Burkini et société arabo-musulmane traditionnelle

Chez nous à Kerkennah, les femmes ont toujours occupé un rôle très développé dans la société et la femme a été toujours respectée pour ses réalisations dans son foyer mais également dans l’agriculture et parfois même dans la pêche. Nos femmes ont toujours joui de la confiance de leur mari et leurs enfants ; elles n’ont ni besoin de limites imposées ni de gardiens; elles sont souvent capables de gérer la vie de leur famille totalement, en l’absence de leur mari, employé dans le secteur de la pêche.

Vouloir nous séparer en introduisant des habitudes d’exclusion, importées par des pays vivant à l’ère de l’obscurantisme, ne nous ressemble pas ; au contraire il va nous déraciner et introduire des habitudes qui nous sont étrangères. Soyons vigilants pour éviter la transformation de nos qualités.

Burkini, le délire occidental

Comme conséquences d’un certain nombre d’arrêtés municipaux faisant suite à l’attentat de Nice et à des heurts sur une plage corse, chacun y est allé de son post sur le burkini. Ceux qui ne voulaient pas en parler… se sont quand même exprimés en disant que c’était un sujet ridicule. Certains journalistes peu courageux, plutôt que de s’engager ont souhaité, malgré tout, surfer sur ce thème largement médiatisé pour grappiller, eux aussi, un peu d’audience. Alors, ils ont collecté, dans la presse anglo-saxonne, tout ce qui tournait la France en dérision sur cette affaire. D’autres font de l’humour à « trois francs six sous », refusant de s’interroger sur une question de société, se prétendant au-dessus de la mêlée, mais ne renonçant pas à exploiter le bon filon. Pourtant, il doit bien exister des opinions autres que françaises qui contredisent cette « volée de bois vert »? On doit pouvoir trouver quelque part des tentatives d’explication? Le monde entier n’a jamais été unanime. Le monde entier ne se complait pas seulement dans le « French bashing ».
Continuer à lire … « Burkini et société arabo-musulmane traditionnelle »

à la Une

Tchaïka, la diplomatie fraternelle des Cosaques en Bretagne

A Pont-Aven, petite ville bretonne du Finistère, une équipe d’Ukrainien a entrepris la restauration d’une Tchaïka, bateau emblématique de l’histoire ancienne et contemporaine de leur pays. On l’y connait sous l’appellation de « la galère ukrainienne ».

Article rédigé par Bernard Grua pour Ukraine Crisis Media Center (UCMC)

L’Ukraine est aujourd’hui victime d’un conflit oublié. Les épreuves qu’elle traverse se noient dans les infortunes qui frappent certaines parties du monde et les aléas de la vie quotidienne, auxquels chacun est confronté. C’est pourquoi l’Ukraine doit se faire connaître. Pour y arriver, elle a besoin d’espoirs, de victoires pacifiques et d’amis. Gagner les cœurs et le respect, c’est bien ce qu’ont réussi à faire, dans une petite ville bretonne, les bénévoles de l’association « Tovarystvo Kish » venus de Lviv. Continuer à lire … « Tchaïka, la diplomatie fraternelle des Cosaques en Bretagne »

à la Une

Calomnie, diffamation, menaces de violence et autres outils au service de la peste brune

34bad6fb01b48c75836269fc38bdd8ceQuelques articles dans « Libération » de ce weekend (12 & 13 septembre 2015) qui montrent des méthodes de harcèlement et de menaces ayant fait leurs preuves dans le domaine de l’art et qu’aujourd’hui on retrouve mises en oeuvre par la fachosphère contre ceux qui ne partagent pas leur admiration pour le régime criminel de Vladimir Poutine. On y relève une duplication parfaite, dans le même but: tuer l’expression qui dérange. Continuer à lire … « Calomnie, diffamation, menaces de violence et autres outils au service de la peste brune »

à la Une

À propos de Maïdan, un Nantais à Kyiv

1. L’Ukraine une « Petite Russie »?

#EuroMaydan, Kiev, Ukraine - 22/12/2013
Maïdan, Kyiv, 22/12/2013, photo Bernard Grua DR

J’ai voyagé dans différents pays de l’ex-URSS, Tajikistan, Kirghizstan, Ouzbékistan et, bien sûr, Russie. J’ai visité ce dernier pays de nombreuses fois, principalement la Sibérie, en été et en hiver.

5378194974_b104f03c99_o
Souzdal, Russie, Décembre 2010

Continuer à lire … « À propos de Maïdan, un Nantais à Kyiv »

à la Une

Maïdan, petite brisure d’écorce calcinée et meurtrie, ne rompt pas

La journée du 18 février 2014

Berkuts- Rue chovkovytchna – Kyiv 18/02/2017 – Photo Bernard Grua
Berkuts 18/02/2017 Ph. Bernard Grua

Il faut, tout d’abord, présenter deux catégories d’individus qui ont joué un rôle important. Les Berkouts sont des policiers anti-émeute choyés par le pouvoir de Ianoukovitch. Ils forment une sorte de garde prétorienne.

Les Titouchky, pluriel de Titouchko, sont des jeunes voyous payés par le pouvoir pour créer du désordre et de la violence, ceci allant jusqu’ au meurtre et jusqu’ à la torture, afin de justifier la répression des forces de sécurité, terroriser les activistes et discréditer la révolution. Au cours de la matinée du 18 février 2014, une importante foule a quitté Maïdan pour manifester devant la Rada (le Parlement). Plutôt que de s’y rendre directement, elle s’est vue imposer un large détour pour remonter presque l’intégralité de la rue de l’Institut (Institutskaya Vulitsia), avant de rejoindre le Parc Marinsky en tournant par la rue Kriposniy. Toutes les rues latérales sur la gauche de celle de l’Institut étaient barrées par des camions derrière lesquels se trouvaient des compagnies de Berkouts. Plus loin, sur la droite, et en retrait, se trouvait aussi un très large groupe de Titoushky et de Berkouts pour tenir le terrain menant au bâtiment de l’administration présidentielle. L’étirement de cette foule importante, la rendait sujette à des embuscades, à une prise en étau et à une atomisation en plus petites cellules. Aujourd’ hui, certains se demandent si cela n’était pas un piège délibéré et si des provocateurs n’étaient pas chargés de mettre le « feu aux poudres ».
Continuer à lire … « Maïdan, petite brisure d’écorce calcinée et meurtrie, ne rompt pas »

à la Une

La jeune fille au foulard rouge

Jeune femme de la défense civile de Maidan sur la rue Krechtchatik, le 16 févier 2014

Question d’ Olesia Fediv (Ivano-Frankisk, Ukraine ), réponse de Bernard Grua (Nantes, Bretagne, France)

Cette photo avec la fille de la défense d’ Euromaidan est incroyable. Est-ce qu’on peut dire que la photo signifie la perte de la peur et la libération? Continuer à lire … « La jeune fille au foulard rouge »

à la Une

Permafrost, the perpetual frozen ground, archive of our planet

Eastern Sayan: Batagol Mine - Deep in permafrost- Credit: Ekaterina Smirnova
Eastern Sayan: Batagol Mine – Deep in permafrost- Credit: Ekaterina Smirnova

This is the follow-up of a chat I had about permafrost with Marina from Sakha The information presented below comes from « Siberian BAM guide« , by Athol Yates and Nicholas Zvegintzov, Traiblazer edition 2001, page 238. Continuer à lire … « Permafrost, the perpetual frozen ground, archive of our planet »

à la Une

Quand il pleut sur les chameaux

Voici une petite chronique de mes jours passés devant la cheminée, sous l’arbre de ce Noël 2007. En fait à Douz, oasis saharienne, la plus grande palmeraie de Tunisie, où je me trouvais, les cheminées, il n’y en a pas. Continuer à lire … « Quand il pleut sur les chameaux »

à la Une

Tusion, the hidden gem of Pamir

During the first days of August 2013, while I came back from Afghanistan, I met with Zhandiya from “PECTA” in Khorog. She was surprised to see such a fast return. I explained what limited my trip in Afghanistan. I said I wanted to get off tourist tracks and I wanted to share the life of local people. She suggested me to go to Tusion, which is a beautiful village in a scenic environment. Moreover, Tusion, not far from Khorog, is accessible by marshrutka.

Tusion, a Pamiri village

Tusion is a wide village situated on Sharldara River a tributary of the Shakhdara (ending in Khorog, in Gunt River). It is spread in numerous settlements on a part of the Eastern slope of the Ishkashim Range. Continuer à lire … « Tusion, the hidden gem of Pamir »

à la Une

Pattaya, the reverse side of an “exotic” paradise

The call of Asia

B_ Grua 20090105b_035 (c) Bernard Grua - Copies ForbiddenWhen I was a child, I listened to my very old great-grand-uncle, a former Navy officer, a former optic inventor and finally a Benedictine monk. He talked me the unsurpassed beauty of Along Bay he discovered with the French Navy more than 100 hundred years ago. Continuer à lire … « Pattaya, the reverse side of an “exotic” paradise »

à la Une

« Hay qué precioso lo del flamenco!! »

Madrid, l’héritière infortunée

6951342529_cf4bd4d253_k
Metropolis, Madrid

Passer une semaine, en février, à Madrid est une perspective agréable. Toutefois, Madrid, en tant que capitale, n’a pas de chance. Barcelone est une ville de taille équivalente. Elle est bordée de plage. Elle a un patrimoine architectural très supérieur. Le « Bari Gotic » est le centre médiéval le mieux conserve d’Europe. A la fin du XIXème, Madrid a tenté de se donner un lustre capital dans une architecture « pompier » que l’on retrouve partout, y compris sur le « Ring » de Vienne.

Continuer à lire … « « Hay qué precioso lo del flamenco!! » »

à la Une

Informations sur Jean-Pierre Alibert et les Soyots – Information about Jean-Pierre Alibert and the Soyot People

Information sur le Français Jean Pierre Alibert, sur la petite nation des Soyots et sur l’Okinsky Rayon dans les monts Saïan orientaux.

Supplément à l’article: « Sibérie: la mine perdue de Batagol et le pays secret des Soyots »  Continuer à lire … « Informations sur Jean-Pierre Alibert et les Soyots – Information about Jean-Pierre Alibert and the Soyot People »

à la Une

Visiting Baikal Lake in winter – February/March 2007

Back to Baikal

225519_10150182573279803_843286_nAfter my Transiberian trip in Summer 2006, I was back on Baikal Lake between February 23 and March 11, 2007. I want to say a very special thank to those who helped me to prepare it. Because of them, I could plan everything, without using any travel agency avoiding « packages »; I must once again specially mention my Irkutsk friends, the unique Igor Ushakov and the precious Ekaterina Slobodchikova. Continuer à lire … « Visiting Baikal Lake in winter – February/March 2007 »

à la Une

From Moscow to Vladivostok with Trans-Siberian and BAM train – Summer 2006

RussiaFull copieMoscow

On 08/07/06, I landed in Moscow Sheremetyevo. Pasha, sent by Baikal Complex, was there for my transfer to the homestay. This homestay was well located, at a walking distance, 2 metro stations, from the Red Square. Continuer à lire … « From Moscow to Vladivostok with Trans-Siberian and BAM train – Summer 2006 »

Bernard Grua portfolio 3 – Photos d’activisme

Deuxième galerie de photographies personnelles de Bernard Grua dont la finalité est d’occuper l’espace numérique lors d’une recherche nominative afin de contenir les publications de trolls ou les réponses non pertinentes.

Voir aussi:

Bernard Grua portfolio 1 – portraits individuels

Bernard Grua portfolio 2 – photos de groupe

Bernard Grua portfolio 2 – photos de groupe

Deuxième galerie de photographies personnelles de Bernard Grua dont la finalité est d’occuper l’espace numérique lors d’une recherche nominative afin de contenir les publications de trolls ou les réponses non pertinentes.

Voir aussi:

Bernard Grua portfolio 1 – portraits individuels

Bernard Grua portfolio 3 – Photos d’activistes

Bernard Grua portfolio 1 – portraits individuels

Première galerie de photographies personnelles, Bernard Grua, en mode portrait puis en format horizontal dont la finalité est d’occuper l’espace numérique lors d’une recherche nominative afin de contenir les publications de trolls ou les réponses non pertinentes.

Galerie verticale

Galerie horizontale

Voir aussi:

Bernard Grua portfolio 2 – photos de groupe

Bernard Grua portfolio 3 – Photos d’activistes