Protégé : Donestk, Novorossia: la liste de Brayard

Il n’y pas d’extrait, car cet article est protégé.

Publicités

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Lettre ouverte au troll Laurent Courtois

Lettre ouverte adressée au troll Laurent Courtois, suite à ses insultes proférées, sous un article poétique, et suite à la suppression de la réponse, qui lui a été faite. En raison des faits que cette réponse révélait sur le troll.

Lettre ouverte au troll Larent Courtois
Réponse aux diffamations perverses du troll Laurent Courtois

Monsieur le troll, Laurent Courtois,

Le jeudi 15/02/2015, j’ai posté un article poétique et maritime sur l’histoire d’un pécheur des îles Kerkennah sur le site Agoravox, «Le Media Citoyen». Dans les heures qui ont suivi, vous êtes venu troller cet article en le salissant par les insultes et injures dont vous êtes coutumier.

Bernard Grua article diffamé par Laurent Courtois Agoravox

Je vous ai fait une réponse sur Agoravox. Vous avez très rapidement supprimé votre commentaire et ma réponse, profitant de votre statut de troll diffamateur ET de modérateur chez Agoravox. Tout cela est absolument sidérant. Pourtant, si vous en êtes venu à effacer votre commentaire, c’est bien que ma réponse tapait juste.

Bernard Grua Profil troll de Laurent Courtois
« Chef troll » à « Troll Russia »… Profil FB avant Agoravox

Ensuite, vous êtes venu sur ma page personnelle Facebook afin de faire supprimer la capture d’écran de votre commentaire et de ma réponse. Qui plus est, vous avez fait bloquer mon compte Facebook pendant trois jours. Vous devez répondre de vos actes et de vos calomnies. Je n’admets pas ce type de comportement irresponsable.

Je mets ici une capture d’écran de votre répugnant commentaire sur Agoravox avant que vous ne l’ayez effacé.

é$&
Commentaire posté sur Agoravox et effacé par son auteur afin d’invoquer le harcèlement concernant ma réponse contenant des révélations gênantes

Je reprends, ci-dessous, ma réponse en clair afin que chacun puisse en prendre connaissance, qu’elle soit accessible aux moteurs de recherche, et que chacun puisse exploiter les liens montrant vos addictions. Je présente mes excuses aux lecteurs, qui ne reconnaîtront pas mon style d’ordinaire plus policé. Mais « il faut appeler un chat un chat » et un troll, un chien. Ce que vous êtes effectivement, troll Laurent Courtois, depuis deux ans et demi que je subis vos calomnies perverses. Vous n’êtes pas de notre monde. On ne peut pas vous parler comme à un être instruit et policé, En annexe, je mets une capture d’écran que j’ai prise de ma réponse avant que vous ne l’effaciez.

Voici donc ma réponse en clair, avec les liens d’origine :

Tiens, tiens, le troll Laurent Courtois. Qui vient troller, comme un Tullius Detritus, sous un article parlant de poésie marine avec sa vulgarité et son orthographe de gamin non scolarisé. Quel manque de classe! Et ce Tullius Detritus qui m’appelle par mon prénom. Et qui me tutoie maintenant. Comme si nous étions du même monde…. Et le pauvre troll, qui se place en victime. Encore un fantasme. Victime de la haine? Mais non, la haine est un sentiment. Et on n’a pas de sentiment pour les trolls, ces sous-hommes. Avez-vous de la haine pour les cafards ? Non, du dégoût. C’est tout.

Je vous ai laissé, troll Laurent Courtois, vous déchirer avec la fachosphère qui vous flattait quand vous vous en preniez aux partisans d’une Ukraine libre, indépendante et démocratique. Maintenant, cette fachosphère veut votre peau. Cela n’a rien d’étonnant. C’est ce qui était attendu. Ce n’est que justice.

Christelle Néant n’est pas une amie, loin de là. Elle est de votre «famille». D’ailleurs, elle a effacé tous mes commentaires (voir note 1). Vous voyez un peu? Elle n’est pas plus intelligente que vous, mais elle écrit mieux. C’est tout. Et surtout, il me plait, vous l’avez compris, de voir les mercenaires français de Poutine dans le Donbass se détester de la sorte. Alors, si on peut aider. C’est avec plaisir et dévouement.

Au fait, le Troll Laurent Alexandre Roger Courtois, né le 10 janvier 1974 à Metz. Comment se porte vos pages Facebook favorites? Ces pages qui sont dans votre liste de pages aimées sur Facebook? Vous savez celles ou vous puisez vos fantasmes que vous attribuez ensuite à ceux que vous trollez? Vous savez, ces pages pornophiles et pédophiles:
1) Pin-Up Addict
2) Moscow Female Cadet Boarding School No. 9
3) Rocco Siffredi Official
4) Jacquie et Michel
5) J’suis pas chasseur mais je lui mettrais bien une cartouche…!
Ah oui cette image de la page N°5, ci-dessus, disant: « La pédophilie, ce n’est que l’impatience ». . Cela s’appelle comment?

Je me souviens d’un troll nommé Laurent Courtois qui parlait «d’images dégradantes de la femme» pour des photos tout a fait convenables et habillées. C’était vous ce Laurent Courtois moraliste?
Ah oui, ces autres pages dont vous êtes fans. Vous savez celles des collectionneurs d’uniformes et d’armes nazies. Vous aimez ça, les symboles nazis, hein? Quelle perversité.
1) Espenlaub Militaria
2) Zib-Militaria

C’est pour exorciser ou simplement pour vous conformer aux éléments de langage du Kremlin que vous voyez des nazis partout?

Il est bien évident que je détiens une copie écran de vos listes de « like » sur Facebook. Je n’écris pas des affabulations, comme vous, mais des éléments précis avec des pièces que je peux fournir. Je suis un activiste et non pas un troll, espèce que je méprise.

On résume la base de l’argumentaire du troll Laurent Courtois: prêter ses perversions sexuelles et son addiction au nazisme, à ceux qu’il vient troller…

On voit ici un exemple d’étude de cas de vos calomnies et diffamations:
« Comment Bernard Grua pris fait et cause pour l’Ukraine »

Au fait, vos copains Benoît Hardy et Nicolas Sviatoslav Mazuryk. C’est drôle, quand même, que vous les ménagiez autant. Vous n’avez jamais fait de papier sur eux. Je sais ce sont de veilles connaissances. Le même terreau de fachosphère, que les hasards de la vie séparent, officiellement et pour la galerie. Maintenant, vous jouez moins souvent ensemble sur « Soviet klub » et « Unité Incontinente ». Vous savez bien, ces groupes où vous leur balanciez les activistes du Donbass et où Hardy & Co vous balançaient les activistes Pro-Ukraine.

Enfin, c’est ainsi. En attendant je pense que Benoît Hardy a été comblé d’aise avec les compliments que vous lui avez communiqués au sujet du débat à l’Action Française. Ah, mais où avais-je la tête? Vous êtes fan de l’Action Française, comme Benoît Hardy… On ne va pas dire du mal d’un copain. Même si pour ça il faut s’en prendre à un pro-Poutine de la « famille ».

Les choses étant maintenant claires. Je vous propose qu’on en reste là et que vous cessiez de venir faire les Myriam Badaoui sous mes articles.

Je vous mets en demeure, Laurent Alexandre Roger Courtois, né le 10 janvier 1974 à Metz, de ne plus commenter mes textes.

Auteur: Bernard Grua, Nantes, le 15/02/2018

Note 1 : Il s’avère que le troll Laurent Courtois est aux abois

Ce n’est pas Christelle Néant (rédactrice à Doni Press, « l’agence de presse » de Donetsk au service des mercenaires russes et français combattant dans le Donbass, pour la Novorossia) qui a effacé les commentaires que j’avais mis sous son article, mais le troll Laurent Courtois. Je n’ai, toutefois, pas changé le texte de ma réponse faite au troll Laurent Courtois car cette information m’est parvenue, à posteriori.

Voici donc le texte que j’ai mis sur Agoravox le 15/02/2018 à 19:44, sous l’article de Christelle Néant :

@Christelle Néant acceptez mes sincères excuses, alors.
Le troll dont vous parlez est venu à nouveau me jeter ses insanités sous un article qui concernait la pêche aux Kerkennah… Je lui ai fait une réponse détaillée avec les liens justifiant mes propos. Il a supprimé son commentaire et le mien.

J’ai fait, sous mon article, un autre commentaire pour préciser que je laissais chacun libre de commenter mes articles mais qu’en revanche j’y répondrai et que je n’étais pas responsable de la suppression des précédents commentaires. Je ne censure personne. Ce troisième commentaire a été effacé.

Je suis venu pour tester ce média car il est bien référencé. Je n’ai pas l’intention de faire, ici des articles politiques. J’ai tous les accès ailleurs. Je viens pour la photographie dans la rubrique voyages. Je suis surpris que quelqu’un s’autorise en tant que modérateur à diffamer et à supprimer les réponses qui ne l’arrange pas. Surtout quand cette diffamation n’a strictement rien à voir avec le sujet.

Ce n’est guère « média citoyen ». J’attends d’en voir plus pour émettre une opinion définitive.

En ce qui concerne mes commentaires qui ont été effacés chez vous. Je crois que de toute façon, on a fait le tour de la question. Finalement, leur suppression n’est pas dramatique. Nous avons deux positions radicalement différentes. Je continuerai à combattre, ailleurs, et de façon argumentée vos idées mais je n’abaisserai jamais à sombrer dans la facilité du trollisme, exercice absolument répugnant. digne de petites gens illettrées. »

ANNEXE:
Capture d’écran de la réponse aux insultes du troll

Bernard Grua, réponse à la diffamation du troll Laurent Courtoios

Protégé : Comment éviter ou contrer les attaques de trolls sur vos photos, de portraits notamment?

Il n’y pas d’extrait, car cet article est protégé.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l’Ukraine ?

Bernard Grua: « Le troll n’est pas, comme on a trop souvent tendance à le penser, un individu qui se contente de poster, sur les réseaux sociaux, des commentaires injurieux, insultants, pervers et/ou diffamatoires. Il en existe une catégorie de déviants, qui cultivent le trollisme sur leurs blogs, notamment à des fins de reconnaissance. Leur production est donc directement accessible sur Google lors d’une recherche par nom. » Voici l’exemple concret de construction d’un profil virtuel diffamatoire, d’autant plus intéressant, qu’il repose sur quelques éléments très simples mais qui savent parfaitement toucher le lectorat auquel ils s’adressent. Il s’agit d’un « papier » produit par le troll « Laurent Courtois » dont le titre est : « Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l’Ukraine ? ». J’espère que les lecteurs y trouveront quelques enseignements utiles.

Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l’Ukraine Laurent Courtois Agoravox

1. Le monde vit une phase de transition caractérisée par une absence d’ Etat de droit dans la sphère numérique…

1.1. Une capacité de diffusion sans précédent historique

Aujourd’hui, chacun peut créer gratuitement un ou plusieurs blogs. Les réseaux sociaux permettent un partage sans égal, historiquement, de toute sorte d’information. Laquelle information sera d’autant plus relayée qu’elle est provocante et flatte les instincts les plus pervers.
Il convient donc de s’intéresser à ce type de scénario, qui peut viser chacun d’entre nous. Instruit par cette expérience j’ai pu observer son application à des fins personnelles, politiques ou professionnelles.

1.2. Un vide juridique abyssal

Avec un cadre juridique, qui peine à prendre en compte ce nouvel environnement et reste héritier d’une presse papier ou orale vite obsolète et périssable, alors que le numérique est beaucoup plus pérenne, on peut considérer, que l’Etat de Droit est à reconstruire. Dans cette attente, tout citoyen, même peu visible, doit être conscient de la vulnérabilité de son « e-réputation » face au « trollisme ».
Tout citoyen prudent devra, en conséquence, travailler à occuper  son propre espace numérique afin de ne pas être pris à l’improviste comme on va le voir par la suite.

2. … où un personnage réel…

Je suis professionnel de l’inventaire, activiste de la société civile (pro-Maïdan, anti-Poutine, opposé à la livraison des navires Mistral), contributeur à différents médias: L’Express, La Tribune, Ouest-France, Breizh-Info, Informnapalm, Ukraininform, Ukraine Crisis Media Center, Saintnazaire-Infos.

Je publie, par ailleurs, sur le site « No Mistrals For Putin », « Maintien des Sanctions contre Poutine » ainsi que sur mes blogs: « Regards sur Le Monde » et « Bernard Grua Expertises » ou sur le site de mon entreprise « Best Inventory« .

Je suis, de plus, photographe: paysages, heure bleue, portraits, reportages

Mes photographies peuvent être observées ici:
Photos de voyages, d’expéditions et de reportages

Bernard Grua clochers de Russie
Russie: Yaroslavl, Kolomenskoye, Rostov Veliky

Ou sur Facebook:
Bernard Grua Photography
Bernard Grua Portraitist

Bernard Grua photos de reportage
Egypte | Maidan | Carpates | Pamir tadjik | Afghanistan

Mon profil Linkedin est ici:
En français
En anglais

On va, maintenant, pouvoir observer l’usage qui est fait de ce profil réel afin de créer un profil virtuel par un troll malveillant. Ici, on verra comment un parcours personnel peut être « reconstruit », dans le but de faire, de celui à qui l’on veut nuire, un personnage virtuel, à des fins de décrédibilisation, de harcèlement et de notoriété personnelle.

3. … est transformé en un personnage virtuel et une cible de lynchage par un troll.

3.1. Un inconnu insignifiant décidant de devenir troll pour apparaître sur le devant de la scène

Comme l’indique son passeport, Laurent Courtois, de son nom complet Laurent Alexandre Roger Courtois, est né le 10 janvier 1974 à Metz. Son email est courtois.laurent@live.fr. Il utilise, parfois, l’adresse IP 88.137.130.115. Il indique, tour à tour, ou en même temps, résider à Aubenas, Saint Petersbourg, Donetsk et Bordeaux. Il s’agit bien d’un troll d’extrême droite pro-Poutine. Pour exercer son « activité », le troll « publie » sur son blog ou sous Agoravox (voir note, ci-dessous) des papiers, riches d’erreurs de syntaxe, de grammaire ou d’orthographe, diffamatoires à l’égard de ceux qu’il considère, pour se donner de l’importance, comme des ennemis personnels.

Note: Dès 2012, Robin D’Angelo  écrivait dans Street Press: « Agoravox n’est pas encore mort mais s’est transformé en hub des théories conspirationnistes. Une dérive rouge-brun qui s’explique par un manque de sous mais aussi par une philosophie du web 2.0 très utopique. »

Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l'Ukraine Laurent Courtois Agoravox

3.2. Un troll visant un public qui est en faveur de la guerre de Poutine dans le Donbass

Novorossia et le troll Laurent Courtois par Bernard Grua Agoravox

Pendant l’année 2015, création de son blog au cours du mois de février, la cible du troll Laurent Courtois était constituée des partisans d’une Ukraine libre, unie et indépendante. L’auditoire visé était, donc, ceux qui avaient le point de vue inverse, c’est à dire les partisans du Donbass russe comme on peut le voir, ici. Mais les inconscients, qui avaient fait sortir le troll de l’anonymat, en ont finalement payé le prix. Ils continuent (février 2018), d’ailleurs, à le payer, notamment par l’intermédiaire d’Agoravox, où le combat du troll Courtois fait rage contre « Donipress ».

En effet, une fois épuisé son portefeuille d’activistes anti-poutine, le troll Laurent Courtois s’est retourné contre ceux qu’il connaissait le mieux, à savoir la fachosphère rouge-brun pro-poutine. Il n’aura fallu que dix mois. On peut dater cette « diversification » du 25 décembre 2015 (!), premier article contre Laurent Brayard. Le 12 avril 2016, est créée la page « Save Donbass pipeau : escroquerie humanitaire et tourisme de guerre ». On peut y lire toutes les rancoeurs du troll contre « sa famille ». On y reconnait son ton et son « style ». Cette page, qui a déjà deux ans, ne compte que 49 followers (dont certainement une part significative d’anti-Novorossia, ravis des « informations », qui y sont divulguées). L’activisme réel n’est pas le point fort des trolls adeptes du monde virtuel.
Le 14 octobre 2016, le troll Laurent Courtois enfonce le clou sur son blog par le papier: « L’humanitaire spectacle au Donbass : l’école française, du show à l’escroquerie ». Finalement la « nuit des longs couteaux numériques » du troll triomphe. Laurent Brayard prend la fuite du Donbass et se réfugie à Moscou.

Une leçon à retenir, ici. Le trollisme est addictif. Il n’y a pas de bons et de mauvais trolls. Un troll reste un troll, bien irresponsable est celui qui croit s’assurer ses services et sa fidélité. 

3.3. Un troll peu instruit se limitant aux médias adeptes des fake-news,  complotistes et pro-Kremlin

Le troll Laurent Courtois, la propagande du Kremlin et les médias de la fachosphère par Bernard Grua Agoravox
Outre l’immanquable « Sputnik », bien connu aujourd’hui, le troll Laurent Courtois aime principalement d’autres médias russes (70% du total des sites d’informations dont il est fan) étroitement contrôlés par le Kremlin. « Kommersant », un peu plus libre n’en fait pas partie. A fortiori un média tel que « Novaïa Gazeta », dont de nombreux journalistes ont été assassinés par des hommes plus ou moins proches du Kremlin, est exclu de la sélection.

Le troll Laurent Courtois n’est intéressé par aucune presse française. Seuls sont présents trois sites de « ré-informations » complotistes et xénophobes d’extrême droite, spécialistes de la diffusion de hoax ou fake news.  Tels que:

Français de Souche – Selon le décodex du Monde: « Un blog d’extrême droite fondé par un ancien cadre du Front national, Pierre Sautarel. Le site produit peu d’informations lui-même, mais il est alimenté par une sorte de «revue de presse», principalement axée autour de thèmes chers à l’extrême droite (immigration, identité, faits divers…). Si la plupart des sources utilisées sont fiables, la présentation des faits par le site est souvent trompeuse. Il relaie également parfois des rumeurs non vérifiées, sur un ton interrogatif. »

Boulevard Voltaire – Selon Wikipedia« Boulevard Voltaire est un site généraliste d’information, lancé le 1er octobre 2012 par Robert Ménard et Dominique Jamet. Boulevard Voltaire est fréquemment classé par les médias parmi les sites Internet de l’extrême droite française, plusieurs de ses contributeurs étant issus des courants de cette tendance idéologique. ..Le site Conspiracy Watch souligne en outre la présence sur le site de personnalités liées au conspirationnisme et à l’extrême droite tel que Pierre Hillard et Alain Soral et des liens de Robert Ménard avec le conspirationniste Thierry Meyssan président du Réseau Voltaire, Alain Benajam et Étienne Chouard »

Réseau International: Selon le site « Debunkers de Hoax« : « Un nom ressort instantanément: « Thierry Meyssan » qu’on ne présente plus. Un conspirationniste d’extrême droite proche de Soral (plus de 200 articles publiés sur « égalité et réconciliation »), obsédé par le complot juif international, très proche du pouvoir Syrien actuel, du gouvernement Iranien et Russe. Un personnage bien introduit dans les hautes sphères, qui relaie en France la propagande fascisante de ces pays. Le site lui-même appartient donc au « réseau voltaire » et est proche d’associations comme le « comité valmy », de personnalités qui gravitent autour de la soralophère et même de personnes semblant bien introduites à l’UPR...
Voilà ce qu’on pouvait dire sur les auteurs de « RI ». Nous pouvons maintenant poser des constats, car ces auteurs partagent des constantes quasi immuables:
– Ils sont tous des laudateurs du « complot international juif ». Tous antisémites donc. Certains ont été condamnés pour ce genre de propos.
Partisans du régime d’Assad, ils en sont tellement proches qu’ils sont parfois payés par celui ci (comme Meyssan)
Partisans du régime de Poutine, ils sont parfois payés par celui-ci.
– Ils officient dans les mêmes sites rouges bruns.

On voit, ici, une caractéristique du troll. Il ne cherchera pas, par incapacité ou par paresse, à se faire une opinion. Il cherchera à utiliser ce que d’autres ont préparé pour lui, qu’il publiera ou mettra en commentaire. La vraisemblance et la réalité ne font pas partie des préoccupations d’un troll. Dès lors, toute argumentation, toute tentative de démonstration avec un troll sera vaine. Le troll n’est pas un interlocuteur.

3.4. Un troll appartenant à l’extrême droite ainsi qu’à la sphère complotiste et pro-Poutine

L'extrême droite et le troll Laurent Courtois par Bernard Grua Agoravox
Classiquement le troll Laurent Courtois est un homme d’extrême droite. On note son intérêt pour l’UPR, où Asselineau s’est fait une spécialité de ré-écrire l’histoire. Ses conférences et articles sont des kits très appréciés des trolls politiques, en règle générale. On observe aussi un intérêt pour Le FN St Nazaire qui, en la personne de Gauthier Bouchet et Jean-Claude Blanchard, avait ouvert une page FB en faveur de la livraison des Mistral à la Russie de Poutine.
Pour l’anecdote apparaît la page « Pour la vente des Mistral », créée par le troll Laurent Courtois. Elle rassemble 12 (deux fois six) fans. Un troll n’est pas un activiste. Il n’est pas engagé dans la vie réelle.

3.5. Un admirateur de Poutine, de l’URSS et de l’idéologue national bolchevique Alexandre Douguine

Laurent Courtois, russie, comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l'Ukraine Agoravox
Le Suworow Institut (13ème « icone » de la colonne de droite) s’est particulièrement illustré dans l’organisation, à Vienne, sous l’égide de Konstantin Malofeev et sous la présidence d’Alexandre Douguine, d’une conférence des extrêmes droites européennes néo-fascistes et néo-nazies, à laquelle avait assisté Marion Le Pen, comme nous l’a révélé Raphael Tresanini  – Front National : L’oeil de Moscou – Spécial Investigation 

Il n’est pas possible de détailler l’ensemble des pages aimées par le troll Laurent Courtois. Elles sont trop nombreuses On retiendra, par ailleurs, qu’il aime la plongée, le vélo, l’armée, la police, les armes, et les uniformes, dont les uniformes nazis. A ce titre, voir « Espenlaub Militaria » et « Zib-Militaria« .

Laurent Courtois, Armes et uniformes nazis par Bernard Grua 120218 Agoravox

On observe, de même, que le troll aime « L’Escadrille Normandie Niemen » devenue point de passage obligé pour tout Français poutinophile, comme l’ont montré les sénateurs et députés qui sont allés, sous la conduite de Thierry Mariani, célébrer l’annexion de la Crimée – Bernard Grua: « Mariani, Crimée, Mistral Et Lobbying Pro-Poutine En France ». Le troll Laurent Courtois a contribué à une reconnaissance de signatures pour le site web relatif au Capitaine GABRIEL MERTZISEN, pilote de chasse de l’Escadrille Normandie-Niemen.

3.6. Un troll obsédé par le corps de la femme et par quelques autres déviances

Bien qu’il soit intéressé, aussi, par les jeunes garçons, l’obsession, pour le jeune voire très jeune corps féminin, du troll Laurent Courtois mérite une revue approfondie. Car, on le verra au chapitre suivant, sans avoir une idée des fantasmes et des frustrations de ce troll, il n’est pas possible de comprendre son « écriture ».
Laurent Courtois addictions et perversions féminines AgoravoxOn pourra notamment regarder les pages suivantes dont le troll est fan:
1) Pin-Up Addict
2) Moscow Female Cadet Boarding School No. 9
3) Rocco Siffredi Official
4) Jacquie et Michel
5) J’suis pas chasseur mais je lui mettrais bien une cartouche…!

Enfin, le troll aime bien, aussi, les jeunes garçons dessinés par Pierre Joubert.

Addictions pornographiques et pédophiles du troll Laurent Couortois Novorossia Agoravox
Images de quelques pages Facebook dont le troll Laurent Courtois est fan

4. Un texte écrit pour flatter les pulsions d’une audience avide de fakes calomnieux

Il est assez intéressant de noter que l’attaque du troll portera sur ce qu’il connait le mieux voir à savoir ses fantasmes et déviances sexuelles assumés ou non, voir § 3.6. ci-dessus. Il les transposera au trollé. On observera comment le troll arrivera à exploiter quelques éléments, qui sembleraient banals à tous, comme support d’une fable qu’il écrit en s’écoutant lui-même. Il y a là, une méthode à la portée des êtres primaires. Elle est celle qui a été pratiquée avec succès par Myriam Badaoui, accusatrice au procès d’Outreau. Rappelons que cette femme très simple a réussi à convaincre le juge Lambert et à faire incarcérer de nombreux innocents, à qui elle imputait ses propres vices.

L’audience du troll est généralement moins difficile à convaincre que la justice française. Mélanger l’invention au réel. On est là au coeur de la construction du fake dont le troll est adepte voir § 3.3.. Pour tout homme censé, un tel fatras peut sembler indigeste. Mais le lecteur de la fachosphère n’en a cure. Il veut lire ce qui flatte ses pulsions. Il se réjouit d’entendre  ce qu’il a envie d’entendre. Il n’en contrôlera pas la réalité car il préfère le monde merveilleux qui lui a été préparé.

La force du troll ne réside donc, ni dans sa culture, ni dans son intelligence, ni dans sa capacité d’écriture. Elle réside dans les pulsions, les fantasmes mais aussi le vécu qu’il partage, sans retenue, sans pudeur, sans savoir-vivre, avec son public.

Voici son texte:

« Comment Bernard Grua, pris fait et cause pour l’Ukraine? »
Comment Bernard Grua pris fait et cause pour l Ukraine rep1

5. Un « droit de réponse détourné

Le « droit de réponse » est illusoire et même pernicieux car le troll s’en servira pour broder de nouvelles diffamations, qui appelleront, à leur tour, une réponse etc.

« Réponse commentée de Bernard Grua »

Comment Bernard Grua pris fait et cause pour l Ukraine DroitRep1
Comment Bernard Grua pris fait et cause pour l Ukraine DroitRep1

Comment Bernard Grua pris fait et cause pour l Ukraine DroitRep1

Tout n’a pas pu être développé ici. Ce qui est regrettable au vu de la documentation accumulée. N’hésitez pas à solliciter les informations que vous jugeriez utiles. Il sera, bien entendu, répondu à chaque question posée en commentaire.

Auteur: Bernard Grua Nantes 12/02/2018

ANNEXE: réponse, en clair,
adressée au troll

Pour ceux, qui souhaiterait en prendre connaissance et qui auraient du mal à déchiffrer la capture d’écran du papier du troll, voici pour information, et en clair, le texte de la réponse, qui lui avait été faite le 23 août 2015. Le papier initial du troll est repris en italique et en caractères gras. Le texte de la réponse est en caractère normal.
L’attention du lecteur est attiré sur le fait que, s’il est exposé à un cas identique, il est tout à fait déconseillé de répondre. La réponse ne fait que nourrir le troll, lui donner une nouvelle occasion d’insultes et d’affabulations comme on peut le constater au § 5. ci-dessus. La réponse exposée ici est, en quelque sorte, un bêtisier. Il existe d’autres moyens de riposte qui peuvent être exposés en commentaires ou par messages privés. N’hésitez à poser les questions qui vous intéresseraient.

Monsieur Laurent Courtois,

Le proverbe dit: « on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ». Vous le confirmez. Vous avez ignoré tous mes avertissements. Afin de tenter de me faire taire, vous menacez de persévérer dans l’ignominie en publiant deux nouvelles listes d’invectives et d’hallucinations diffamatoires que vous appelez « articles ». La récréation a assez duré. Il est en temps de remettre les choses à leur place.
Rien ne vous permet d’affirmer de façon si diffamatoire: « Je ne vous cache pas que j’avais vu dans sa bouche légèrement pincée et son regard concupiscent, un fond de perversité sexuelle. » Vous avez, pour ce faire, découpé une photo d’un article d’Ouest France qui, je le comprends bien, ne vous plaisait pas. http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/mistral-selfies-dopposants-pour-lelysee-21-04-2015-206250. J’invite le lecteur à s’y reporter pour réaliser le niveau de corruption mentale que suppose l’émission de votre phrase.
Vous continuez: « En cherchant ces (sic) liens avec l’Ukraine, je suis tombé sur un article » Vous mentez à vos lecteurs, Monsieur Laurent Courtois. C’est moi qui, en toute transparence, vous ai communiqué les liens avec, entre autres, cet article qui, par ailleurs, ne nécessite aucune recherche. Il suffit de taper mon nom sur Google, comme même un enfant sait le faire. Je vous l’ai indiqué car je n’ai rien à cacher, au contraire. http://www.breizh-info.com/15355/actualite-politique/saint-nazaire-entretien-bernard-grua-no-mistral-for-putin-interview/
« Plus haut, dans le même article il dit aimer aussi la Russie, la suite de notre « enquête » nous prouvera que ce n’est pas les pays de l’Est qu’il aime… » Vous tentez de faire croire à vos lecteurs que vous avez mené un véritable travail de détective. Parler « d’enquête », c’est littéralement se moquer du monde. En effet tout ce que vous avez, soit disant, trouvé est public depuis des mois voire des années.
Votre seul « enquête », Monsieur Laurent Courtois, est celle que vous avez menée en vous-même pour y chercher et puis étaler, ainsi, vos pulsions les plus sordides ainsi que votre volonté délibérée de nuire.
Vous trompez une nouvelle fois vos lecteurs en ne mentionnant pas les centaines de clichés que j’ai pris dans de nombreux pays de l’ex URSS, y compris dans le Nord-Est de la Iakoutie par des températures extrêmes (jusqu’à -50 °c) où j’ai parcouru des milliers de kilomètres.
Non, vous avez sélectionné quatre images qui ont littéralement fait grimper votre excitation à un niveau incontrôlable et fait exploser tout sens commun chez vous.
Si vous ne comprenez rien à la photographie et à l’art, si vous êtes si réfractaire à la beauté, Monsieur Laurent Courtois, c’est votre droit. Mais, évitez ce qui peut ressembler à des éructations de beauf poujadiste, en manque, accoudé au comptoir du bistrot le plus minable.
Vous dites « Donc nous savons que BG est allé deux fois en Ukraine, une fois en hiver, une fois en été… ». C’est faux. J’y suis allé quatre fois. Soit moins qu’en Russie (particulièrement en Sibérie). Destination que vous vous gardez bien, Monsieur Laurent Courtois, de mentionner alors que je vous en ai fait passer tous les éléments.
Voyons, tout cela n’a rien de caché et rien d’un scoop! Monsieur Laurent Courtois, tentez d’agir en accord avec ce que votre nom de famille pourrait suggérer.
La quatrième photo, faite à Ivano-Frankivsk, n’a pas été, non plus, réalisée dans ma chambre d’hôtel (j’ai des goûts et des moyens plus simples). Elle fait partie d’un travail que nous avons mené, à deux photographes, en plein après-midi, porte ouverte, dans une suite mise, très officiellement, à notre disposition par l’hôtel Fontush. http://www.lonelyplanet.com/ukraine/western-ukraine/ivano-frankivsk/hotels/fontush-boutique-hotel
« Et voilà comment Bernard Grua vit la révolution depuis la fenêtre de sa chambre d’hôtel… » Me faire passer pour un « planqué », Monsieur Laurent Courtois, est tout à fait minable. J’ai pris des photos au cœur de Maidan et des affrontements. J’en ai réalisé une exposition à Paris. http://www.ouest-france.fr/exposition-les-photos-dukraine-du-nantais-bernard-grua-paris-2989828.
J’ai rédigé des articles sur Maidan:
https://bernardgrua.net/2015/06/07/a-propos-de-maidan-un-nantais-a-kyiv/
https://bernardgrua.net/2015/06/07/maidan-petite-brisure-decorce-calcinee-et-meurtrie-ne-rompt-pas/
https://bernardgrua.net/2015/06/07/la-jeune-fille-au-foulard-rouge/
http://www.ouest-france.fr/douloureuse-amitie-pour-les-populations-dukraine-2607734
Le 19 février, j’ai reçu un appel d’Europe 1 au petit matin alors que je faisais mes bagages pour partir sur Leipzig. Maidan était en feu. Krechtchatik, où je résidais, était bloqué comme le centre de la ville. Je cherchais à me rendre à l’aéroport. Vous ne le dites pas. Mais tout ceci est, encore fois, dans mes articles publics, que vous avez lus et qui sont présentés ci-dessus.
 « Chef d’entreprise français installé à Kiev » J’ai expliqué à Europe 1 la situation. Mes propos ont été quelque peu déformés. Alors que j’annonçais avoir fait un court passage, ils ont indiqué que je résidais à Kyiv. Ils avaient besoin des propos d’un expatrié. J’ai jugé le point bénin mais quand je vois l’usage que des gens comme vous en font, je pense que j’aurais dû demander une rectification.
Après ce déluge de contre vérités, votre diffamation, Monsieur Laurent Courtois, devient outrancière: « vieux grivois breton, photographiant des nymphettes dans un hôtel de la place Maïdan »…
« Vieux grivois breton », c’est parfaitement dégueulasse, Monsieur Laurent Courtois. Il n’y a pas d’autres mots.
« Des nymphettes », voilà que vous suggérez des choses dont se servent des personnes déséquilibrées, comme votre ami Guillaume Lopez pour parler ouvertement de pédophilie à mon égard. Vous en portez la responsabilité, Monsieur Laurent Courtois. Vous savez bien que votre ami Guillaume Lopez est dangereux. Il m’a confié, ce jour, être sorti de prison récemment (copies d’écran disponibles). De plus, il fait, à nouveau, l’objet de poursuites pour avoir émis des menaces de mort à l’égard d’une adolescente française (copies d’écran disponibles).
Mes modèles sont adultes et majeurs. Je travaillais à leur demande.
« Dans un hotel de la place Maidan ». Cette affirmation est totalement fausse, Monsieur Laurent Courtois. Je n’ai fait aucune photo dans un hôtel de Kyiv et encore moins dans un hôtel de la place Maidan. J’ai fait toutes mes photos de Kyiv en studio ou en plein air. De plus, pour éviter des médisances telles que les vôtres, je n’ai jamais fait de photos, seul, en intérieur, avec mes modèles. Même si, lorsqu’on écrit comme un porc, comme vous, Monsieur Laurent Courtois, il est difficile d’imaginer un comportement éthique tel que le mien.
Enfin vous arrivez triomphalement au résultat de votre splendide enquête où l’honnêteté, l’analyse et le travail sont jetés aux orties pour exalter toute votre furie sexuelle mal contenue.
Vous vous affranchissez totalement de la réalité: « C’est donc l’amour des jeunes filles de l’est qui fit de Bernard Grua, l’un des plus grand supporter de la junte de Kiev… »
Pour la « junte de Kiev », je souligne que le gouvernement ukrainien est issu d’un parlement élu démocratiquement sous contrôle international où les extrémistes de votre genre ont obtenu moins de 5% des voix. On est bien loin des 25% du Front national en France. L’expression que vous utilisez pour qualifier ce gouvernement est directement calqué sur la propagande du Kremlin.
« Ne doutons point que ses petits penchants ne sont pas passés inaperçus pour tout le monde…. ». Je suis las de commenter vos inepties putrides.

Monsieur Laurent Courtois, je vous mets une nouvelle fois en demeure de ne pas utiliser mes créations artistiques. Je ne vous en donne pas l’autorisation car vos propos diffamatoires salissent mon travail, mentent à vos lecteurs et portent tort à l’image publique des personnes qui y figurent.

Enfin, je poste le même droit de réponse sur votre blog, que vous voudrez bien, cette fois, ne pas effacer.
Sincères salutations.

Bernard Grua, Nantes le 23 août 2015 

 

Jean-Claude Blanchard, le troll poutiniste et FN de St Nazaire, condamné

Jean-Claude Blanchard, le troll politique FN et pro-poutine condamné en justice et autres révélations.

Dominique-Serres-Jean-Claude-Blanchard-FN

Je poursuis ici ma revue du phénomène des « trolls en col blanc » m’autorisant un petit aparté par rapport au cas pratique actuellement étudié, à savoir un retraité bordelais, polytechnicien et ex banquier à la Société Générale. En effet, l’actualité locale est marquée par un « troll politique », dont nombre d’entre-nous sont familiers et se réjouiront de la condamnation.

1. Jean-Claude Blanchard, une personne mélangeant trollisme et politique

Jean-Claude Blanchard, conseiller FN de St Nazaire, est un homme qui n’hésite pas à recourir au trollisme comme nous avons pu l’observer lors de l’affaire Mistral. Continuer à lire … « Jean-Claude Blanchard, le troll poutiniste et FN de St Nazaire, condamné »

Introduction au « voyage dans le petit monde du trollisme en col blanc »

Présentation du champ observé, du contexte et de la méthode retenue pour un voyage en plusieurs épisodes dans le monde de la trollisation des rapports sociaux, sur les pas d’un exemple concret relatif à un retraité, polytechnicien, ex banquier à la Société Générale.

Dominique Serres Analyse troll Dominique Serres, Société Générale, polytechnique, le bouscat, bordeaux

Ce texte est la présentation d’une étude se composant de plusieurs articles à venir, qui montrent, à partir du cas concret de Monsieur Dominique Serres, l’évolution d’un homme instruit et apparemment policé, polytechnicien, ex banquier à la Société Générale, vers la fonction de « troll en col blanc ». A l’issue, nous tenterons de déterminer les méthodes qu’il convient de mettre en œuvre pour nous protéger contre la « trollisation » des rapports sociaux, ce fléau potentiellement dévastateur.

1. Le « trollisme » n’a été pris au sérieux que très récemment

Le monde a découvert, avec effarement, que le Kremlin disposait « d’usines à trolls » pour créer le chaos ainsi que pour influencer les populations fonctionnant selon un système politique et économique différent du sien, voire pour promouvoir son impérialisme extérieur. Quelques temps auparavant, un certain nombre d’activistes et de journalistes avaient déjà pu identifier le phénomène. Ils ne furent malheureusement pas pris au sérieux. – Libération, 16/04/2015: « Le Kremlin invente l’usine à trolls. »

J’ai, à titre d’exemple, pu constater, en mai 2015, que le reporter de Canal +, en charge à Saint-Nazaire de l’affaire Mistral, ignorait l’existence de « Sputnik ». Alors que ce même « Sputnik », appuyé par « RT » et relayé par une myriade de trolls était quasiment le seul média à produire de l’information sur ce litige international, tout en représentant la partie opposée à la France – Informnapalm, 15/05/2015 « Mistral, 15 mai 2015: Les médias français à la remorque de la propagande du Kremlin »

J’ai, là aussi sur un concret, montré comment « Sputnik » ainsi que « RT«  alimentaient, en toute opacité, les médias « mainstrean » et instrumentalisaient l’opinion française contre l’intérêt national. – L’Express, 26/05/2015 « Sabordage des Mistral: « Comment les médias français ont été manipulés » »

Mais, de même qu’un cambrioleur s’enhardit jusqu’à sa perte, les trolls du Kremlin se sont montrés trop gourmands. Les interventions dans les élections américaines, françaises et allemandes ont été le phénomène véritablement déclencheur d’une prise de conscience internationale. Du statut de marginal règlement de compte sur la toile, le phénomène a soudain pris la matérialité d’une menace géopolitique. En ce sens, on peut remercier les services de Vladimir Poutine pour leur déraison, frappant de quasi-obsolescence une arme si soigneusement construite. Bernard Grua Expertises – 15/03/2017: « Cyber-guerre, l’Etat français commence à prendre la mesure des forces de destructions qui sont à l’oeuvre »

2. Le « trollisme » n’est pas limité à la «poutino-sphère»

On aurait tort de croire que le « trollisme » se limite aux agents du Kremlin. Les trolls sont aussi des personnages de notre quotidien. Ainsi « Dans le monde de l’Internet et du web, on parle de troll pour désigner des intervenants qui initient volontairement des polémiques sur un forum de discussion, un blog ou un réseau social dans le seul but de provoquer les autres intervenants et de générer des réactions en retour. » – Gabriel Dabi-Schwebel Dictionnaire du Web

Je me concentre, ici, sur ce que j’appellerai le « trollisme en col blanc ». Ce trollisme, aux causes parfois insignifiantes, crée, lui aussi, de douloureuses déchirures inter-personnelles et inter-communautés. En tout cas, les dégâts occasionnés sont sans commune mesure avec leurs motifs. Le « trollisme en col blanc » est un facteur d’exclusion à la fois pour le troll et pour le trollé. Il casse le lien social. Il peut avoir de lourds impacts psychologiques. Il pousse, de plus, à une surenchère de discours violents dans une période où l’on constate une préoccupante monté des extrêmes et des haines ouvertes. Il créée des réalités et des individus virtuels, sources de fantasmes, de dérapages, de lynchages médiatiques et de complotisme. Enfin, le « trollisme en col blanc » est un redoutable agent de propagation des « fakes news », lesquelles prennent de plus en plus d’importance dans le débat, on devrait plutôt dire le non-débat, contemporain.

Pour l’avoir largement subi en raison de mes engagements dans la société civile, j’ai l’intime conviction, qu’à terme, le « trollisme en col blanc » est tout aussi lourd de menaces, que ne l’est le « trollisme géopolitique ».

3. Les marqueurs du trollisme

Wikipédia –  présente une liste d’actions relevant du trollisme. En voici une sélection :
« 3.01. Insultes visant un groupe de personnes (définies par leur nationalité, religion, opinion politique, etc.) et permettant de déclencher de nouvelles interventions;
3.02. procès d’intention ;
3.03. délation et/ou diffamation ;
3.04. mélange de flatterie envers les uns et injures envers les autres, pour s’attirer à la fois alliés et ennemis. Lorsque le but du troll est le jeu ou la provocation, il tente de maximiser son nombre d’adversaires. Au contraire, s’il est déterminé à nuire il va tenter d’avoir un maximum d’alliés et d’isoler sa victime ;
3.05.« parler par slogan » est aussi une méthode utilisée par le troll qui souhaite envenimer une discussion, la ramenant par là-même à une forme simpliste du débat de départ ».

 Personality and Individual Differences septembre 2014:
3.06. “les trolls incarnent le prototype du sadique ordinaire”.
3.07.  Le troll jubile de son anonymat, de son invisibilité cyber liberté…
3.08. …qui lui permettent de relâcher toutes les frustrations rencontrées dans la réalité en s’en prenant avec impunité aux internautes.
3.09. La vengeance..
3.10. …et la méchanceté gratuites sont…
3.11 …le fruit interdit dans la vraie vie…
3.12. …que les trolls savourent dans le monde virtuel

4. Présentation du cas concret qui sera étudié et de la méthode retenue

4.1. Champ observé: périmètre du voyage dans le petit monde du troll en col blanc

Voici plusieurs années que le sujet  des trolls me préoccupe. J’ai longtemps hésité à parler à la première personne et à faire part de façon précise de mon expérience personnelle. D’une part, je n’aime pas ce qui pourrait passer pour de l’exhibitionnisme. « Le moi est haïssable » disait Blaise Pascal. D’autre part, « l’action » était trop proche pour pouvoir y poser un regard serein et distancié. J’ai tenté de me limiter à l’exposé de concepts et de méthodes. Pourtant cette approche ne me satisfaisait pas. Il est possible de trouver une certaine littérature sur les trolls. Elle multiplie les mises en garde mais le lecteur a du mal à en tirer des enseignements concrets. Tout ceci ne se matérialise pas car le discours n’est pas appuyé sur des exemples tangibles.

Webmaster et rédacteur d’articles pour six sites internet depuis plusieurs années; contributeur à de nombreux médias publics dont certains engagés (L’Express, Ouest-France, Ukrinform, Ukraine Crisis Media Center, Infromnapalm, Saint Nazaire Info, Breizh Info); contributeur à un ouvrage de géopolitique centré sur la guerre russo-ukrainienne; administrateur de nombreuses pages Facebook professionnelles ou civiles; administrateur de groupes Facebook restreints ou ouverts; activiste de la société civile par des actions concrètes; utilisateur de six réseaux sociaux autres que Facebook (VK, Pinterest, Instagram, Google+, Flickr, Linkedin); porte parole international d’une cause ayant stimulé un âpre trollisme de la fachosphère et d’un Etat étranger; un des premiers lanceurs d’alerte sur les mécanismes de la propagande du Kremlin en France – j’ai vécu la plupart des situations que connaissent les cibles des trolls: spams, diffamation, accusations de pédophilie et/ou de démence (voir Note ci-dessous), harcèlement, insultes, provocations, menaces physiques, par tout type de supports. Je pense avoir des expériences concrètes à présenter pour qui s’intéresse au trollisme. Le temps est venu de les partager.

Ainsi, dans une série d’articles, je prendrai l’exemple d’un cas concret particulièrement intéressant et que j’ai suivi de près, celui d’un, apparemment, paisible ex-banquier.

4.2. Cas étudié: identification du guide dans le petit monde du troll en col blanc

Mobiasbanca, Dominique Serres, Société Générale, Polytechnique, troll, le bouscat, bordeaux
Photo d’identité de Dominique Serres, ex banquier à la Société Générale, diplômé de l’école Polytechnique

Nous observerons, ensemble, la bascule de Monsieur Dominique Serres diplômé, en 1979, de l’école Polytechnique, du statut de haut cadre bancaire au sein de la Société Générale, à Paris et dans les pays de l’Est, vers le statut de troll présentant un discours, un vocabulaire et un comportement surprenants, alors que certains de ses condisciples polytechniciens sont devenus des experts respectés et écoutés, y compris en géopolitique. Je mettrai en évidence le risque, que des comportements du type de celui de Monsieur Dominique Serres font peser, sur leur entourage.

Dominique Serres MobiasBanca Société Générale Moldavie, polytechnique, le bouscat, bordeaux
Dernier poste professionnel occupé par Monsieur Dominique Serres dans l’organigramme de MobiasBanca, filiale de la Société Générale en Moldavie
Dominique Serres, Facebook, Troll, Société Générale, Polytechnique, Le Bouscat, Bordeaux
Photo de profil Facebook de Dominique Serres, Polytechnique, retraité à Bordeaux

J’aurais pu tout à fait me pencher sur un des nombreux trolls de la « fachosphère » auxquels j’ai été confronté au cours de ces dernières années mais le cas de Monsieur Dominique Serres me semble plus intéressant.
La « fachosphère » fait maintenant l’objet de nombreuses études. En revanche, personne n’a encore décortiqué le phénomène du « trollisme en col blanc » alors que ses conséquences peuvent être dévastatrices pour notre société, notamment en raison de l’augmentation de la population inactive et/ou oisive de notre pays.
Ensuite, pour l’avoir observé pendant de nombreuses années, pour m’être longtemps trompé sur le personnage, pour avoir acquis une connaissance relativement approfondie du sujet, j’ai pensé qu’il y avait là une matière riche d’enseignements.

Enfin, le mode des trolls est suffisamment vaste pour que l’on tente d’éviter de s’y égarer. Il convient de restreindre le champs d’investigation pour ne pas perdre en pertinence ce que l’on souhaite gagner en exhaustivité. Le cas concret du troll qui sera analysé présente l’avantage de se limiter strictement au réseau social Facebook et à Messenger. Il n’utilise aucun autre média, n’est pas présent sur Twitter, Instagram, Pinterest etc. Il n’a pas de blog, ni de site web personnel. Il ne publie pas de contributions sur des journaux papiers ou en ligne.

4.3. Méthode: le fil conducteur du voyage dans le petit monde des trolls en col blanc

Je ne prétendrai pas expliquer pourquoi, dès lors qu’il a pris sa retraite, à Bordeaux, en 2016, hors de son environnement géographique et professionnel habituel, Monsieur Dominique Serres s’est livré à cette activité. Je me bornerai à en faire l’inventaire.
Je n’interpréterai pas les propos présentés. Je me contenterai de les mettre en perspective.
Je ne les extrapolerai pas non plus. J’ordonnerai de façon thématique, un ensemble de captures d’écran issues des communications de Monsieur Dominique Serres.
Je pourrai, quelquefois, situer les éléments dans leur contexte afin de contribuer à une meilleure compréhension du lecteur. Mais je présenterai, sans rien y retoucher, les écrits du personnage étudié. Le lecteur se fera sa propre opinion.
Je ne prêterai pas le champ à des procès d’intention. Donc le lecteur ne doit pas s’attendre à de croustillantes élucubrations. Si j’ai une profonde aversion pour les trolls, ce n’est pas pour reprendre leurs méthodes.
Je ne m’interdirai pas, le cas échéant, quand cela sera pertinent, de faire des rapprochements avec d’autres trolls que j’ai pu croiser sur ma route.

5. Les enseignements espérés de cette étude sur le trollisme en col blanc

A l’issue de cette enquête, j’espère que chacun pourra avoir conscience du fait que le troll n’est pas l’être hideux que l’on ne connaît pas. Le troll peut être une personne apparemment respectable de notre entourage réel ou virtuel. Le troll peut être une personne en qui nous avons eu confiance, et qui sombre du côté obscur, spécimen le plus dangereux. A nous d’identifier ce troll présent ou en devenir. A nous d’essayer de le guider vers plus de raison. A nous de nous en protéger.

Enfin, ces exemples concrets seront précieux au lecteur en tant qu’acteur. Ils montreront que la tentation du trollisme peut, tous, nous toucher. Dès lors, il est primordial d’avoir en tête un certain nombre d’alarmes pour nous conduire dans le cadre d’un comportement véritablement social et non pas potentiellement destructeur.

PROGRAMME D’EXCURSIONS DU « VOYAGE DANS LE PETIT MONDE DU TROLLISME EN COL BLANC »

  • Pourquoi l’affaire catalane est devenue, en France, un catalyseur du trollisme en col blanc ?
  • Comment le troll en col blanc créée sa cour et isole sa cible ?
  • Quels artifices de langage et de « novlangue » utilise le troll en col blanc ?
  • Comment le troll en col blanc organise son anonymat et se créée une double personnalité?
  • Comment se prémunir des trolls en col blanc, comment les contrer ?
Dominique Serres, Mobiasbanca, Société Générale, injures, vulgarité, polytechnique, le bouscat, bordeaux
On note le vocabulaire: « Cocu », « Con ». Injure destinée au peuple catalan. On note la « novlangue » le président Puigdemont est devenu un mot valise de « putsch » et de « dément »

© Bernard Grua, Nantes, 23/01/2018

NOTE: Pédophilie et démence ne sont pas mentionnés séparément par hasard. Elle ne relèvent pas de la « simple » insulte ou de la « simple » diffamation. Elles entrent dans une rubrique à part. Car la personne accusée est déjà, aux yeux de l’opinion, condamnée (pédophilie) ou voit toute tentative de défense discréditée (démence). Ce n’est pas pour rien qu’il s’agit là des deux techniques majeures du Kremlin, exception faite de l’assassinat, pour neutraliser les personnalités gênantes. A titre d’exemples le Nantais Yoann Barbereau et l’historien russe Iouri Alekseïevitch Dmitriev, fondateur de « mémorial », sont là pour nous le rappeler. De même, de nombreux observateurs constatent avec inquiétude la remise en place, en Russie, de la psychiatrie punitive, spécialité soviétique.
Ces deux accusations, la première principalement, sont devenues une pratique assez répandues au sein de la fachosphère française, qui n’en a néanmoins pas le monopole.

COMMENTAIRES:

Vous avez une expérience similaire à partager? N »hésitez pas à commenter l’article.
Vous êtes intéressé où seulement curieux? Posez vos questions en commentaire.
Vous un troll? A la bonne heure! N’hésitez pas défoulez-vous. Commentez! Vous êtes ici chez vous. Nous avons besoin de cas concrets à étudier.
Sachez qu’aucun commentaire ne sera censuré sous réserve qu’il ne soit pas injurieux ni contraire à la loi, qu’il n’incite pas à la discrimination, à la haine, au racisme ou au rejet de tout type de personne.
Enfin, l’auteur se réserve le droit de bannir sans explication toute personne ayant fait l’objet d’une condamnation en justice.

ARTICLE CONNEXE:

Jean-Claude Blanchard, Front National, Saint Nazaire
Jean-Claude Blanchard, élu FN, troll pro-poutine

Le « trollisme politique » n’entre pas dans le champ de cette étude. Néanmoins il possède quelques similitudes avec le « trollisme en col blanc » notamment en raison des outils communs parfois déployés. Voir, ici, l’exemple d’un cas, à la fois élu FN et troll.
« Jean-Claude Blanchard, le troll poutiniste et FN de St Nazaire, condamné«