Articles de Bernard Grua

Le poutinisme s’est déplacé, et nous sommes aveugles

Que ferons-nous demain, quand un continent entier nous haïra? Soit qu’il soit Salafiste, soit qu’il soit Poutiniste, et qu’il sera trop tard pour s’en inquiéter.

Publicités

Le poutinisme s'est déplacé et nous sommes aveugles - Bernard Grua

En France, nous tentons de combattre la propagande de Poutine de manière plus systématique mais avec les mêmes méthodes que celles utilisées en 2013 et en 2014. Pourtant, à une très large majorité, les Français ne font pas confiance à Poutine et il n’est guère à espérer que les efforts déployés y changent quelque chose, de façon autre que marginale. Ce faisant nous négligeons totalement des millions de francophones chez qui cette propagande gagne chaque jour de nouveaux adeptes. Cette prise de conscience ne se fait pas. Pourtant, elle est urgente. Je reprends ici la dernière partie d’un papier écrit en avril 2018, qui parait de plus en plus d’actualité: « La pénétration du poutinisme en France, progression ou endiguement? »

Continuer à lire … « Le poutinisme s’est déplacé, et nous sommes aveugles »

Sibérie: la mine perdue de Batagol et le pays secret des Soyots

A la différence de leurs confrères étrangers, les découvreurs français ont peu participé à l’exploration de la Sibérie. Pourtant, il en existe un, aujourd’hui méconnu, qui mériterait, tant en France qu’en Russie, d’être étudié. Au milieu du dix-neuvième siècle, l’aventure romanesque mais bien réelle, de Jean-Pierre Alibert a laissé, localement, d’importants souvenirs qui ne demandent qu’à être partagés.

Caravane de traineaux transportant les provisions, près du poste Kanginsky, aux frontières de la Chine, 18 mars 1849. Album : Souvenirs de Sibérie, 1840-1862 Jean-Pierre Alibert, 1820-1905 Géologue, découvreur et exploitant de mines de graphite en Sibérie. Gouache signée Carl. Wolff Expédition scientifique / Paysage
Caravane de traîneaux transportant les provisions, près du poste Khanginsky, aux frontières de la Chine, 18 mars 1849. – Album : Souvenirs de Sibérie, 1840-1862 Jean-Pierre Alibert – Gouache signée Carl. Wolff  © Musée des arts et métiers-Cnam, Paris / photo M. Favareille  (Note: à cette époque, la Mongolie faisait partie de l’empire chinois)

Batagol, une mine perdue au fond des monts Saïan orientaux

Intérieur de la mine de graphite de Batougol (monts Saïan, Sibérie), découverte en 1847 et exploitée par Jean-Pierre Alibert. Planche tirée de La mine de graphite de Sibérie découverte en 1847 par M. J.-P. Alibert, Paris, Poitevin, 1865.
Intérieur de la mine de graphite de Batagol (monts Saïan, Sibérie), découverte en 1847 et exploitée par Jean-Pierre Alibert. Planche tirée de La mine de graphite de Sibérie découverte en 1847 par M. J.-P. Alibert, Paris, Poitevin, 1865. CC Hadrianus13

En Sibérie, près de la frontière mongole, sur le plateau de l’Oka (Okinksy Rayon), au cœur de la solitude des monts Saïans orientaux, le temps ne s’est pas arrêté. Mais, au cours de nos pérégrinations, dans le pays secret des Soyots je n’ai pas croisé un seul habitant, connaissant ma nationalité, sans qu’il ne mentionne la mine de Batagol fondée par le Français, Jean-Pierre Alibert, en 1847. On n’oubliait pas non plus de me rappeler qu’un des descendants de ce découvreur a cherché la mine, sans succès.

Sans même connaitre cet épisode historique, voilà plus de deux ans que je souhaitais aller dans l’Okinsky Rayon, le « petit Tibet russe ». On le disait ignoré des touristes et des Occidentaux. Aucun de mes amis et contacts russes, y compris ceux d’Irkoutsk, n’y avait jamais posé les pieds. Sans réseau, en Russie, le voyageur étranger n’est rien. A l’inverse, un bon tissu relationnel y ouvre des horizons insoupçonnés.  A force d’écrire et d’en parler, j’ai été recommandé à Andreiy Bezlepkin, un photographe de Tver, qui, en juillet 2008, pour la deuxième fois consécutive, retournait dans ce lieu étonnant. J’ai donc eu la chance de rejoindre son équipe russe mais j’étais loin d’imaginer ce que j’allais y apprendre. Continuer à lire … « Sibérie: la mine perdue de Batagol et le pays secret des Soyots »

Comment Poutine a-t-il remporté la demi-finale France-Belgique et comment va-t-il récidiver en finale?

Emmanuel Macron s’est rendu au Mondial de football de Poutine dans le cadre d’une visite controversée. Il s’apprête à renouveler l’opération dimanche prochain, le 15 juillet 2018. Les conséquences pour la France, en ce qui concerne les valeurs dont elle se dit ambassadrice et en ce qui concerne la cohérence de ses engagements internationaux, seront lourdes humainement ainsi que politiquement.

FRANCE-RUSSIA-DIPLOMACY

La présence, sans conditions, d’Emmanuel Macron au match de demi-finale de la coupe du Monde fut-elle seulement une erreur diplomatique?

A la différence du contrat relatif aux navires Mistral dont plus de 60% des Français approuvaient la livraison, la majorité du pays a aujourd’hui une position défavorable à l’égard du Kremlin en ce qui concerne les prisonniers politiques ukrainiens détenus par la Russie. Tous les jours paraissent, en France, des articles s’émouvant de leur sort et, particulièrement, de celui d’Oleg Sentsov. Continuer à lire … « Comment Poutine a-t-il remporté la demi-finale France-Belgique et comment va-t-il récidiver en finale? »

Reblog: À Marinka, vivre sur la ligne de contact – Ioulia Shukhan

Très bel article d’Ioulia Shukhan sur la vie en zone de guerre dans le Donbass.

carnets de terrain de Ioulia Shukan

Depuis que la guerre s’est invitée, le 11 juillet 2014, à Marinka, commune pavillonnaire en plein cœur des steppes de l’Est ukrainien, ses 10 000 habitants (près de 6 000 aujourd’hui) subissent quotidiennement les inconvénients de leur nouvelle vie. La contre-offensive donnée alors par l’armée ukrainienne contre les forces séparatistes, s’est arrêtée à la sortie Est de la ville, à une dizaine de kilomètres de la métropole de Donetsk. La ligne de contact, redessinée quelque peu par de violents combats du début juin 2015, s’est plus au moins fixée depuis. Elle traverse, du Nord au Sud, la partie orientale de Marinka, bordant certaines rues, courant parallèlement à d’autres, annexant quelques unes. Elle laisse plusieurs terrils, ces collines formées par l’amoncellement des déblais de mines, en territoire séparatiste ou en « zone grise » visitée par les deux parties. Au lieu de constituer des obstacles naturels et protéger les habitations, ces terrils servent…

Voir l’article original 2 929 mots de plus

La pénétration du poutinisme en France, progression ou endiguement?

Si la France et le reste du monde occidental ont longtemps été aveugles ou déroutés par la progression du poutinisme, il semble que cette menace se soit parfois retournée contre ses auteurs et qu’elle commence à recevoir un début de réponse organisée. Il est trop tôt pour dire si le poutinisme va durablement reculer dans l’hexagone. En revanche, il risque de s’y implanter indirectement en proliférant dans certaines parties du monde francophone, où il devient une deuxième religion. Cette métastase est ignorée aujourd’hui et n’en est que plus dangereuse.
Le texte suivant est le résultat de réflexions issues de l’intéressant article de Sophie Belaïch: « Le niveau de pénétration du poutinisme atteint un seuil très alarmant en France », paru le 20 avril 2018.

Il faut lire l’article de Sophie Belaïch sur « The Times of Israël »: « Le niveau de pénétration du poutinisme atteint un seuil très alarmant en France ». Voilà un inventaire détaillé de multiples ingérences du Kremlin au sein de la politique française ainsi qu’un réquisitoire contre une liste impressionnante d’agents d’influence au coeur de notre personnel politique. Ce texte a attiré de nombreux trolls. Leurs commentaires donnent une idée de l’état d’esprit de la poutinosphère mais ils dressent surtout un catalogue d’horreurs injurieuses pour ceux qui les découvrent. Pour les autres, aucune surprise. Au delà d’insultes primaires, le troll est un être (et encore) inférieur, qui ne crée pas mais se contente de poster ce qui a été préparé par d’autres, en l’espèce les services de propagande du Kremlin. A ce sujet, on peut voir, sur les deux graphiques, ci-dessous, issus de DFRLab « PutinAtWar: How Russia Weaponized “Russophobia” » comment cette doxa poutinienne est promue et comment on la retrouve dans les « commentaires » présents au pied de l’article de Sophie Bélaïch.
Continuer à lire … « La pénétration du poutinisme en France, progression ou endiguement? »

Repost: Reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne : ils veulent faire les médiateurs avec le voleur

Initialement publié sur Comité Anne de Bretagne :
© Frédéric Girou / Ouest-France Note du Comité Anne de Bretagne. Vous trouverez ci-dessous les articles parus sur les sites de France 3 Bretagne et France 3 Pays de Loire. La comparaison est assez sidérante sur le ton et le contenu ….. Encore un effet de la partition…

On se dit que la comparaison réalisée par le « Comité Anne de Bretagne » est simplement outrageuse. On ne peut qu’imaginer que le texte de « France 3 Pays de la Loire » est un fake. On est prêt à lire et à entendre beaucoup de choses de la part d’une fausse région, qui nous a habitués au factice. Mais là c’est trop. C’est impossible.
Par acquis de conscience, on va voir les communiqués respectifs. Et là, on se dit qu’il est urgent que ce cirque arrête. Il est plus que temps que la Bretagne retrouve la maîtrise de son unité millénaire, de son histoire, de ses racines et de sa culture.

Comité Anne de Bretagne

© Frédéric Girou / Ouest-France © Frédéric Girou / Ouest-France

Note du Comité Anne de Bretagne. Vous trouverez ci-dessous les articles parus sur les sites de France 3 Bretagne et France 3 Pays de Loire. La comparaison est assez sidérante sur le ton et le contenu ….. Encore un effet de la partition du territoire breton.

France 3 Bretagne, 15 avril 2018

Le collectif « Anne de Bretagne 2014 » lance un appel aux voleurs du reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne. Il se propose de jouer l’intermédiaire avec le voleur.

« Il y a une chance sur 100 pour que ça aboutisse, mais il faut la tenter. » Jacques-Yves Le Touze, coordonnateur du collectif « Anne de Bretagne 2014 » est déterminé et ne souhaite rien lâcher. Après le vol de ce « symbole exceptionnel du patrimoine breton et français« , dans la nuit de vendredi à samedi, il souhaite passer à l’action.

Pour cela, il propose de…

Voir l’article original 342 mots de plus

Sanctionner les diffamateurs: l’exemple de Laurent Courtois, « troll-auteur » d’Agoravox

Dans cet article nous examinerons une des contre-offensives possibles contre les trolls diffamateurs et les conséquences qui en découlent pour leur e-reputation. Nous retiendrons l’exemple du troll d’extrême droite, Laurent Courtois, contributeur sur Agoravox.

Laurent Courtois contributeur Agoravox, troll diffamateur, fascisme et perversions
Laurent Courtois, contributeur Agoravox et troll diffamateur, le retour de bâton

Les hasards de la vie ou une exposition publique peuvent conduire toute personne à un envahissement de son espace numérique si ce dernier n’est pas correctement défendu ou simplement maîtrisé. Un candidat aux dernières présidentielles a montré ce qu’il en coûtait. Il se croyait encore en compétition alors que son sort était déjà scellé: « Comment Fillon nous montre, paradoxalement, que nous devons occuper notre champ numérique ».
Si vous avez négligé votre espace numérique, un jour ou l’autre vous serez en danger. Dans le cas d’une attaque publique de trolls, une contre-offensive reste possible. Même si elle ne parvient pas à éliminer la nuisance, elle montre aux trolls que leur diffamation ne reste pas impunie et que leurs actions mortifères peuvent avoir un prix excessivement élevé et représenter un fardeau insurmontable pour leur avenir.

Continuer à lire … « Sanctionner les diffamateurs: l’exemple de Laurent Courtois, « troll-auteur » d’Agoravox »